HAÏTI/CRISE

Le Gouvernement sollicite formellement une intervention armée et célère de la communauté internationale

0
1201

Le Premier ministre Ariel Henry a sollicité le support de la communauté internationale pour faire face aux risques d’une éventuelle crise humanitaire suite à une résolution adoptée en Conseil des ministres extraordinaire le 6 octobre et publié, ce vendredi, dans le Journal officiel Le Moniteur.

En effet, le Conseil des ministres, réuni à l’extraordinaire, se dit alarmé par les risques d’une crise humanitaire majeure due au brusque constat de la résurgence du choléra, ajoutée à la détérioration accélérée de la situation sécuritaire sur toute l’étendue du territoire.

Le Conseil a aussi évoqué le blocage des terminaux pétroliers par les gangs armés qui a des conséquences catastrophiques sur le fonctionnement des hôpitaux obligés de fermer leurs portes, sur la disponibilité de l’eau potable, sur les écoles qui n’arrivent pas à accueillir les élèves et sur l’approvisionnement des villes en denrées alimentaires.

Selon le conseil, la crise humanitaire menace la vie de beaucoup de compatriotes et, en particulier, les plus démunis qui vivaient déjà dans la précarité et l’insécurité alimentaire. Il considère qu’il est impératif de redémarrer des activités afin d’éviter l’asphyxie complète de l’économie nationale.

Le Gouvernement se dit également soucieux de poursuivre les démarches visant à créer un climat propice à l’organisation d’élections libres, transparentes et inclusives, en vue de remettre en place les institutions démocratiques et de transférer la direction des affaires du pays à des élus librement choisis par le peuple haïtien.

Ils jugent aussi impérieux de mettre un terme à ces dérives dangereuses, afin de rétablir l’autorité de l’État et de faire respecter les Lois de la République.

Ainsi, le Conseil des ministres donne mandat au Premier ministre, Ariel Hemry, pour solliciter et obtenir des partenaires internationaux d’Haïti un support effectif par le déploiement immédiat d’une force spécialisée armée, en quantité suffisante, pour stopper, sur toute l’étendue du territoire, la crise humanitaire causée, entre autres, par l’insécurité résultant des actions criminelles des gangs armés et de leurs commanditaires.

 

Cette force devra également aider à parvenir rapidement à l’instauration d’un climat sécuritaire devant permettre de lutter efficacement contre le choléra, de favoriser la reprise de la distribution du carburant et de l’eau potable à travers le pays, le fonctionnement des hôpitaux, le redémarrage des activités économiques, la libre circulation des personnes et des biens, et la réouverture des écoles.

 

Le Premier ministre devra en outre mettre en place une Commission interministérielle chargée de produire rapidement un document définissant l’ensemble des actions indispensables à entreprendre parallèlement en vue de rendre durables les initiatives qui seront prises.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES