Une vague sans précédent de migrants en Amérique centrale et au Mexique

0
480

Une vague sans précédent de migrants transitent en Amérique centrale et au Mexique, a alerté mercredi une agence des Nations Unies, appelant à une action régionale pour répondre aux besoins humanitaires immédiats des personnes en déplacement, tout en travaillant sur des solutions à long terme pour s’attaquer aux moteurs de la migration.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le seul service national des migrations du Panama a signalé un nombre record de migrants traversant la périlleuse jungle du Darien depuis la Colombie cette année. Plus de 390.000 personnes ont emprunté cette route périlleuse, selon un décompte effectué par l’OIM le 23 septembre dernier.
Dans ce lot, 82.000 migrants ont traversé la jungle au cours du seul mois d’août, soit le chiffre mensuel le plus élevé jamais enregistré, selon l’OIM, ajoutant que la plupart des migrants viennent du Venezuela, de l’Équateur et d’Haïti.
« La situation souligne le besoin urgent d’un engagement collectif immédiat des gouvernements des pays d’origine, de transit et de destination pour fournir une assistance humanitaire, en particulier aux groupes vulnérables comme les femmes et les enfants », a déclaré Michele Klein Solomon, Directrice régionale de l’OIM pour l’Amérique centrale, l’Amérique du Nord et les Caraïbes.
Hausse de plus de 500% au Honduras des arrivées en provenance de pays africains
Au-delà de la hausse pure et simple du nombre de personnes effectuant le voyage, la tendance la plus significative a été le changement opéré par les migrants cubains et ceux provenant des nations africaines qui choisissent de plus en plus les routes aériennes pour atteindre l’Amérique centrale, en contournant le Darien pour poursuivre leur voyage vers le nord. Seuls 4.100 migrants africains ont traversé le Darien entre janvier et juillet 2023, soit une baisse de 65% par rapport à la même période en 2022. 
Le Honduras, en revanche, a connu une augmentation stupéfiante de 553% des arrivées en provenance de pays africains, avec plus de 19.000 personnes ayant franchi sa frontière méridionale. 
De même, seuls 524 Cubains ont été signalés dans le Darien au cours de cette période, alors que le Honduras a enregistré plus de 17.000 arrivées par voie terrestre.
Sur le terrain, les personnes qui transitent par l’Amérique centrale et le Mexique sont confrontées à de nombreux défis. La traversée de la jungle du Darien laisse de nombreuses personnes blessées, parfois abandonnées sur des pentes boueuses, emportées par les crues soudaines des rivières et exposées au vol, à la violence et aux abus sexuels.
Dans les pays situés le long de la route, les familles financièrement affaiblies se retrouvent affamées, dorment dans les rues et sont obligées de mendier. Beaucoup connaissent des problèmes de santé comme la diarrhée et la déshydratation.
Evénements climatiques extrêmes et troubles politiques
Malgré les efforts des pays de transit, des agences des Nations Unies et des organisations humanitaires, la capacité à offrir une aide vitale est limitée. Dans toute la Colombie, l’Amérique centrale et le Mexique, l’OIM surveille les mouvements et fournit des informations et une aide vitales.
L’agence onusienne fournit des articles d’hygiène, de la nourriture, des services de protection et des soins de santé. Elle contribue également aux opérations de retour volontaire, au soutien des infrastructures et des abris, et mène des campagnes de communication pour contrer les fausses informations et alerter les migrants sur les dangers associés à la migration irrégulière.
Les facteurs de migration sont complexes et vont des facteurs économiques et sociaux aux défis environnementaux et politiques. Nombre de ces éléments déclencheurs ont été intensifiés par les répercussions socio-économiques de la pandémie de Covid-19, les récents événements climatiques extrêmes et les troubles politiques dans les pays d’origine. Le phénomène climatique El Niño attendu menace d’exacerber encore les conditions, ce qui pourrait inciter davantage de personnes à prendre la décision de se déplacer.
« Les défis de la migration sont trop vastes pour qu’une nation des Amériques puisse les relever seule », a fait valoir Marcelo Pisani, Directeur régional de l’OIM pour l’Amérique du Sud.
ONU INFO

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES