Vague de protestations après l'attaque contre le village artistique de Noailles

Le village artistique de Noailles situé à Croix-des-Bouquets, a été attaqué par des hommes armés le 12 octobre 2021. Ce village vieux de plus de 50 ans est un véritable patrimoine culturel du pays. Plusieurs résidences des artisans ont été attaquées selon les premières informations relayées par la presse locale. Dans une note en date du 13 octobre 2021, l’Association touristique d'Haïti se dit révoltée de la passivité du gouvernement face à cette escalade criminelle et exige que des actions concrètes, fortes et immédiates soient prises pour stopper ce cycle infernal.

« L’Association touristique d’Haïti, révoltée de la passivité du gouvernement face à cette escalade exige que des actions concrètes, fortes et immédiates soient prises contre ces gangs qui semblent aujourd’hui remplacer dans la gestion de la vie de notre pays. Elle exhorte chaque institution de la société civile à ne pas se conforter dans le rôle de faible victime, mais à se lever et s’unir contre cette insécurité qui fait à présent figure de loi. Se retrancher chez soi, derrière ses murs, quelque solide soient-ils, n’est plus qu’un choix de cours indignes des sacrifices de nos pères.

Une fois de plus… une fois de trop…l’horreur s’est installée aux portes des gardiens de notre culture. Après l'invasion suivi de rapts de nos lieux de cultes de différentes appartenances, catholiques et protestantes et la destruction de nombreux temples détenteurs d’une partie importante de notre patrimoine immatériel, ce sont les porteurs de mémoire et les créateurs eux-mêmes qui se retrouvent, jour après jour, sacrifiés à l’autel d’une insécurité trop évidemment dirigée.

Noailles, site culturel par excellence classé au patrimoine national, véritable musée de la créativité haïtienne, a perdu son poto mitan! Belony, Artiste de renom, grand sage respecté de tous, sculpteur et serviteur de nos traditions ancestrales, a été le dernier immolé! Non contents de détruire nos sites culturels et artistiques, les assassins s’acharnent impunément et plus que jamais sur les créateurs et les porteurs d’espoir. »

Le Comité national haïtien du Conseil international des musées ICOM Haïti se dit outré des actes de vandalisme dans des lieux culturels. « ICOM Haïti dont la mission est de contribuer à la sauvegarde du patrimoine et des biens culturels haïtiens, dénonce les récentes mises à sac d’espaces sacrés vodou, notamment au Bel-Air, à Martissant, à Noailles. Les péristyles et temples vodou, historiquement la cible d’actes de destruction, sont des dépositaires de la mémoire collective du peuple haïtien et de ses traditions ancestrales. Ils peuvent être considérés comme de véritables musées vivants, des lieux de préservation et de transmission de notre histoire orale et de pratiques culturelles profondes. » Plus loin, ICOM HT tient aussi à rappeler que le déferlement de criminalité cible également des ateliers d’artistes et d’artisans, ceux-là mêmes qui forgent notre culture au quotidien. Détruire ces espaces de création et assassiner nos artistes, nos artisans et nos porteurs de tradition, c’est assassiner la nation. ICOM Haïti s’incline devant toutes les victimes, dont la liste, hélas trop longue, ne cesse de croître de manière préoccupante. ICOM Haïti s’indigne de ces actes barbares et dénonce la passivité et l’insouciance des autorités face à ces agissements qui nous choquent tous.

Dans cette note signée de Rachelle Charlier Doucet, ICOM Haïti déplore, par ailleurs, le manque intolérable de soutien de l’État aux musées existants, y compris les musées communautaires. Ces institutions, dont le rôle fondamental ne doit être plus longtemps être ignoré, s’efforcent, dans l’indifférence générale, de remplir leur mission sociale, culturelle, éducative et ludique au service de publics variés. L’abandon criant de nos sites, monuments et lieux de mémoire nous interpelle et nous préoccupe au plus haut point. ICOM Haïti exhorte l’État haïtien à tenir ses engagements relatifs à la protection de notre patrimoine et le respect de la diversité culturelle. Que la loi haïtienne et que les nombreux traités et conventions ratifiés par l’État haïtien ne restent pas lettre morte !

Schultz Laurent Junior

Légende 1 : Village de Noailles.

Légende 2 : Œuvre de Serge Jolimeau. © Centre d’art d’Haïti.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE