Leçons d’Innovation et de Développement, Un Haïtien au Salvador

0
1033

Imaginons. Nous sommes en 1952 sur la plage d'Aquin, en Haïti, où deux enfants, Loulou, fils de pêcheur, et Aldy, fils d'avocat, jouent sans souci. Le destin m'a emmené étudier la médecine à l'étranger, tandis que Loulou a suivi les pas de son père. Sa perte tragique en mer à l'âge de 24 ans a approfondi mon désir d'améliorer la sécurité maritime à Aquin, en Haïti, ce qui m'a motivé à explorer des modèles efficaces dans d'autres pays. Ce désir m'a conduit au Salvador.

Avant de partir, les avertissements concernant les « maras » assombrissaient l'image du Salvador, mais à bord de l'avion depuis Miami, la diaspora salvadorienne rayonnait d'enthousiasme à l'idée de retourner sur leur terre natale et de profiter des pupusas, un plat traditionnel fait de pâte de maïs garnie de fromage, de haricots, de couenne de porc, reflétant leur identité et leur tradition. A l'arrivée, le moderne aéroport de San Salvador et l'accueil chaleureux d'Ernesto et de sa petite amie Raquel contrastaient avec l'avertissement sombre précédent.

 

Visite au Chantier Naval : Apprendre de l'Artisanat Local

Nous nous sommes dirigés directement à La Unión pour visiter un chantier naval artisanal, crucial pour mes plans en Haïti. À l'extérieur de l'aéroport, un paysage de forêts luxuriantes entourait la zone d’un paysage verdoyant et immaculé. En chemin, puis lors de conversations avec les gens de La Unión, l'empreinte profonde de la violence des maras dans la société salvadorienne m’a été révélée, me rappelant les cicatrices similaires en Haïti dues à l'insécurité et à l'instabilité.

La Unión, située sur la côte du golfe de Fonseca, fondée en 1522 et riche en histoire, avec une économie basée sur la pêche et le tourisme, offrait le cadre parfait pour apprendre sur la construction navale artisanale. Tôt le matin, nous nous sommes dirigés vers les magnifiques plages de Tamarindo où se trouve, dans un coin pittoresque de la côte, le chantier naval de Señor Cruz. Là, tradition et modernité se fondaient sous le soleil tropical. Le processus méticuleux de construction de bateaux à partir de moules en fibre de verre captait mon attention jusqu'à ce que les fortes odeurs de résine et le bruit des outils électriques, coupant, ajustant et polissant, ont coupé court  à mes observations.

 

Politique et Économie : Impact des Politiques de Bukele

De retour à San Salvador, les discussions avec Ernesto et les rencontres avec la société civile et les fonctionnaires gouvernementaux ont mis en lumière les efforts du Salvador pour remodeler sa structure politique et économique. Ces rencontres m'ont inspiré à partager avec mes compatriotes haïtiens les stratégies du Salvador pour combattre la délinquance et favoriser le développement, bien que dépendant significativement des rémittences comme Haïti.

Malgré le profond patriotisme et l'orgueil, et l'attitude positive envers l'avenir qui caractérisent les Salvadoriens, la nation a fait face à des défis significatifs en termes de violence et de délinquance. Cette histoire de violence a établi un contexte difficile que l'administration de Nayib Bukele a cherché à transformer par des mesures énergiques et controversées. Exacerbées après la guerre civile de 1980 à 1992, la violence et la délinquance au Salvador ont été marquées par des gangs, connus sous le nom de "maras". Ces gangs extorquaient la population en  imposant un « loyer", et le refus de paiement aboutissait souvent à des meurtres. La situation a atteint son paroxysme en 1995, avec un taux d'homicides de 141,72 pour 100 000 habitants. Malgré une légère amélioration en 2015, avec 105 homicides pour 100 000 habitants, c'est sous l'administration de Nayib Bukele, à partir de 2022, qu'une réduction drastique de la violence a été initiée avec la "Guerre contre les Gangs". Cette campagne a conduit à l'incarcération d'environ 70 000 membres présumés d'un gang, et le taux d'homicides est tombé à 17,6 en 2022 et encore plus à 2,4 en 2023. En comparaison, en 2022, le taux d'homicides aux États-Unis était de 6,3 homicides pour 100 000 habitants. Contrairement au Salvador, Haïti a vu une augmentation alarmante de ses taux d'homicides. En 2021, le taux était de 13,01 pour 100 000 habitants, et pour 2023, il est projeté d'augmenter à plus de 40,9 pour 100 000 habitants, ce qui représente une augmentation de 119,4 %. Haïti fait face à des défis uniques tels que l'instabilité politique et le pouvoir des gangs armés qui contrôlent de grandes parties de Port-au-Prince et d'autres zones, exacerbant la violence et l'insécurité.

Depuis qu'il a pris ses fonctions en 2019, le président Nayib Bukele a déclaré l'état d'urgence au Salvador en mars 2022 après une augmentation de la violence des gangs. Cette action a suspendu certains droits constitutionnels et facilité les procédures d'arrestation. Bien qu'efficaces pour restreindre temporairement les activités des gangs et réduire la violence, ces mesures ont suscité des controverses et des critiques de la part des organisations de droits de l'homme. Réponse de Bukele : prioriser les droits humains des "citoyens honnêtes" sur ceux des criminels. De plus, il a déclaré une guerre frontale contre la corruption et a annoncé la construction d'une nouvelle prison pour les corrompus et les "criminels en col blanc", tout comme il a construit une mégaprison pour les membres de gangs. Il a déclaré que son gouvernement poursuivrait chaque corrompu dans le pays, peu importe combien de temps s'est écoulé depuis le délit, puisque les délits de corruption ne se prescrivent plus.

En contraste, Haïti a connu une instabilité politique chronique, exacerbée par des assassinats politiques, comme celui du président Jovenel Moïse en 2021, et un manque d'élections régulières et efficaces. Cette instabilité a empêché la mise en œuvre de politiques efficaces et a laissé le pays vulnérable à la corruption et au contrôle des gangs armés

La stratégie de sécurité de Bukele n'a pas seulement modifié le paysage de la délinquance, mais a également provoqué des changements significatifs dans la structure politique et économique du Salvador. Tandis que ces changements politiques cherchent à stabiliser le pays, l'économie du Salvador continue de dépendre largement des rémittences qui représentent 23,7 % de son produit intérieur brut (PIB) de 34 015,62 millions de dollars, dépendant largement de la migration pour le bien-être familial et la stabilité économique. Haïti, quant à lui, reste l'un des pays les plus pauvres de l'hémisphère occidental, avec un PIB par habitant significativement plus bas que celui du Salvador. Les rémittences constituent 37,60 % du PIB (20,25 millions de dollars) d'Haïti, reflétant la dépendance du pays à l'économie extérieure et le manque d'opportunités locales substantielles.

La dépendance aux rémittences souligne la nécessité de stratégies robustes à la fois en termes économiques et de sécurité, comme celles mises en œuvre contre les gangs, qui ont transformé la dynamique sociale et criminelle du pays. Les recherches d'In Sight Crime révèlent que, bien que les activités des gangs aient été significativement neutralisées, environ un tiers des membres des gangs restent en fuite, avec environ 53 cellules actives. Par conséquent, les problèmes sociaux et économiques non résolus continuent d'alimenter la culture des gangs. Sans une stratégie définitive pour aborder ces causes fondamentales, il existe une      possibilité de résurgence de l'activité criminelle.

 

Innovation et Développement : Collaboration avec les Grandes Technologies

Les améliorations en matière de sécurité ont ouvert de nouvelles portes pour le développement, y compris l'attraction d'investissements étrangers et la collaboration avec des géants technologiques comme Google, qui soutient maintenant la transformation numérique du Salvador. Google a inauguré son bureau à San Salvador le 15 avril 2024, marquant le début de ses opérations au Salvador. Cette ouverture vise à soutenir la transformation numérique du pays, la modernisation de ses services gouvernementaux et à renforcer son développement économique en Amérique centrale.

Depuis août 2023, Google collabore avec le gouvernement salvadorien pour optimiser les services publics et pour la formation des entités gouvernementales. L'entreprise participe activement à des projets de gouvernement numérique, de santé et d'éducation, y compris le développement d'une plateforme de télémédecine et des améliorations dans l'éducation publique de base en collaboration avec le ministère de l'Éducation.

Initiatives pour Attirer les Talents Étrangers.

De plus, le gouvernement salvadorien pousse à la réinstallation dans son pays et a lancé une proposition pour accorder la citoyenneté à 5 000 travailleurs étrangers qualifiés, y compris des scientifiques, des ingénieurs, des médecins, des artistes et des philosophes. Le gouvernement facilitera leur installation, offrant des exemptions de taxes et de droits de douane sur le transfert de leurs familles et de leurs biens. En décembre 2023, El Salvador a mis en œuvre un programme de visas offrant la résidence et un chemin vers la citoyenneté aux investisseurs étrangers. Cette initiative représente une opportunité attrayante pour les techniciens envisageant de déménager au Salvador. Réveil

Le soutien d'entreprises comme Google reflète le changement positif sous l'administration de Bukele, une perception largement partagée parmi les Salvadoriens. Selon un récent sondage de l'Université Centroaméricaine (UCA). 9 Salvadoriens sur 10 considèrent que la gestion du président Nayib Bukele a représenté un changement positif pour le Salvador. 

Les réalisations les plus remarquables au cours de ses deux premières années de mandat incluent la gestion efficace de la pandémie de COVID-19, reconnue par 22,6 % de la population. De plus, son soutien économique aux citoyens, les mesures efficaces contre la délinquance, les améliorations dans le système de santé, notamment dans le processus de vaccination, et les efforts pour combattre la corruption sont positivement évalués. Il est important de considérer que les perceptions de sa gestion peuvent varier entre différents secteurs de la population.

Leçons pour Haïti

Pendant ma visite au Salvador pour explorer un chantier naval artisanal dans l'idée de répliquer un modèle similaire en Haïti, j'ai observé une comparaison révélatrice entre les réalités politiques et économiques des deux pays. Le Salvador et Haïti, deux pays confrontés à des défis similaires, peuvent emprunter des voies très différentes en termes de politiques et de développement. Tandis que le Salvador a réalisé des progrès significatifs en matière de sécurité et de gouvernance qui pourraient servir de modèle pour Haïti, ce dernier continue de lutter contre une instabilité qui entrave son progrès. La sécurité et la stabilité du Salvador, renforcées par une stratégie agressive contre les gangs qui a considérablement réduit le taux d'homicides, contrastent avec l'augmentation alarmante de la violence et de l'insécurité en Haïti.

Le Salvador, dont l'économie dépend encore largement des rémittences tout comme Haïti, a réussi à mettre en œuvre des politiques qui ont attiré des investissements étrangers et amélioré son infrastructure. Ces initiatives ont transformé le pays en un référentiel d'innovation et de développement logistique. En contraste, Haïti continue de faire face à une instabilité politique et économique qui entrave son développement.

Quelles sont les opportunités et les risques d'intégrer la diaspora haïtienne, comme moi, dans le développement économique du pays, de manière similaire à celle utilisée par le Salvador avec les rémittences et les investissements étrangers ? Intégrer la diaspora haïtienne dans le développement économique, à la manière du Salvador avec ses rémittences et ses investissements étrangers, offre des opportunités prometteuses de croissance grâce au transfert de connaissances, de compétences et de capitaux. Cependant, cette stratégie comporte des risques, tels que la dépendance excessive aux rémittences, qui peut décourager les solutions économiques locales et aggraver les inégalités sociales. Une approche équilibrée et bien régulée pourrait maximiser les avantages tout en minimisant les risques, garantissant que la participation de la diaspora catalyse véritablement un développement inclusif et durable pour Haïti.

Tout bien considéré, l'expérience salvadorienne offre un rayon d'espoir et un modèle potentiel de réforme. Si le Salvador a pu affronter et commencer à surmonter ses défis grâce à des politiques ciblées et à une collaboration internationale, Haïti doit également trouver une voie vers la stabilité et le progrès. Si non, « w ap kon jòj » (Si tu ne le fais pas, tu vas t’en mordre les doigts).

 

Aldy CASTOR, M.D., aldyc@att.net

Président, Haitian Resource Development Foundation (HRDF)

Directeur, Emergency Medical Services for Haiti Medical Relief Mission, Association of Haitian Physicians Abroad.

Membre, United Front Haitian Diaspora

6 mai 2024

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES