« Personne n'est épargné » : la violence sexuelle utilisée comme une arme dans la crise humanitaire en Haïti

0
441

« L'un des plus gros problèmes est l'insécurité – et les violences physiques et sexuelles qui en découlent », a expliqué Edrish Justilien, 36 ans, psychologue à l'hôpital Petite Place Cazeau de Port-au-Prince, la capitale haïtienne.

Le Dr Justilien s’est entretenu avec l’UNFPA, l’agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et reproductive, des risques alarmants auxquels sont confrontées les femmes et les filles dans le contexte de la crise humanitaire actuelle dans le pays. « Les cas de viol sont ceux que nous voyons le plus souvent, la plupart [commis] par des gangs armés. »

La violence extrême, en particulier à Port-au-Prince, met en péril la vie et la santé de millions de personnes. On estime que 578 000 personnes sont déplacées à l’intérieur du pays, contraintes d’abandonner leurs foyers et risquant la mort, le viol, l’enlèvement et des conditions de vie dangereuses et surpeuplées. Beaucoup souffrent d’une grave détresse psychologique, accompagnée d’une augmentation alarmante des tendances suicidaires.

Pour les femmes et les filles, il s’agit d’une bataille menée contre leur corps, car la violence sexuelle est utilisée par les gangs comme tactique pour semer la peur et prendre le contrôle de quartiers entiers. "Personne n'est épargné : cela nous fait tous vivre en état de vigilance", a déclaré le Dr Justilien.

« Personnellement, je crains que lorsqu’un membre de ma famille ou un proche descend dans la rue, il lui arrive quelque chose. »

Même si les signalements de viols et d’abus sexuels se multiplient, ils constituent une vaste sous-représentation de la véritable ampleur de ces crimes. « [Les survivants] n'aiment souvent pas le signaler, principalement par peur d'être à nouveau victimisés », a déclaré le Dr Justilien.

Alors que les services de protection et de réponse aux violences basées sur le genre sont restreints ou suspendus en raison de l'insécurité, l'UNFPA soutient l'hôpital Petite Place Cazeau pour aider les survivants – dont seulement 3 % environ peuvent être soignés dans les 72 heures suivant l'attaque, selon des rapports. . « Nous les guidons et veillons à ce qu'elles reçoivent des soins complets », explique le Dr Justilien. « Cela comprend un soutien psychologique, une contraception d’urgence, ainsi que le dépistage et le traitement des infections sexuellement transmissibles. »

Une crise pour tout le monde

La situation a coûté un lourd tribut non seulement aux personnes victimes de violences, mais aussi à celles qui sont déterminées à leur venir en aide. «Émotionnellement, cela peut être très lourd», a déclaré le Dr Justlien. « L’histoire d’un patient peut faire resurgir des expériences que vous ou un de vos proches avez vécues.

« Pour soutenir efficacement les gens, il faut aussi prendre soin de soi. »

Grâce au centre de santé, les patients bénéficient d'un suivi continu pour garantir leur rétablissement mental et physique. « La poursuite des rendez-vous est vitale – progressivement, ils peuvent retrouver leur vie. »

Fabienne* est une survivante de violences sexuelles et une des patientes du Dr Justilien. Après avoir fui son domicile à Port-au-Prince, elle était partie vivre chez son oncle dans un quartier relativement plus calme.

« Un voisin avait un bassin dans la cour où nous pouvions avoir de l'eau », a-t-elle expliqué. « Un jour, je suis entré dans la cour et j'ai trouvé un groupe de personnes assises là. Ils m'ont dit que le voisin avait dit que je leur donnerais la clé de la maison. J'ai dit que je n'avais pas la clé, que je n'avais accès qu'à l'eau dans la cour.

Mais les hommes étaient en réalité des membres d'un gang, qui la retenaient captive et l'attaquaient par une chaîne sous un soleil de plomb. "Ensuite, ils m'ont battue et violée."

Même si ses agresseurs l'ont finalement relâchée, elle a été maintenue sous surveillance constante. « Ils surveillaient la maison, mais une nuit, j'ai réussi à sortir et je suis venu à l'hôpital. [Ici] ils ont bien pris soin de moi, c'était le meilleur choix que j'aurais pu faire.

Cette agression lui a causé un profond traumatisme psychologique et physique. « Avant, j’étais une personne joyeuse et extravertie. Ensuite, je me suis renfermé, me méfiant de tout le monde. Je pleure toujours [...] ce n'était pas facile pour moi de vivre cette épreuve.

"Le conseil que je donnerais à toutes les jeunes filles qui ont subi des abus est de trouver un endroit pour se défouler, de consulter un psychologue, de ne pas tenter de se suicider pour s'évader."

Espoir d'un nouvel avenir

L’accès aux soins de santé, aux services sociaux et à l’assistance psychologique est de plus en plus rare. De nombreux hôpitaux ont fermé ou réduit leurs opérations parce qu’ils manquent de médicaments et de personnel.

Moins de la moitié des établissements de santé de Port-au-Prince sont entièrement fonctionnels et la plupart sont complètement débordés.

L'UNFPA fournit des médicaments et des intrants, notamment pour la prise en charge clinique du viol, à 12 établissements de santé de la capitale et de la région environnante, et soutient également trois hôpitaux de Port-au-Prince pour assurer des services de santé maternelle essentiels. Des cliniques mobiles fonctionnent également sur huit sites de déplacement pour soutenir la santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles, tout comme des lignes d’assistance téléphonique pour les survivantes d’agressions sexuelles et des espaces sûrs offrant un soutien psychologique et médical.

Parlant de son dévouement envers ses compatriotes haïtiens, le Dr Justilien a déclaré : « Je fais ce travail avec amour et passion. J’y ai mis tout mon être, toute ma vie, car ce que je vise, c’est de créer une nouvelle société et de nous permettre de pousser un soupir de soulagement.»

Fabienne a déclaré qu'elle souhaitait le rejoindre un jour. « J'espère que tout changera pour le pays; mon rêve est de devenir médecin pour pouvoir servir mes frères et sœurs en Haïti.

 

Source: UNFPA Haïti

 

*Nom modifié pour des raisons de confidentialité et de protection

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES