Christelle Despagne et Jean Jeaslin Decossa décrochent leur doctorat au Maroc

0
414

Grâce à la coopération universitaire haïtiano-marocaine, bon nombre de jeunes haïtiens ont pu poursuivre leurs études universitaires au Maroc. Christelle Despagne et Jean Jeaslin DECOSSA sont au nombre des bénéficiaires de cette coopération. Ils ont décroché leur titre de doctorat respectivement en médecine et en science de la Gestion.

Originaire de Port-au-Prince, Christelle Despagne s'est envolée pour le Maroc en 2016. Une fois arrivée, elle a été dirigée vers des études médicales compte tenu de son parcours en sciences de la vie et de la terre à l'école classique en Haïti. C'est un rêve qui allait devenir réalité, dit-elle. « Ce n’était pas un hasard, car cette bourse représentait le rêve de toute une famille et m’a permis de reprendre le chemin de ma sœur décédée lors du tremblement de terre de 2010 qui était dans le domaine médical», a précisé l'ancienne élève de l'Institution Sainte Rose de Lima.

Le 27 mai 2024 a été l'un des plus grands jours de la vie de cette jeune haïtienne. C'est ce jour-là qu'elle a décroché son doctorat en médecine avec sa thèse intitulée : «Stress, anxiété et dépression chez les étudiants étrangers au Maroc (Etude de prévalence au niveau de la région de Rabat-Salé)». Il était question, à travers cette thèse, de comprendre les facteurs de risque, la détresse psychologique des étudiants et de proposer des recommandations pour remédier à ces facteurs qui influencent leur santé mentale. Le travail a été proposé pour un échange avec les universités étrangères et a été proposé pour le prix de thèse avec la mention Très Honorable et les félicitations du Jury.

«Durant mon parcours au Maroc, j'ai été secrétaire générale et présidente d’honneur de l’Amicale des étudiants médecins et pharmaciens étrangers de Rabat (AMPER), vice-présidente du Bureau des femmes de la confédération des étudiants, stagiaires africains au Maroc (CESAM). En 2022, j’ai été nommée Jeune ambassadrice de la Paix de l’Organisation du monde Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ICESCO). Toutes ces expériences de bénévolat ont façonné ma vision du monde et ont accompagné ma vie estudiantine assez stressante», a fait savoir Christelle Despagne qui dit voir son stéthoscope comme un symbole de paix. En ce sens, elle dit vouloir consacrer sa carrière à guérir les maux de l’âme et du corps, mais également à lutter contre les inégalités dans le domaine de la santé.

Jean Jeaslin Decossa, docteur en Sciences de Gestion avec mention Très Honorable, spécialité « Intelligence Economique

Pour sa part, Jean Jeaslin Decossa, est arrivée au Maroc le 20 janvier 2013 dans le cadre de la coopération universitaire haïtiano-marocaine. Il a été admis à l’Ecole nationale de Commerce et de Gestion où il a décroché un diplôme de Master en « Commerce International », tout en étant le Major de promotion de 2018 pour ladite filière. «J’ai poursuivi avec des études doctorales et le 21 octobre 2023, j’ai pu soutenir ma thèse de doctorat en Sciences de Gestion avec mention Très Honorable, spécialité « Intelligence Economique », intitulée « Quels , Jean Jeaslin DECOSSA comportements informationnels pour les PME exportatrices : cas des entreprises marocaines », nous a informés fièrement ce Petit Goavien.

«Cette thèse a une double portée. Premièrement, je me suis décidé à travailler sur les PME vu que cette catégorie d’entreprises contribue grandement à l’économie de la majorité des pays, que ce soit en termes de création d’emplois, d’innovation, de contribution au PIB etc. Donc, j’ose espérer que des intéressés pourront calquer les résultats de mes recherches sur les PME haïtiennes pour ainsi contribuer à les rendre plus compétitives. Deuxièmement, en traitant le volet information, j’ai voulu donner une plus large portée à ma thèse, allant au-delà des sciences de gestion, de préférence vers toute autre domaine où il sera essentiel de comprendre le mécanisme de recherche, d’utilisation et de protection de l’information à des fins compétitives», a-t-il précisé.

Ancien étudiant en première année au Centre Technique de Planification et d’Economie Appliquée (CTPEA), Jean Jeaslin Decossa a du abandonner cette étude pour tenter l'aventure au Maroc. «C’était un honneur pour moi d’avoir été sélectionné pour cette bourse. Toutefois, contrairement à bon nombre de jeunes haïtiens, où une bourse est « une porte de sortie », ce qui est légitime, je n’ai pas considéré cette bourse d’étude seulement comme une porte de sortie, mais de préférence comme une opportunité de me challenger, de faire mes preuves dans un environnement étranger, de vendre positivement mon pays, de réseauter, de voir comment les autres fonctionnent dans l’espoir de mettre les acquis au service de mon pays», explique le jeune docteur en Science de la Gestion.

L'aventure des étudiants haïtiens au Maroc ne va pas s'arrêter en chemin. Le nombre d'étudiants tend à augmenter chaque année. Ils sont actuellement près de 500 étudiants répartis dans les différentes universités marocaines. Et, cette tendance traduit bien la bonne santé de la coopération haïtiano-marocaine.

 

 

 

 

 

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES