RTPacific Contact Avis
 
33.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Haïti : plus d'un demi-million d'enfants risquent de contracter des maladies d'origine hydrique (UNICEF)

Haïti : plus d'un demi-million d'enfants risquent de contracter des maladies d'origine hydrique (UNICEF)



Environ 540.000 enfants du sud-ouest d'Haïti, frappé par le tremblement de terre, sont maintenant confrontés à la possible réapparition de maladies d'origine hydrique, avertit le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Les conditions de vie difficiles dans le sud-ouest d'Haïti - où plus d'un demi-million d'enfants n'ont pas accès à un abri, à l'eau potable et à des installations d'hygiène - augmentent rapidement la menace d'infections respiratoires aiguës, de maladies diarrhéiques, de choléra et de paludisme.

« La vie de milliers d'enfants et de familles touchés par le tremblement de terre est maintenant en danger, simplement parce qu'ils n'ont pas accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène », a déclaré Bruno Maes, Représentant de l'UNICEF en Haïti.

« Le choléra n'a pas été signalé en Haïti depuis février 2019, pourtant, sans une action urgente et plus ferme, la réémergence du choléra et d'autres maladies d'origine hydrique est une menace réelle qui augmente de jour en jour », a-t-il ajouté.

Avant le séisme, seulement plus de la moitié des établissements de santé des trois départements les plus touchés par le séisme disposaient d'un accès de base aux services d'eau.

La réémergence du choléra et d'autres maladies d'origine hydrique est une menace réelle qui augmente de jour en jour - Bruno Maes, Représentant de l'UNICEF en Haïti

Au lendemain du tremblement de terre, près de 60% des habitants des trois départements les plus touchés n'ont pas accès à l'eau potable. Des milliers de personnes dont les maisons se sont effondrées n'ont pas accès à l'assainissement, en partie à cause des dégâts causés par le séisme.

Avec la Direction nationale de l'eau et de l'assainissement (DINEPA) et des partenaires de la société civile, l'UNICEF améliore l'accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène pour les familles affectées.

Ainsi, près de 73 600 personnes ont accès à l'eau potable grâce à des systèmes de transport par camion, six stations de traitement de l'eau et vingt-deux réservoirs souples.

Par ailleurs, plus de 35.200 personnes ont bénéficié de la distribution d'environ 7.000 kits d'hygiène, comprenant des produits ménagers de traitement de l'eau, du savon, des réservoirs d'eau, des dispositifs de lavage des mains et des serviettes hygiéniques.

En outre, une semaine après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti, l'UNICEF a expédié plus de 65.000 comprimés de purification de l'eau, 41 vessies, trois unités de traitement de l'eau et des kits d'hygiène familiale.

L'UNICEF a déjà commandé 31.200 kits d'hygiène supplémentaires. L'UNICEF, la seule agence des Nations Unies à fournir de l'eau potable à la population affectée, a pour objectif d'atteindre 500.000 personnes avec un soutien WASH.

Besoins criants et frustration

« Nos efforts pour fournir davantage d'eau potable ne sont pas à la hauteur des besoins criants dans toutes les zones touchées », a déclaré M. Maes.

« L'impatience et parfois la frustration montent dans certaines communautés haïtiennes, et c'est compréhensible. Mais entraver les opérations de secours ne sert à rien », a-t-il souligné.

Le Représentant de l’UNICEF rappelle que ces derniers jours, plusieurs distributions d'articles d'hygiène essentiels ont dû être temporairement suspendues en raison de tensions sur le terrain. Associée à des contraintes financières, l'insécurité ralentit actuellement les activités de sauvetage sur le terrain menées par l’agence onusienne.

Entraver les opérations de secours ne sert à rien - Bruno Maes, Représentant de l'UNICEF en Haïti

L'UNICEF appelle les autorités locales à garantir des conditions sûres pour que les organisations humanitaires puissent opérer et intensifier l'aide d'urgence aux communautés touchées par le séisme. Le tremblement de terre du 14 août qui a frappé Haïti a encore aggravé une situation humanitaire déjà difficile, marquée par une instabilité politique persistante, une crise socio-économique et une insécurité alimentaire et une malnutrition croissantes, la violence liée aux gangs et les déplacements internes, la pandémie de Covid-19, ainsi que l'afflux migratoire haïtiano-dominicain.

En plus de l'appel de 48,8 millions de dollars lancé pour 2021, l'UNICEF demande maintenant un appel humanitaire pour les enfants, de 73,3 millions de dollars pour intensifier ses interventions en réponse au tremblement de terre et aux personnes déplacées à l'intérieur du pays. Jusqu'à présent, moins de 1% de ce financement nécessaire a été reçu.

L'UNICEF appelle la communauté internationale à fournir de toute urgence des fonds supplémentaires pour la réponse humanitaire et prévenir l'émergence de maladies hydriques en Haïti après le tremblement de terre.




Articles connexes


Afficher plus [4317]