RTPacific Contact Avis
 
27.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Où sont passées les femmes dans la politique en Haïti ?

Où sont passées les femmes dans la politique en Haïti ?



Dans l’espace des neuf derniers mois et plus encore sur la scène politique haïtienne, la nouvelle dynamique sociale tarde encore à accoucher de nouveaux leaders, particulièrement de nouvelles voix de femmes leaders capables d’apporter un nouveau souffle dans le paysage politique presqu’exclusivement masculin. Le pays va mal, même très mal dans ce carrefour difficile où le rêve de bien-être collectif passe d’un accouchement à risque et un avortement.

Discours d’apaisement sans suite, propositions de sortie de crise non prise en compte, actions stériles pour pacifier la situation, dialogue et médiation entre les hommes qui ne veulent d’asseoir autour d’une même table ; il manque plus que jamais la présence d’une femme imposante capable de séduire l’ego des bourreaux du bien-être collectif. Il manque certainement la voix d’une mère, qui pour plus d’un, a le monopole de la sensibilité et de l’amour vrai.

Donnez le monde aux femmes qui savent s’imposer dans les moments les plus difficiles !

D’une figure féminine missionnaire de la trempe de Claire Heureuse qu’il nous faut en ces temps de tonnerre pour calmer les nerfs de ces coqs qui animent maladroitement le gaguère, en attendant que le blanc arrive pour les mettre dans l’assiette de l’humiliation, en leur enlevant le sexe male pour devenir des poules mouillées face au voisin d’à côté. Dans l’histoire d’Haïti au cours des trente dernières années, on retiendra pendant longtemps le passage de Mme Ertha Pascal Trouillot comme présidente provisoire. Durant cette même période et même bien avant, on pouvait retenir des noms perdus dans l’oubli comme Mme Camille D. Silair, de figures féminines de proue de la grande vague des militantes féministes qu’on continue de citer encore.

De nombreuses institutions entre celles qui se passent de présentation au lendemain de 1986 aux nouvelles arrivées au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier, telles : Solidarité des Femmes haïtiennes (SOFA), Association des Femmes Soleil, Konbit Fanm Saj, Kay Fanm, Enfo-Fanm sont dans la liste des organisations féminines qui ont un mot à dire dans le contexte actuel pour tenter de proposer la voix de la sagesse.

Dans la liste des figures féminines politiques retenues ces derniers temps dans l’actualité ayant rapport au bien-être de la cité, on peut les classer à trois grandes catégories au moins : les figures féminines imposantes ; les femmes politiques affirmées, et les figures féminines émergentes.

Des figures féminines imposantes !

Danielle Magloire, Colette Lespinasse, Odette Roy Fombrun, Marie Laurence Jocelyn-Lassègue, Josselline Colimon Féthière, Bayyinah Bello, Florence Elie, Yannick Lahens, Olga Benoit, Maryse Penett Kédar, Darline Alexis, sans compter les principales responsables des organisations des droits humains, et les infatigables leaders des mouvements féministes au cours des années 80, 90 à nos jours.

Des âmes rebelles comme Magali Marcelin, Myriam Merlet, parmi tant d’autres attendant et espèrent certainement voir émerger de nouvelles figures de femmes leaders imposantes pour changer l’ordre des choses dans ce décor morose.

Des femmes politiques engagées !

Dans la première ligne des femmes leaders de l’opposition au pouvoir actuel, l’image de Mme Marjorie Michel s’impose parmi les têtes d’affiche traditionnelle comme André Michel, Rony Timothée….

Derrière le président de la République s’impose Mme Martine Moïse, très visible dans de nombreux de ses déplacements jusqu’aux calendriers 2019 du Fond d’assistance économique et sociale (FAES), on doit faire beaucoup d’effort pour trouver une figure féminine populaire ou célèbre au sein du gouvernement, prenant position régulièrement dans les médias pour justifier sa politique sectorielle ou répondre aux revendications populaires. Dieudonne Luma Etienne, Marie Denise Claude, Yanick Mezile, Carline Montas, Marie Frantz Joachim, Marie Yolène Gilles et Marie Jessie Etienne sont dans la liste des femmes leaders qui doivent sortir du silence pour apporter la lumière.

Dirigeantes d’institutions publiques, Magguy Durcé parait comme l’une des rares figurent féminines qui ne flétrit pas dans l’actualité sociopolitique au cours de la dernière décennie, en dépit de ses différents postes occupés.

D’autres femmes politiques des plus influentes sont comme parties à la retraite ou continuent de travailler dans l’ombre avec le silence persistant qui accompagne leurs noms. On retient des figures comme : Michèle Duvivier Pierre-Louis, Rose Anne Auguste, Yolette Azor, Martine Deverson.

Des femmes leaders émergentes !

Dans cette troisième liste des femmes leaders émergentes dans la vie sociopolitique, on retient les premiers noms tels que : Sabine Lamour la nouvelle tête de la SOFA, Natacha Daciné nouvellement promue au parti RDNP, Danielle Jacques promotrice de femmes entrepreneures, Pascale Solage féministe jusqu’aux os, Emmanuella Douyon entre petrochallenges et bonne gouvernance, Gaelle Bien- Aimé une artiste engagée pour le collectif. De ces femmes émergentes engagées pour un nouvel ordre social, on ne peut que saluer leur courage et leur détermination dans cette grande marche pour l’équité et l’éthique dans beaucoup de points.

Derrière les rideaux, plusieurs autres évoluant tant dans la diaspora, dans la capitale et dans les villes de province continuent de tenir le flambeau des femmes leaders, malgré les contraintes de la vie conjugale, des exigences familiales et de la sécurité de leur foyer.

Des moules pour fabriquer de nouvelles femmes leaders en Haïti : pourquoi et comment ?

« Donner le monde aux femmes » comme le souhaite l’artiste Jean- Jean Roosevelt, mais pourquoi et comment ? Depuis l’enfance dans la famille, en passant par les bancs de l’école, à l’université, dans les médias, les institutions de tous les secteurs confondus, les activités économiques et de promotion sociale, ce sont les principales étapes qui permettent de façonner l’esprit des fillettes qui deviendront des femmes leaders engagées. Déterminante, complémentaire et transversale dans toutes ces étapes précitées, l’éducation demeure la pierre angulaire pour construire cette nouvelle édifice. Quelles sont les programmations pédagogiques, les connaissances, les compétences et les valeurs qui encouragent la promotion de l’équité et de la parité dans le système éducatif haïtien ? Demain si rien n’est fait pour sauver la barque nationale, ce sont les enfants et les familles surtout qui vont payer une fois de plus le prix. En hommage aux épouses des policiers et de toutes les autres victimes des derniers mois et semaines dans le pays, il y a urgence pour avoir un nouveau discours, un nouveau souffle qui doit certainement passer par la majorité de la population haïtienne, donc qui doit être issu des milieux de jeunes, donc éventuellement d’une femme.

Où sont passées les femmes dans la politique en Haïti ? Il y a un vide à combler. Un nouveau ton à donner dans cette cacophonie masculine ! Mesdames, réveillez-vous, vos familles et vos enfants sont en danger dans la cité !.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [4318]