RTPacific Contact Avis
 
25.55° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Des moyens pour reprendre la lutte contre le cancer en Haïti !

Des moyens pour reprendre la lutte contre le cancer en Haïti !



Dans l’impossibilité de trouver du soutien financier pour poursuivre ses activités, le Groupe de support contre le cancer (GSCC) a été contraint de fermer ses portes, après vingt ans de contribution, de sensibilisation, et d’assistance dans la lutte contre le cancer en Haïti.

Deux décennies ont permis de comprendre à la fois l’importance d’une telle organisation à but non lucratif et la pertinence de ses actions par rapport aux impacts irréparables du cancer en Haïti, dans la vie des familles et la société en général.



Désormais, une nouvelle institution ferme ses portes dans le pays, suite aux impacts dévastateurs des crises sociopolitiques, sécuritaires et sanitaires qui ont grandement affecté la société haïtienne, depuis le pays-lock de juillet 2018, jusqu’au confinement imposé avec la propagation de la pandémie du Coronavirus.

De nombreuses manifestations de sensibilisation organisées dans les rues de la capitale, et d’autres formes d’assistance dans le cadre des activités de prévention, entre autres, figurent dans le bilan et la revue de presse de cette institution philanthropique.



Des chiffres alarmants, avoisinantlesà plus de 6000 cas de mortalité liés au cancer chaque année, selon des estimations de l’OMS, nous imposent plus que jamais une réflexion sur les impacts de cette maladie sur nos familles, et une reconsidération éventuelle sur la nécessité pour des institutions publiques et des entreprises privées évoluant en Haïti, en dehors des organisations internationales et des ONG, d’appuyer la réactivation de cet acteur social important.

Défi mondial majeur : « L’Organisation mondiale de la santé (OMS)souligne la nécessité de renforcer les services de lutte contre le cancer dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. L’OMS avertit que si les tendances actuelles se poursuivent, le monde connaîtra une augmentation de60 % des cas de cancer au cours des deux prochaines décennies. C’est dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, qui enregistrent actuellement les plus faibles taux de survie, que le nombre de nouveaux cas augmentera le plus fortement (+81 selon les estimations) », rapporte un article sur le site de l’organisation, qui date en février 2020.



D’ici les dix prochaines années en Haïti, en 2030, à combien va-t-on chiffrer le nombre de décès dans les familles haïtiennes à cause du manque d’informations pour prévenir et/ou pour traiter le cancer d’un proche ? Comment mesurer de façon qualitative et quantitative, les impacts du GSCC dans la société haïtienne, en dehors du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) et d’autres acteurs et partenaires au cours des vingt dernières années ?



Des sous et toutes les autres formes de ressources possibles venant des institutions privées et publiques sont à mobiliser désormais en Haïti et dans la diaspora, dans le but de contribuer à la reprise des activités du Groupe de support contre le cancer (GSCC), qui a toute sa raison d’être dans le paysage haïtien, tout en encourageant une plus grande inclusion des couches les plus marginalisées et les villes de province dans le cadre de prochaines manifestations et d’éventuelles activités de mobilisation sur fond de sensibilisation et d’assistance aux personnes et familles haïtiennes, touchées par ce fléau qui ravage le monde.

DD

es artistes et des mécènes, des médias et des fondations, des entreprises et des multinationales, des universités et de riches familles du pays, comme des dirigeants en poste sont invités à rejoindre cette mobilisation solidaire et humaniste.

Dominique Domercant




Articles connexes


Afficher plus [1241]