RTPacific Contact Avis
 
34.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« Malgré la mort du président Jovenel Moise, PAPEJ ne va pas mourir », rassure le nouveau titulaire du MCI

« Malgré la mort du président Jovenel Moise, PAPEJ ne va pas mourir », rassure le nouveau titulaire du MCI



Si l’avenir des autres programmes mis en place par l’ex-président Jovenel Moïse n’est pas encore assuré, le Programme d’appui à l’entrepreneuriat jeunesse (PAPEJ), quant à lui, est assuré. Car selon les déclarations du nouveau ministre du Commerce et de l’Industrie (MCI), Ricardin St-Jean, ledit projet conçu par Jovenel Moïse à l’intention des jeunes en vue de les aider à lancer des activités novatrices génératrices de revenus, ne va pas mourir.

Lancé le 10 octobre 2018, sous le gouvernement Jean Henry Céant, le programme phare du 58e président d’Haïti baptisé : « PAPEJ » destiné aux jeunes en vue de les aider à lancer des activités novatrices génératrices de revenus et à consolider leurs activités entrepreneuriales à travers des appuis techniques et financiers, aux fins de favoriser le développement et la création de richesses dans le pays, fera son petit chemin, en dépit de la mort de son concepteur.

« Pour honorer la mémoire du président Jovenel Moise, PAPEJ ne doit pas mourir et il ne va pas mourir », a martelé l’ex-coordonnateur national du PAPEJ, Ricardin St-Jean. Le nouveau titulaire du portefeuille du Commerce et de l’Industrie a fait cette déclaration, lors de la cérémonie de passation de pouvoir en date du mercredi 21 juillet 2021, entre lui et son prédécesseur, Jonas Coffy.

Placé à la tête du PAPEJ depuis son lancement en octobre 2018, Ricardin St-Jean, qui a fraichement pris les commandes du MCI, dans ses propos, a expliqué que le Programme d’appui à l’entrepreneuriat jeunesse est à sa troisième année d’existence. Pour ses 3 ans, il a déjà permis à des jeunes de 146 communes du pays de bénéficier du crédit à des tarifs préférentiels pour démarrer leur start-up, a avancé M. St-Jean, qui de plus, informant que 177 nouvelles entreprises sont implantées dans le pays grâce au financement du PAPEJ.

Intégré le MCI en 2014 comme superviseur général, l’ancien étudiant de la Faculté de Droit et des sciences économiques (FDSE) dit reconnaitre que le pays est à un carrefour très difficile et les défis à relever à la tête du MCI sont immenses. Mais pour justifier la confiance placée en lui, le nouveau ministre promet de travailler pour permettre au MCI de répondre à sa mission conformément à la loi. S’agissant des doléances des employés de ce ministère, Ricardin St-Jean a donné la garantie que sur son règne, les conditions de travail seront meilleures.

Cependant, suite à son accession au poste du ministre du Commerce et de l’Industrie, Ricardin St-Jean a remercié le Premier ministre Ariel Henry d’avoir fait choix de lui pour intégrer son gouvernement. En outre, le ministre entrant, a salué le travail effectué par le ministre sortant, Jonas Coffy à la tête du MCI.

S’exprimant à la même occasion, Jonas Coffy a vanté les qualités du nouveau ministre qui lui succède. « Ricardin St-Jean est un jeune cadre loyal, déterminé et compétent qui a gravi plusieurs échelons au sein du MCI», a relaté M. Coffy tout en souhaitant du succès à son remplaçant dans la gouvernance de cette institution, surtout dans la continuité du programme du président Jovenel Moise, PAPEJ.

Dans le document-cadre du PAPEJ, le MCI a fixé plusieurs objectifs. Créer 2000 entreprises par année à travers le PAPEJ est l’un des objectifs que le président Jovenel Moise voulait atteindre. Pourtant, le programme qui est à sa 3e année d’existence a financé seulement 177 entreprises.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3173]