RTPacific Contact Avis
 
28.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« Nou preske pa moun ankò » de Kaï campe les différents maux des haïtiens

« Nou preske pa moun ankò » de Kaï campe les différents maux des haïtiens



Le groupe Kaï a fait sensation avec son nouveau sa nouvelle piste « nou prèske pa moun ankò » gravée sur l'album « Jije m » qui capte l'attention du public avec son message de prise de conscience.

Dans un pays en pleine crise, la musique reste l’un des rares refuges pour nous apaiser et nous permettre de nous évader durant quelques minutes de temps à autre. Des chanteurs exceptionnels comme Richard Cavé ne se contentent pas d'animer simplement la toile en ne chantant que de l'amour et ses corollaires. Ils apportent à travers leurs chansons des messages positifs capables d'inspirer afin que la société haïtienne prenne conscience de sa situation actuelle qui est plus qu'alarmante.

« Nou prèske pa moun ankò » est plus qu'une simple chanson, car chaque mot ,chaque phrase de l'artiste décrit exactement ce que nous vivons dans notre pays ainsi que dans le monde entier.

Dans le passage « nou fèmen jen pou n pa wè, nou fèmen kè n pou n pa wè, manti n ap bay tèt nou », le compositeur fait référence aux Haïtiens vivant en Haïti et ailleurs qui se déresponsabilisent continuellement et qui espèrent quand même que le changement devrait venir des autorités étatiques.

« Nan pandye rèv nou tèt anba,nan pimpe rèv peyi n laba, nou san destinasyon », l'interprète décrit exactement le drame des Haïtiens qui se trouvent actuellement sous le pont international à Del Rio au Texas subissant les traitements inhumains, rappelant de regrettables et irréparables épisodes de l'histoire de l'esclavage. Ces migrants ont pris la route dans le seul objectif d'avoir une vie dite meilleure, car leur pays se transforme en enfer sur terre.

Le plus intéressant c'est que l'ancien chanteur de CARAMI a utilisé la langue maternelle, le créole haïtien et le registre musical le plus apprécié par les Haïtiens qui est le compas pour apporter ce message de prise de conscience.

« Nou prèske pa moun » traduit notre réalité, notre quotidien comme peuple. Nous vivons dans des conditions inhumaines. Nous vivons presque l'impossible. Notre existence reste questionnable sans l'être déjà d'un point de vue purement philosophique.

Bethaida BERNADEL.




Articles connexes


Afficher plus [5769]