RTPacific Contact Avis
 
26.3° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Théâtre citoyen:cinquante(50) femmes bénéficient du projet « Baylavi sans »

Théâtre citoyen:cinquante(50) femmes bénéficient du projet « Baylavi sans »



Le projet « Baylavi sans », institué par l'association Quatre chemins en collaboration avec ONU Femmes, met au profit d’une cinquantaine d’anciennes détenues la danse et le théâtre, comme mécanisme de réinsertion sociale. Soutenu par Women’sPeace&HumanitarianFund (WPHF) et Initiative Spotlight, il s’étale sur une vingtaine de mois et touche des femmes venant majoritairement des prisons civiles de Pétion-ville et de Cabaret.

Il s'agit de l’apprentissage de la danse traditionnelle en atelier, avec un mélange de rythmes articulantYanvalou, Parigol, Rara et du Wangòl, également une pièce de théâtre inspirée de la réalité vécue par ces femmes dans les prisons haïtiennes, qu'emploient les responsables du projet afin d’amener ces femmes à faire un dépassement et de changer de comportement.

Agées entre 16 et 57 ans,ces anciennes détenues livrent leurs témoignages aux trois dramaturges suivants : ÉvelyneTrouillot, Guy Régis Junior(le directeur artistique de Quatre chemins), et Andrise Pierre qui auront à proposer une pièce de théâtre à partir de leurs histoires.

« L'objectif premier n'est pas de former des danseuses professionnelles, nous voulons avant tout, que ces femmes qui ont passé autant d'années derrière les barreaux,marquées par la souffrance et les douleurs puissent se réapproprier leur corps, s'exprimer, libérer leur sentiment refoulé et leur angoisse », explique Michaël Formilus, responsable de communication du projet.

La danse et le théâtre,axes d’intervention de l’association 4 chemins, sont aussi utilisés pour combattre les discriminations et stigmatisations auxquelles font face ces femmes dans leur entourage, dans la recherche de l’emploi, etc. après avoir été libérées de l’enfer carcéral.

« Ces séries de témoignages et de danse avec les anciennes détenues sont la plupart du temps, empreintes d'émotions où certaines d’entre elles fondent en larmes en se remémorant de leurs vécues », raconte la chargée de projet,DaphneyDumesle.

Àl'instar de ces médiumsartistiques,des soins de santé, des formations, de l'accompagnement psychologique et juridique sont également offerts aux femmes à travers ce projet. Ces interventions se réalisentavec des partenaires opérationnels tels que l’organisation féministeNègèsmawon, l’Association haïtienne de psychologie (AHPSY) et Mouvement mutationHaïti (MMH).

Le projet « Baylavi sans » s’inscrit dans le cadre du programme « Théâtre citoyen » instauré par l’association Quatre Chemins en 2015, dont, l’objectif est de sensibiliser la population haïtienne sur des questions de société par l’intermédiaire des créations artistiques.

Marlyne JEAN
marlynejean26@gmail.com




Articles connexes


Afficher plus [5714]