RTPacific Contact Avis
 
28.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Pour la décongestion des centres carcéraux

Pour la décongestion des centres carcéraux



« Projet de vulgarisation des normes juridiques de garanties judiciaires, la responsabilité des bureaux d’assistance légale et de promotion des droits des détenus » est le thème d’un nouveau programme lancé le mercredi 13 octobre 2021, par l’Office de la protection du citoyen (OPC), supporté par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD. Cette initiative vise à entreprendre un ensemble d’activités en vue d’assister et de sensibiliser les acteurs de l’appareil judiciaire afin de lutter contre la détention préventive prolongée.

Le phénomène de la détention préventive prolongée constitue un véritable fléau qui gangrène le système et témoigne le dysfonctionnement de la justice dans le pays. Étant donné que l’une de ses attributions est de faire respecter les droits des individus détenus, l’Office de la protection du citoyen a pris l’initiative d’implémenter ce programme à l’intention des milliers de citoyens incarcérés sans être jugés.

Selon les chiffres avancés par le protecteur du citoyen Renan Hédouville, sur une population carcérale de plus de onze mille personnes dans le pays, seulement environ deux mille personnes ont été condamnées, soit un pourcentage de 18 % de personnes jugées, et 82 % sont en détention préventive prolongée. Une situation jugée alarmante par Me Hédouville qui en a profité, dans son discours de circonstance, de faire le survol d’un ensemble de conventions et traités ratifiés par l’État haïtien, notamment la Convention américaine relative aux droits de l’homme, et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui interdisent de priver un citoyen de sa liberté sans jugement.

Le protecteur du citoyen dénonce la corruption qui est presqu’une norme dans la justice haïtienne. Me Hédouville considère que la justice se vend comme dans un marché. Il déplore le fait que depuis plus de 10 ans, selon ses dires, qu’aucun jugement spectaculaire de kidnappeurs n’a été effectué, ce qui, selon lui, explique l’ampleur qu’a pris ce phénomène ces derniers temps. En ce sens, le protecteur demande aux responsables policiers et judiciaires de prendre leurs responsabilités afin de mettre derrière les barreaux ceux qui méritent de l’être et de libérer les innocents enfermés dans les prisons.

Tout en renouvelant la volonté du programme des Nations unies pour le développement (PNUD de continuer à travailler avec les responsables haïtiens pour la protection des droits des citoyens, Paolo Delmistro, chef de projet état de droit et sécurité du (PNUD), a, pour sa part, mis l’accent sur la situation des femmes dans certaines prisons civiles, qui, selon ses constats, n’a pas évolué depuis plusieurs années, en ce qui a trait à la détention préventive prolongée. M. Delmistro en a profité pour énumérer quelques travaux en cours visant à assister des personnes en situation vulnérable.

Dans le cadre de ce projet, OPC compte organiser des activités de sensibilisation et de vulgarisation des normes juridiques portant sur les garanties judiciaires, également sur les droits des accusés et les droits des victimes. Il vise surtout à sensibiliser les détenus sur le respect des droits des personnes accusées et détenues. Le responsable dit espérer, qu’à la fin de ce projet, qu’il puisse constater plus de résolutions pacifiques de conflits et moins de recours ainsi qu’une meilleure cohésion au sein de la société.

Esdra Jeudy




Articles connexes


Afficher plus [8356]