RTPacific Contact Avis
 
28.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Guterres dénonce l’insuffisance de la solidarité mondiale et réclame une reprise riche en emplois

Guterres dénonce l’insuffisance de la solidarité mondiale et réclame une reprise riche en emplois



Près de deux ans après le début de la crise de Covid-19, de fortes divergences dans la reprise sapent la confiance et la solidarité mondiales, selon une nouvelle note d'orientation sur l'emploi et l'éradication de la pauvreté, présentée mardi par le chef de l'ONU, António Guterres.

Le Secrétaire général a averti que la pandémie a non seulement confirmé mais approfondi les inégalités existantes.

L'investissement dans l'emploi, la protection sociale et une transition juste vers un avenir à zéro émission nette de gaz à effet de serre, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire, pourraient empêcher un approfondissement des inégalités.

Augmentation de l’extrême pauvreté

« La solidarité mondiale a été jusqu'à présent totalement insuffisante », a déclaré M. Guterres. « Un contrat social renouvelé… devrait être au cœur de la reprise ».

Selon la note d'orientation, l'extrême pauvreté a augmenté de 119 à 224 millions de personnes entre mars et décembre 2020 - la première augmentation de ce type en plus de 21 ans.

Plus des trois quarts de ces « nouveaux pauvres » vivent dans des pays à revenu intermédiaire. Dans le même temps, la richesse des milliardaires a augmenté de plus de 3.900 milliards de dollars.

Le rapport note qu'en raison de la pandémie, il y a environ 75 millions d'emplois de moins en 2021 qu'avant la crise, et 23 millions de moins prévus en 2022.

Il estime également que 8,8% du total des heures de travail ont été perdues en 2020, soit l'équivalent des heures travaillées en un an par 255 millions de travailleurs à temps plein.

Cela correspond à une perte de 3.300 milliards de dollars de revenus du travail avant le soutien du gouvernement.

Pour parvenir à « une reprise riche en emplois » et à une « transition juste », au moins 982 milliards de dollars sont nécessaires pour répondre aux chocs immédiats du marché du travail dus à la crise, selon le rapport.

Vers une protection sociale universelle

Le Secrétaire général a appelé à une protection sociale universelle d'ici 2030, y compris des soins de santé universels, une protection des revenus, une éducation et une formation professionnelle, en particulier pour les femmes et les filles.

Les nombreuses mesures ponctuelles et temporaires qui ont été mises en œuvre au cours de l'année écoulée « constituent un point de départ », a noté M. Guterres.

Pour y parvenir, nous devons mobiliser d'importants investissements publics et privés - quelque 1.200 milliards de dollars pour parvenir à une protection sociale universelle pour les pays à revenu faible et intermédiaire, a-t-il déclaré.

Les investissements doivent également être intensifiés pour aider à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) et faire face aux risques du changement climatique qui pourraient mettre en péril 1,2 milliard d'emplois, soit 40% de la population active mondiale.

Accélérer la création d'emplois

Au cours de la présentation, M. Guterres a annoncé la création d'un nouveau partenariat mondial sur l'emploi et la protection sociale pour une transition juste, en collaboration avec l'Organisation internationale du travail (OIT).

L'objectif de ce mécanisme est de créer au moins 400 millions d'emplois d'ici 2030, principalement dans les économies vertes et de soins, et d'étendre les socles de protection sociale d'ici 2025 à 50% des personnes actuellement non couvertes, a-t-il déclaré.
La note d'orientation recommande plusieurs mesures pour y parvenir :

Stratégies de rétablissement nationales intégrées et inclusives, investissement accru dans la protection sociale.

Mesures politiques visant à étendre la protection sociale aux travailleurs de l'économie informelle et à formaliser l'emploi dans l'économie des soins.

Des politiques devraient être introduites pour aider les travailleurs à se perfectionner et à se recycler.
Une architecture financière solide doit être développée pour mobiliser les investissements.

La collaboration avec le secteur privé doit être établie pour accroître les investissements dans les secteurs stratégiques et les stratégies doivent être alignées sur l'Accord de Paris sur le climat.

Les prochaines réunions des institutions financières internationales, du G20, et de la COP26 (Conférence sur le climat) seront « un moment charnière pour mettre le monde sur une voie durable, résiliente et inclusive », a déclaré M. Guterres. « La coopération mondiale est indispensable pour renforcer la résilience aux chocs futurs, grâce à des économies qui fonctionnent pour tous ».




Articles connexes


Afficher plus [8356]