RTPacific Contact Avis
 
30.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Haïti : une réouverture des classes difficile pour les acteurs du système éducatif

Haïti : une réouverture des classes difficile pour les acteurs du système éducatif



La réouverture des classes s'annonce difficile dans plusieurs écoles de la zone métropolitaine. Face aux diverses difficultés de l'heure, certains responsables scolaires exigent de l'État une meilleure gestion de la sécurité du pays et une amélioration de la situation économique des ménages pour une année scolaire réussie.

La responsable de discipline de l'école nationale Colbert Lochard, Desiré Marie Erline, présente un tableau sombre de la rentrée des classes dans son établissement. L'effectif n'est pas encore au complet, se plaint-elle!

L'institutrice réclame de l'État de la sécurité en vue de favoriser un bon retour sans inquiétude des écoliers à l'école. Parallèlement, elle veut que cette année soit différente des années écoulées où les élèves avaient raté grand nombre de jours de classe, en raison des turbulences politiques et de la crise sanitaire du COVID-19 qui continue de faire ravage dans le monde.

Pour sa part, le directeur pédagogique de l'institution adventiste de l'Auditorium de la Bible, Jean Roby, se dit satisfait de la réouverture officielle des classes. « Les élèves avaient l'envie de retourner à l'école. Ils sont très enthousiasmés de reprendre leurs cours », dit-il. Cependant, il exige que l'État prenne ses responsabilités pour la réussite de cette nouvelle année académique. Il souhaite que l'État accompagne les plus vulnérables et supporte les parents les plus nécessiteux.

Plus loin, le directeur administratif dudit établissement, Amos Sylvestre, souhaite que l'État prenne en main la gestion de la crise sanitaire du COVID-19 qui avait obligé les autorités à fermer les portes des établissements scolaires en juin dernier. Il espère que le calendrier scolaire sera respecté pour que les élèves puissent mieux apprendre et boucler le programme académique. « Un pays qui ne garantit pas le droit à l'éducation est un pays qui assure son sous-développement », a-t-il assuré.

En fait, suivant le tout dernier calendrier scolaire remanié et publié par le ministère de l'Éducation nationale pour l'année académique 2021-2022 ; le nombre d’heures de travail pour les 7 départements non affectés par le séisme est de 925 h pour le Fondamental et 1110 pour le Secondaire. Pour les trois départements touchés par le séisme, la réouverture des classes est encore maintenue pour le 4 octobre prochain. Ces établissements scolaires auront 880 h pour le Fondamental et 1056 h pour le Secondaire.

Oberde Charles




Articles connexes


Afficher plus [8356]