RTPacific Contact Avis
 
31.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Plusieurs organisations populaires admettent des avancées dans la recherche d’une solution à la crise après la signature de l’Accord de Montana

Plusieurs organisations populaires admettent des avancées dans la recherche d’une solution à la crise après la signature de l’Accord de Montana



En conférence de presse ce jeudi, plusieurs organisations populaires, dont « MOLEGHAF et Esclave révolté », sont revenues sur quelques points de l’accord paraphé par plusieurs partis politiques avec la Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise.

Le professeur Josué Mérilien a encore mis l’accent sur l’établissement d’un exécutif composé d’un président et d’un Premier ministre. Il est revenu également sur l’instance qui doit faire le choix de ces derniers. Selon le professeur, cet accord donne le mécanisme qui permet de choisir les prochains dirigeants du pays. Il estime que plusieurs acteurs politiques ont peur de cet accord parce qu’ils ne sont pas tout simplement corrects.

En effet, 3 personnalités ont été retenues en vue de former le bureau de suivi devant aboutir au Conseil national de transition (CNT).

« Dans cette situation extra constitutionnelle que connaît le pays, la réponse n’est autre qu’un accord consensuel et l’Accord Montana est celui qui permettra Haïti de sortir de ce bourbier. Aucun autre ne reflète la réalité populaire. »

« Ce qui importe aujourd’hui, c’est le mécanisme qui doit être participatif et inclusif que possible. »

Par ailleurs, David Oxygène, secrétaire générale du mouvement de liberté d’égalité des Haïtiens pour la fraternité (MOLEGHAF) dit coordonner le processus de l’état d’avancement de l’accord en ce qui a trait à la recherche des représentants clés devant monter le bureau de suivi pour ensuite arriver au Comité de transition.

Il a pris le soin de préciser que l’ « Accord n’est pas une plateforme politique. Elle n’est pas non plus un combat de classe, ni une lutte intestine entre groupes ».

En revanche, il prône le côté inclusif de l’accord et invite ceux-là qui n’ont pas encore lu le document à le faire et à se rallier à l’idée de rassembler tous les secteurs de la vie nationale. Il dit qu’aucun autre accord ne pourra permettre un dégel de la situation.

Gérard H. Résil




Articles connexes


Afficher plus [8356]