RTPacific Contact Avis
 
34.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Covid-19 : la difficile acceptation des vaccins dans le pays

Covid-19 : la difficile acceptation des vaccins dans le pays



Plus de 15 jours après le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19 dans le pays, aucune affluence n’est constatée dans les points de vaccination disponibles. Jusqu'à 2 août, à peine 8 500 individus se sont fait inoculer.

Sur les 23 points de vaccination du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) ouverts au grand public, environ 8 500 individus seulement ont reçu une dose de sérum anti-covid-19 en Haïti jusqu'à 2 août. Les points de vaccination implantés dans tous les dix départements géographiques du pays n’attirent pas la grande foule. De nombreuses personnes rejettent catégoriquement l’idée de se faire vacciner en exprimant leurs doutes sur les vaccins, comme c’était le cas pour l’acceptation de la pandémie au début de l’introduction du virus sur le territoire national.

Selon le spécialiste des maladies infectieuses et directeur des centres GHESKIO en Haïti, Dr Jean William Pape, le peuple haïtien, comme beaucoup d’autres, peuples ne croit que ce qu’il voit. « Pour le choléra, ils ont vu des gens mourir autour d’eux. Pour le SIDA, ils ont connu également quelqu’un de leur famille ou de leur environnement qui a été infecté », a expliqué Dr Pape tout en affirmant que 90 % de la population du quartier Village de Dieu a été vaccinée contre le choléra sans aucun problème. Il a affirmé que la vaccination contre le SIDA ne serait pas aussi un casse-tête s’il y avait un sérum contre ledit virus.

Pour celui qui vient d’être nommé cette année au conseil scientifique de l’OMS, le problème du rejet du vaccin en Haïti est lié par le fait qu’une grande partie de la population n’a pas connu de personnes proches atteintes de la Covid-19 ou voir leur proche développé des formes graves de la maladie.

Dans une enquête réalisée par SAFITEK au début du mois d’avril, 85 % des participants ont nié la connaissance d’une personne de leur entourage testée positive au coronavirus. 79 % a indiqué n’avoir reconnu même un individu ayant un symptôme de la Covid-19. Cependant, 54 % de participants croient que le virus SARS-CoV-2 est présent en Haïti en 2021 contre 80 % pour l’année dernière.

S’agissant des vaccins contre la Covid-19, cette enquête de SAFITEK a révélé qu’environ 75 % de gens ne voudraient pas le vaccin même s’il était à leur portée. Les religieux comme les autres groupes se montrent sceptiques. Même les personnes les plus éduquées dans le pays ne cachent pas leurs doutes.

La nécessité d’une mobilisation à grande échelle

Dans de nombreux pays, la campagne de vaccination a débuté avec une campagne de sensibilisation également. Certains pays offrent des avantages pour inciter les gens à se faire inoculer. Toutefois, en Haïti, avec la crise politique aiguë et l’assassinat du président Jovenel Moise le 7 juillet dernier, la gestion de la pandémie, notamment la vaccination, ne fait pas partie des priorités du gouvernement.
Aucune disposition spéciale n’a été prise pour accompagner le MSPP dans la campagne de vaccination et pour susciter les individus à vacciner contre la Covid-19.

Les nombreux points de vaccination du MSPP disponibles à travers les dix départements du pays tardent encore à attirer la grande foule. La grande majorité de la population ne manifeste pas leur engouement pour les vaccins. Si faire accepter l’existence de la pandémie Covid-19 en Haïti était un défi, apprendre à la population l’importance des sérums anti-covid-19 reste un problème à surmonter rapidement.

En attendant, les 500 000 doses du vaccin Moderna, donné à Haïti par les USA dans le cadre de l’initiative COVAX, sont loin d’être injectés à la population haïtienne.

Une nouvelle baisse de la propagation du virus dans le pays

La troisième vague de la pandémie observée depuis le milieu du mois de mai a enregistré une baisse considérable à la troisième semaine du mois de juillet. Le nombre de cas au quotidien est en diminution. Suivant, Dr Jean William Pape, la troisième vague a fait plus de morts que les deux premières vagues. Il a attribué ce fait à la présence des variants du virus sur le territoire national. À date, le pays a recensé 20 326 cas confirmés, 563 morts et 14 802 cas récupérés.

D’un autre coté, Jean William Pape met en garde contre le variant Delta qui, selon lui, est 1 000 fois plus contagieux. Il croit qu’on doit convaincre la population de la nécessité de se faire vacciner pour éviter une nouvelle surprise de la pandémie.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [8278]