RTPacific Contact Avis
 
35.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Élections : des citoyens pensent que les conditions ne sont pas encore réunies

Élections : des citoyens pensent que les conditions ne sont pas encore réunies



Rencontrés au Champ de Mars, descitoyens estiment que les conditions ne sont toujours pas réunies pour des élections même après l’assassinat du feu président Jovenel Moise. Les dernières initiatives du CEP ne font que participer à « une représentation théâtrale ».

Si le Conseil électoral affirme avoir bouclé, le 2 aout dernier, l’inscription de 119 partis et regroupements politiques, pour certains citoyens, ces partis ont fait le choix de trahir la population et de confirmer leur volonté de garder le statu quo. Ils disent rejeter d’un revers de main le processus électoral dans les conditions actuelles caractérisées par l’insécurité alimentaire et la prolifération des gangs armés dans tout le pays.

« Il ne peut en aucune manière avoir des élections à la fin de l’année. Nous comprenons leur empressement à faire une sélection et suivre la volonté de l’international ».Ces compatriotes entendent, à compter de la semaine prochaine, recommencer avec les mobilisations, afin de contraindre le Premier ministre Ariel Henry à résoudre le problème criant de l’insécurité.

« Ne pensez pas que tout est fini avec la mort du président », a lâché un citoyen qui frise la cinquantaine. « Nous devons nous battre, et conjuguer nos efforts, aux noms des ancêtres,afin de mettre un terme au régime PHTK qui veut même après la mort de leur chef étendre leur tentacule et rester du coup au timon des affaires. »Ces compatriotes ne jurent que par « ’une transition politique pour la réorganisation des institutions du pays détruites par le régime en place, dont le système électoral, pour ensuite envisager des élections crédibles dans ce pays. «Pour l’heure, ils n’inspirent nullement confiance».

Ces personnes interrogées invitent la population à rester vigilante, à identifier et observer ces partis politiques et regroupements qui ont, aujourd’hui, retournéleur veste dans l’optique de prendre le pouvoir. Pour eux, «ce sont ces reptiles appelés caméléons qui changent de peau dépendamment de l’environnement ou ils se trouvent, oubliant qu’un léopard ne peut pas changer de peau ».

Enfin, les autorités, selon ces citoyens, devraient unir leurs efforts afin de trouver des solutions à l’insécurité et la violence qui prennent une vitesse exponentielle, qui contraignent nos compatriotes à fuir leur domicile pour se protéger des assauts des bandits.

Gérard H. Resil




Articles connexes


Afficher plus [8278]