RTPacific Contact Avis
 
33.05° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Enquête sur l’assassinat de Jovenel Moise : des zones d’ombres subsistent malgré 26 arrestations

Enquête sur l’assassinat de Jovenel Moise : des zones d’ombres subsistent malgré 26 arrestations



3 nouvelles arrestations ont eu lieu dans l’enquête autour de la mort du président Moïse. Mais en dépit de cela, elle est pratiquement au point mort. Cette enquête suscite encore beaucoup de questions en raison du fait que les principaux responsables de sécurité de Jovenel Moise, dont Dimitri Herard, refusent de se présenter par-devant le commissaire du gouvernement.

La PNH a déclaré, mardi, avoir arrêté 3 autres individus. Il s’agit de deux policiers, Bonny Gregoire et Clifton Hyppolite, accompagnés d’un autre citoyen répondant au nom de Dominique Covain. Selon le directeur général a.i. de la PNH, Léon Charles, Dominick Cauvin a participé à toutes les réunions de planification de l’assassinat du chef de l’État. Des réunions qui ont eu lieu chez Reynaldo Corvington, un autre complice qui est déjà sous les verrous. Des informations, dit-il, qui sont collectées à partir des confidences faites par les coupables lors des séances d’interrogation.

Par ailleurs, d’autres personnes sont recherchées dans le cadre de l’enquête. Mario Antonio Palacios Palocios, l’un des assaillants du commando, figure dans cette liste. Ashkad Pierre Joseph, ancien diplomate et représentant d’Haïti en terre étrangère, est aussi parmi les personnes recherchées. Selon les informations, il s’est réfugié aux États-Unis. Il a été retracé par les personnes en charge de l’enquête. La PNH a demandé aux autorités américaines de l’aider Haïti à l’appréhender, selon ce qu’a fait savoir le directeur général de l’institution policière.

Le plus dangereux des criminels recherchés par la PNH est Badio Joseph Félix. D’après Léon Charles, il a suivi et commandité l’assassinat du président Jovenel Moise. Au même titre que Rodolph Jaar et Badio Felix, l’ancien sénateur John Joël Joseph fait partie du cercle des auteurs intellectuels de l’assassinat de Jovenel Moise, informe le DGPNH.

Au total, 26 personnes sont arrêtées dans le cadre de l’enquête. Trois sont mortes dans des échanges de tirs avec la PNH. 13 résidences privées, et même des entreprises des personnes inculpées ont été fouillées par les responsables de l’enquête. Des armes et munitions ont été saisies, dont 45 fusils, 14 pistolets, des centaines de cartouche, drones, gilets, grenades, etc. En ce qui concerne des policiers, l’Inspection générale a déjà réalisé une cinquantaine d’auditions. Ce qui donne lieu à 23 mesures conservatoires et 7 isolements.

Les 7 policiers placés en isolement sont Dimitri Hérard, Boni Grégoire, Clifton Hyppolite, Jean-Charles Elie, Conrad Bastien, Fontus Renord et Jeanty Hubert. Léon Charles renouvelle son engagement de traquer tous les concernés afin d’arriver jusqu’aux auteurs intellectuels de l’assassinat de Jovenel Moise. Mais en dépit de ces informations, des zones d’ombre subsistent encore dans cette enquête. La population continue de se demander pourquoi le président est le seul à être tué et que personne ne s’est interposé entre lui et le commando ? Et jusqu’à date, certaines personnalités, dont des policiers qui sont visés par l’enquête refusent de se présenter au parquet pour répondre aux questions du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince.

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [8278]