RTPacific Contact Avis
 
26.83° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« Ils ont hypothéqué notre avenir », lâche un participant à l’opération des sept tours du Palais national

« Ils ont hypothéqué notre avenir », lâche un participant à l’opération des sept tours du Palais national



À l’initiative de plusieurs organisations de base, proches de l’opposition, plusieurs personnes ont défilé, ce 14 avril, dans les rues de la capitale haïtienne à travers un second mouvement consistant à faire sept fois le tour du Palais national dans le but de dire, entre autres, non à l’insécurité grandissante et non à la dictature. Pour l’un des participants, le régime en place a hypothéqué l’avenir des jeunes du pays.

Comme annoncé depuis quelques jours, plusieurs citoyens, sous l’instigation des organisations de base proches de l’opposition politique, ont gagné les rues de la capitale ce 14 avril 2021 dans le but d'exiger la démission du chef de l’État. Pour eux, le président, comme garant de la bonne marche des institutions étatiques, est le principal responsable de la situation du pays.

Les manifestants ont aussi plaidé pour le respect de la Constitution haïtienne de 1987 amendée. Ils ont dit également non à l’insécurité grandissante et à la dictature.

Le mouvement a débuté au Carrefour situant non loin de la Place de la Constitution de la rue Capois avec une cérémonie mystique. Cette fois-ci, de la rue Capois, les participants ont pris la direction de l’Avenue John pour rejoindre la rue Pavée. Puis, ils ont arpenté la rue de la Réunion et Saint-Honoré pour enfin clôturer le tour à la rue Capois. Tout au cours de leur parcours, ils n’ont pas cessé de scander des propos hostiles au régime en place. Ils ont fait ce parcours en boucle.

À la rue Magny, non loin du ministère à la Condition féminine et aux Droits des femmes (MCFDF) des individus non identifiés ont incendié un véhicule immatriculé : « SE-05631 ». En dépit des efforts des initiateurs, des individus mal intentionnés ont tenté de semer la pagaille sur le parcours. Des passagers se trouvant dans un minibus ont été agressés, mais les organisateurs ont dû intervenir pour éviter le pire.

« Nous sommes dans les rues pour faire sept tours contre la corruption, contre la muraille des dilapidateurs, contre le kidnapping, contre le pouvoir impérialiste qui, depuis des lustres, empêchent au pays d’avancer », a indiqué un jeune étudiant issu d’une organisation de base tout en affirmant sa foi dans le mouvement. Le jeune s’est dit confiant que le peuple va mettre fin régime du PHTK pour ensuite attaquer au « système » en soi. « Ils ont dilapidé les fonds du Petrocaribe…Ils ont hypothéqué notre avenir », a lancé le jeune sur un air de révolte.

Pour Reginald Dumé, membre du groupe Challenger populaire, ces 7 tours du Palais national sont symboliques. Tous les secteurs de la vie nationale, dit-il, ne sont pas en harmonie avec M. Moïse.

Présent au début du mouvement, le professeur Josué Mérilien a estimé que la démission de Joseph Jouthe ne va rien changer dans la crise. Au contraire, il demande à la population de rester sur ses gardes et se focaliser sur l’objectif premier. Pour M. Mérilien, cette démission rentre dans le cadre du plan du pouvoir impérialiste afin de faire cohabiter une frange de l'opposition avec le pouvoir en place et réaliser du coup les élections.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [7870]