RTPacific Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Insécurité : les institutions catholiques ferment leurs portes le jeudi 15 avril

Insécurité : les institutions catholiques ferment leurs portes le jeudi 15 avril



Suite à l’enlèvement et la séquestration de quatre prêtres et deux religieuses, la Conférence épiscopale en Haïti (CEH) a annoncé une journée de protestation contre l’insécurité pour le jeudi 15 avril. Au cours de cette journée, les institutions de la CEH, universités, écoles, presbytérales et autres institutions seront fermées.

Pour protester contre l’insécurité qui prend des proportions inimaginables dans le pays, la Conférence épiscopale en Haïti (CEH) demande à toutes les écoles catholiques, les presbytérales, les congréganistes, les universités et toutes les autres institutions appartenant à la CEH de fermer leurs portes. « Nous demandons pour le jeudi 15 avril dans tout le pays de sonner les cloches à midi et de célébrer la messe pour solliciter de Dieu le changement pour Haïti », a indiqué la CEH dans une note publiée, le mardi 13 avril, contre le kidnapping. Les évêques de la CEH espèrent l’aide de Dieu pour combattre tout mal, toutes violences et la dictature qui menace le peuple haïtien, ont-ils affirmé.

« Nous dénonçons avec toutes nos forces la dictature du kidnapping qui s’installe dans le pays », ont martelé les évêques. Ils demandent de ne plus accepter que les bandits continuent à tuer d’autres personnes. Pour les prêtres, à l’état actuel des choses, nous devons travailler pour le changement de nos cœurs et mentalités. Ils appellent à une entente dans la prière afin d’avoir un autre pays qui ressemble à ce que Dieu veut pour nous.

Les évêques de la CEH soulignent que, depuis des années, la vie du peuple haïtien est réduite au kidnapping des individus de tous les secteurs. Selon la CEH, de nombreuses personnes enlevées sont humiliées, violées et torturées. « Certains ne retournent plus dans leur vie normale », a déploré la CEH en s’interrogeant sur la fin de ces actes et le contrôle du pays. « À quand la fin de ces actes ? Le pays est-il incontrôlable ? », questionne l’Église catholique en Haïti. Pour la CEH, les bandits sont puissants. Ils agissent sans crainte. La CEH estime que les bandits auraient plus de pouvoir que l’État et la police.

Entre autres, la Conférence épiscopale a exprimé son indignation suite au kidnapping de quatre prêtres de la communauté de Saint-Jacques, deux religieux et trois fidèles de la famille du prêtre Jean Arnel Joseph. Cet incident est survenu, suivant la CEH, après le massacre du Bel’Air dans les jours passés, pendant que les prêtres et religieux étaient en route pour la paroisse Galette-Chambon pour assister à l’installation du prêtre Jean Arnel Joseph comme curé de ladite paroisse.

S’il est vrai que la situation actuelle du pays est difficile, les évêques invitent les fidèles à se souvenir des récentes paroles de pape François : « Ne laissez pas les difficultés vous écraser. Mais de regarder en avant avec confiance et espérance ». Les prêtres souhaitent que les fidèles trouvent de la force en Jésus pour mener la bataille dans la vie. Ils appellent les fidèles à dire comme l’apôtre Paul « dans la détresse, mais non dans le désespoir ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ».

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [7852]