Cap-Haïtien : des institutions de société civile se mobilisent pour attirer les touristes

0
1268

Depuis la fin du mois de mai 2022, des citoyens vivant au Cap-Haïtien et quelques-uns de la diaspora, natifs de la deuxième ville pays, se sont mobilisés à travers plusieurs initiatives afin de lutter contre le phénomène de l'insalubrité chronique qui caractérise la cité christophienne depuis plus d'une décennie.

«Sove Okap, Okap pwòp, 300 diaspora Okap» sont entre autres des initiatives prises par la société civile capoise afin de créer un environnement sain notamment durant les vacances d'été qui coïncident avec les fêtes champêtres. C’est le bon moment pour des touristes de visiter le Cap-Haïtien et ses environs à cause de ses multiples sites touristiques et historiques incontournables.
«La ville du Cap-Haïtien propose plus d’endroits touristiques que les autres villes. On peut les réaménager et faire en sorte qu’ils constituent des points touristiques sur le marché international», a déclaré Fritz Gérald Chevalier, l'un des initiateurs du mouvement « Sove Okap ».

Dans la foulée, M. Chevalier,  croit que l'insalubrité est l'un des obstacles majeurs au développement du tourisme dans la ville du Cap-Haïtien réputée pour ses attraits touristiques hors du commun.

«À travers "Sove Okap", nous entendons  sensibiliser les citoyens dans les zones périphériques du Cap-Haïtien, notamment sur les conséquences de l'insalubrité et comment peut-on les contourner à travers des mobilisations communautaires», a poursuivi Fritz Gérald Chevalier, informant que la structure qu'il dirige entend distribuer des poubelles domestiques aux ménages, et les récupérer à travers des unités mobiles.

«La propreté, le reboisement des mornes, le service sanitaire et le service des drainages sont pour le principal initiateur de "Sove Okap" la première étape à franchir pour relancer vraiment le secteur du tourisme dans la métropole du Nord. »

« C'est vrai le Nord  ne  dispose pas  encore d'une grande chaine d’hôtel, néanmoins  le nombre  des établissements hôteliers avec des standards internationaux s'accroît afin de recevoir les gens. Avec le Grand Sud  inaccessible, le Nord a toute la chance de devenir une vraie destination touristique notamment durant les fêtes champêtres». C'est la compréhension de l'économiste César Jordany  qui souhaite que l’État encourage l’ouverture des chaines d’hôtel dans la zone comme cela a été le  cas pour la capitale du pays.


Selon M. Jordany, « pour redynamiser l'industrie touristique du Cap-Haïtien, il faut: la restructuration du réseau routier, la gestion des déchets et des marchés publics, et le renforcement du réseau électrique. »

«Hormis Labadee, la citadelle La  Ferrière,le palais de Sans soucis, les différentes autres plages de la place, le musée  de la monnaie, Habitation Duplaa, Lovanna et Camp Louise sont des sites touristiques hors pair qui font du  département du Nord  une destination touristique incontournable», selon l'un des membres de la commission municipale du Cap-Haïtien, Patrick Almonor.

«Toutes les initiatives visant à embellir la commune du Cap-Haïtien sont bienvenues. D'ailleurs, nous remercions la société civile qui  a répondu à notre appel concernant l'implication citoyenne pour sauver le Cap -Haïtien », a déclaré la présidente de la Commission municipale du Cap-Haïtien, Yvrose Pierre, rappelant que la ville a toute la potentialité pour devenir une destination touristique sûre.


«Le climat sécurisé, que nous offrons, nous  donne la chance d'attirer plus de visiteurs», s'enorgueillit Mme Pierre.

Si  la  Covid-19 avait refroidi les activités touristiques, il faut souligner que, depuis un certain temps, on  croise des  étrangers  qui circulent dans la ville, ils fréquentent les hôtels et les restaurants sont achalandés.


Il suffit de  jeter un coup d’œil sur les plages aux alentours du Cap-Haïtien pour constater que les touristes sont là.
La reprise est solide.


« La direction régionale Nord  du  ministère du Tourisme et des Industries créatives  a pour défi de faire du Cap une vraie et belle destination au moment où elle s’apprête à reprendre son envol», a indiqué la directrice départementale Nord de cette structure, Marie Lourdes Trott.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

0 COMMENTAIRES