Plaidoyer pour le respect des droits des personnes handicapées, World Vision s’engage

Depuis le 3 décembre 1992, les Nations unies ont institué la Journée mondiale des personnes handicapées. Un événement qui vise à sensibiliser les gens pour des questions relatives à l'incapacité et promouvoir les « Design pour Tous » dans l'intention d'assurer les droits des handicapés, et intégrer les handicapés dans la vie politique, économique et culturelle. Le National a rencontré Wolrd Vision, une organisation qui intervient pour le respect des personnes handicapées en Haïti.

Le National :Le 3 décembre marque la Journée internationale des droits des personnes vivant avec un handicap. Que représente pour vous cette date ?

 

World Vision :Le3 décembre marque la Journée mondiale des personnes handicapées. C’est l’occasion de faire passer des messages de sensibilisation et de promotion des droits et aussi de poser des actions de plaidoyer pour une société plus inclusive et plus juste.

 

 

LN : En quoi l’intervention de  World Vision contribue-t-elleen faveur du respect des droits des personnes vivant avec un handicap ?

 

WV : L'intégration des personnes handicapées est importante pour World Vision car nous sommes appelés à servir ceux qui vivent dans la pauvreté, ceux qui sont opprimés et particulièrement vulnérables, tels que les personnes handicapées. À travers notre stratégie ministérielle, nous recherchons le bien-être durable des enfants au sein de leurs familles et de leurs communautés, en particulier les plus vulnérables. Le niveau de vulnérabilité est donc accru pour les raisons suivantes : pauvreté, manque d'opportunités, la privation de leurs droits, la stigmatisation et la discrimination, l'inaccessibilité aux installations et aux services, le manque de confiance en soi, etc.

Selon les données disponibles, approximativement 15 % de la population mondiale vivent avec une forme quelconque de handicap. (https://www.un.org/development/desa/disabilities/news/news/international-of-persons-with-disabilities-3-december.html) Ce qui doit nous préoccuper tous et nous exhorte à conjuguer nos effortspour construire une société où les droits des personnes handicapées seront respectés.

L'approche de World Vision en matière d'inclusion des personnes handicapées se concentre sur les questions sociales de programmation et de droits, plutôt que sur les questions médicales et individuelles. Nous mettons l'accent sur les capacités et le potentiel de la communauté de personnes vivant avec un handicap plutôt que sur leurs déficiences ou leurs limitations fonctionnelles. Parce que de nombreuses personnes en situation de handicap sont encore plus vulnérables et appauvries en raison de la stigmatisation sociale etla discrimination, World Vision s'efforce donc de minimiser ces effets en assurant l'intégration de la situation de handicap dans toutes ses activités de développement, d'assistance, d’autonomisation et de support dans la défense de leur dignité et de leurs droits.

 

LN : Comment comprenez-vous le thème retenu cette année ?

 

WV : Le thème retenu cette année est le suivant : Leadership et participation des personnes handicapées vers un monde inclusif, accessible et durable après le COVID-19. Ce qui s’inscrit à travers les objectifs de développement durable notamment dans les domaines de l’éducation, de la lutte contre les inégalités, l’accès au travail et l’aménagement urbain.

« Rien sur nous sans nous » est le principe clé qu’emploie World Vision pour promouvoir l'inclusion des personnes en situation de handicap - Elles connaissent leurs besoins et peuvent nous aider à adapter nos programmes pour répondre à leurs besoins et supprimer les obstacles qui pourraient surgir.

 

LN : Qu’elle est votre lecture de la situation des personnes vivant avec un handicap en Haïti. Et comment contribuez-vouspour l’amélioration de ces conditions ?

 

WV : En Haïti, les droits des personnes en situation de handicap sont constamment violés soit par les barrières comportementales, institutionnelles ou environnementales qui existent dans la société.   Ces barrières empêchent certains des membres de la société (en particulier ceux qui présentent des déficiences physiques, sensorielles ou intellectuelles) de participer à des activités dont jouissent les autres membres du corps social et souvent, les besoins spécifiques de la communauté des personnes en situation de handicap ne sont pas toujours pris en compte.  

C’est dans ce sens que la World Vision International-Haïti, organisation qui travaille dans les communautés à partir des programmes de développement local durable visant à transformer la vie des plus vulnérables, supporte des initiatives visant à créer une société inclusive et juste. C’est pourquoi nous avons contribué au renforcement de capacités des jeunes leaders, en étroite collaboration avec le Bureau du secrétaired’État à l’intégration des personnes handicapées (BSEIPH) cette année à travers des programmes de formation notamment sur le cadre légal existant sur les personnes handicapées et mieux les outiller pour mener des actions de plaidoyer quant au respect de leurs droits. De ce partenariat, nous avons supporté techniquement BSEIPH dans la promotion et la vulgarisation de la loi sur l’intégration des personnes handicapées, et aussi supporté des familles logées dans des conditions difficiles à Delmas 103 suite à leur déplacement du camp de Delmas 2.

Nous sommes heureux d’avoir pu appuyer les efforts de l’organisation SpecialOlympics dans le cadre de leurs activités de consultation médicale pour les enfants en situation de handicap.  En outre, World Vision Haïti cherche constamment à développer une compréhension plus unifiée de notre approche de travail avec les personnes en situation de handicap et afin de partager les meilleures pratiques, ressources et leçons.

 

Le National : Avez-vous un dernier mot ?

 

World Vision :Aujourd’hui 3 décembre, World Vision joint sa voix au cri de plusieurs entités de la société civile et les membres de la communauté de personnes en situation de handicap pour :

  1.  La mise en place des mécanismes et structures fonctionnels capables de respecter et faire respecter les droits des personnes en situation de handicap.
  2. Le renforcement des mesures légales quant à l’application des lois sur les personnes handicapées et redynamiser BSEIPH au niveau national pour répondre à sa mission.
  3. Mettre en question les barrières sociétales qui excluent les personnes en situation de handicap afin que leurs préoccupations, leurs contributions et leurs expériences soient également valorisées et fassent partie intégrante de la politique et de la programmation nationales.

 

 

Propos recueillis par :

Lesly SUCCÈS

LAISSEZ UN COMMENTAIRE