Un peuple humilié

0
884

Le temps est à la réanimation du malade plongé dans le coma que l’on espère réversible. Les médecins font l’effort de lever le petit doigt pour manifester leur présence. Les prescriptions et les accords sont brandis et défendus dans une confusion qui déroute. Pour une fois, on ne distingue ni l’ami ni l’ennemi. Et, pour l’instant, il faut constituer un nouveau gouvernement. Le pays saura attendre. Comme d’habitude, dans sa léthargie. Puisqu’être en politique suppose la poursuite de l’illusion de gagner, la suite est facile à imaginer.

 

Les citoyens, même ceux qui vivent de petites rapines ou de grand banditisme, croient ou espèrent que les institutions républicaines seront remises debout pour régénérer les valeurs et les principes dans la gestion des affaires de la République.

 

Il est vrai que nous avons connu, des fois, aimé et supporté des dirigeants indignes et incapables de prendre conscience des devoirs et des responsabilités liés aux fonctions qu’ils occupent. Soit ! Mais, aujourd’hui, la République ne s’éloigne pas simplement des grands champs de la démocratie et de la gestion honnête, elle humilie ses citoyens. Jusqu’à ceux qui ne demandent pas plus qu’une promesse, qu’une explication sibylline, qu’un petit faire semblant pour se fermer les yeux et se contenter de croire qu’il faut kite peyi a mache.

 

Oui, les Haïtiens sont humiliés et c’est même devenu le sport préféré de ceux qui peuvent se permettre d’abuser, profitant de leur pouvoir ou de leur position dominante. En accumulant les stupidités, les manquements au devoir, les insultes au bon sens, les accrocs à la dignité humaine, les Haïtiens détestent de plus en plus leur image et n’osent plus se présenter aux autres. Quand nous nous sentons humiliés, nous avons envie de nous cacher. De nous enterrer vivants. Sauf que nous ne pouvons qu’en prendre à nous-mêmes et les autres, à distance, nous regardent avec pitié et amusés.  C’est dur de ne pas pouvoir pointer du doigt un bouc émissaire. Il ne s’agit pas simplement de la malveillance des journaux américains qui ont convaincu le monde entier que le sida avait des origines haïtiennes ou l’arrogance niaise de M. Trump qui inventa, à notre grand désespoir, le concept de shithole country.

 

Du cynisme qui caractérise la pratique de la politique à l’approximation dans la gouvernance, les Haïtiens sont humiliés parce qu’ils ne sont pas respectés. En osant un inventaire à la Prévert, nous pouvons citer pêle-mêle l’image du policier qui se bat, à coup de jerricane, contre un conducteur de taxi-moto, un Sénat de la République en déshérence, des rafles de compatriotes illégaux un peu partout dans le monde, la convoitise des postes prestigieux comme dans une bataille de chiffonniers, le kidnapping sans effort, la justice qui n’essaie même pas de se chercher, etc. 

 

Avoir faim, ne pas pouvoir se déplacer, avoir peur, c’est beaucoup. Se sentir humilié est le sentiment de trop.

 

Les nouveaux hauts responsables ont besoin de nos bons souhaits et aussi de bien sonder la direction du vent.

 

La Rédaction

LAISSEZ UN COMMENTAIRE