Accueil » Culture » Willems Édouard ou le poète ressuscité

Willems Édouard ou le poète ressuscité

29 mai 2018, 9:35 catégorie: Culture793 vue(s) A+ / A-

On n’assassine pas un poète. Collectif.
Jebca Éditions. 2018

 

Sous la direction de Ricarson Dorcé et Ralph Jean-Baptiste, vient de paraître aux éditions JEBCA le recueil collectif « On n’assassine pas un poète. En guise d’hommage à Willems Édouard ». La préface est de Michèle Duvivier Pierre-Louis, ancienne Première ministre d’Haïti, économiste, professeure d’Université et présidente de la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL).

Dans un style très littéraire, Michèle D. Pierre-Louis se questionne sur « cette forme de violence irréfléchie qui se perpétue de manière protéiforme, sans que nous ne soyons capables d’en infléchir la courbe ascensionnelle ». « Je ne sais pas si celui qui a appuyé sur la gâchette, ce matin-là, savait qu’il assassinait un poète », se demandait-elle dans la préface. Toutefois, elle a reconnu que « le souffle poétique est éternel ». Quant à Ricarson Dorcé, poète et doctorant en ethnologie et patrimoine, dans l’introduction de ce recueil poétique, il montre la nécessité de « patrimonialiser certains de nos êtres disparus, de ressusciter leurs aspirations, leurs projets, leurs rêves, leur savoir-faire, leurs visions du monde, etc. ».

Ce recueil d’hommages est préparé « par des hommes et des femmes, toutes générations confondues » : John Wesley Delva, Jacques Adler Jean-Pierre, Jean Emmanuel Jacquet, Claude Bernard Sérant, Rodney Saint-Éloi, Marc Exavier, Dominique Batraville, Samy Janvier, James Noël, Duckens Charitable, Hérold Toussaint, Marie Alice Théard, Inéma Jeudi, Dieulermesson Petit Frère, Markendy Simon, Rodolphe Mathurin (Sonson), André Fouad, Iléus Papillon, Carl- Henry Pierre, Christophe Philippe Charles, Ricardo Hyppolite, Denise Bernhardt, Yasmina Tippenhauer, Guy-Gérald Ménard, Luckens Legros, Marie-Ange Claude, Jean James Junior Jean Rolph, Snayder Pierre Louis, Caleb Mac Bernard Dorcé, Robert Berrouët-Oriol, Websder Corneille, Marie-Laurence Jocelyn Lassègue, etc. On y trouve un poème inédit de Willems Édouard.

Les propos de Ralph Jean-Baptiste – lors de la soirée d’hommage au poète Willems Édouard réalisée, le 9 août 2016 par l’Association Culturelle Café Philo Haïti – ont servi de conclusion à ce texte collaboratif. Pour ce philosophe très médiatisé, « Willems Édouard, c’est aussi tous ces jeunes qui fréquentent tous les mardis Café Philo et qui seront probablement dans cinq ou dix ans des poètes, des comédiens, des diseurs (…) En ce sens, gagnés à la métaphore du propos de Jacky Dahomey (que nous citons ici de mémoire) nous tenons là une certitude, Willems Édouard ne saurait pour nous mourir et que même sa trajectoire nous immunise contre une nébuleuse : on n’assassine pas un poète aussi bien qu’on n’assassine pas une idée ».

Willems Édouard n’est pas mort. Laissez vivre le poète ! « Il faudra qu’on me laisse vivre après m’avoir fait tant mourir », disait le poète Viau..

Casimir Rodny

Comments

comments

scroll to top