Accueil » Édito » Vous avez dit “ Plan d’action contre la traite des personnes”?

Vous avez dit “ Plan d’action contre la traite des personnes”?

05 juillet 2018, 9:49 catégorie: Édito20 781 vue(s) A+ / A-

Dans le Manuel de la lutte contre la traite des êtres humains à l’usage des praticiens de la justice pénale, la traite des personnes est présentée comme une violation insupportable des droits humains et un acte répréhensible à part entière. Elle renvoie à d’autres crimes, tels que le travail forcé ou l’exploitation considérés comme des formes modernes d’esclavage. Depuis des décennies, la lutte contre ce phénomène figure en bonne place à l’agenda international. La sensibilisation et la formation extensive des divers acteurs sociaux semblent être la façon idéale d’arriver à une meilleure compréhension, à une application renforcée de la loi et au développement de plus d’actions efficaces pour combattre ce fléau.

L’Ambassadeur des États-Unis d’Amérique en Haïti, Mme Michèle Sison, dans un communiqué en date du 28 juin2018 s’inspirant du rapport du Département d’État américain, assure que son pays continuera de travailler avec Haïti qui est en train de finaliser un Plan d’action national contre la traite des personnes. L’adoption de ce Plan, associée au renforcement de la capacité du pouvoir judiciaire à poursuivre les trafiquants, représente, selon elle, des étapes essentielles pour progresser dans l’objectif commun des deux pays.

Ce communiqué qui s’inscrit dans le cadre du rapport annuel sur la traite des personnes et publié le 28 juin dernier à Washington D.C. par le secrétaire d’État américain, M. Michael R. Pompeo et le conseiller du président américain, Mme Ivanka Trump, attire l’attention sur l’importance accordée par le Département d’État américain sur le projet du Plan d’action du Gouvernement haïtien. En effet, M. Pompeo a souligné que le rapport TPI de cette année tient compte du travail critique des communautés locales pour arrêter les trafiquants et fournir une assistance aux victimes. “La traite des personnes est un problème mondial, mais aussi local. Les communautés sont un élément essentiel de la solution. Et les États-Unis sont profondément engagés dans cette lutte.”

Conformément à la loi américaine sur la protection des victimes de la traite (Trafficking Victim Protection Act), le rapport TIP évalue les efforts déployés par les gouvernements du monde pour lutter contre la traite des personnes. Il met en évidence des stratégies pour lutter contre ce phénomène et protéger les victimes. Le rapport de l’année 2018, la 18e édition, inclut des analyses concernant 187 pays et territoires, y compris les États-Unis. Le gouvernement américain a établi des partenariats avec d’autres pays, des organisations internationales et des organisations non gouvernementales (ONG) en vue de lutter contre la traite des êtres humains. Ces projets qui reflètent toute une série d’efforts conjugués et dans un même dessein ont une portée mondiale, régionale et locale. “Au cours de l’année écoulée, le soutien des États-Unis a permis aux bénéficiaires, y compris en Haïti, de contribuer à l’élaboration et à la promulgation des lois contre la traite, de renforcer les capacités et la sensibilisation afin de combattre la traite des personnes et répondre aux besoins de protection des victimes”.

Haïti, déjà indexé par le Département d’État américain dans son rapport publié le 2 juillet 2016, en dépit des instruments légaux adoptés et la création du Comité national de lutte contre la traite des personnes (CNLTP) s’est présenté jusqu’à date comme un mauvais élève dans la région des Caraïbes aux côtés de six autres pays figurant sur une liste noire et qui n’ont pas déployé suffisamment d’efforts pour combattre ce fléau. Aujourd’hui, deux ans plus tard, le pays garde jalousement la position à laquelle il avait accédé, soit le niveau 2 qui le range confortablement au sein des pays en observation. Il fait du sur place à défaut d’avancer. Selon le CNLTP, la loi sur la lutte contre la traite des personnes (cf. Le Moniteur juin 2014) indique qu’il s’agit d’un problème complexe de dimension nationale qui demande des solutions. Et c’est dans cet esprit que se précise le Plan d’action national, cette montagne qui aura le scrupule de ne pas accoucher d’une souris.

Robenson Bernard

Comments

comments

scroll to top