Accueil » Actualité » Vers la création d’un espace de concertation entre le MAST et les centres professionnels

Vers la création d’un espace de concertation entre le MAST et les centres professionnels

16 mai 2018, 9:10 catégorie: Actualité929 vue(s) A+ / A-

Dans le but d’harmoniser les relations entre les centres professionnels du pays et le ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST), la Direction de la main d’oeuvre dudit ministère a réalisé, le mercredi 16 mai 2018, à la cafeteria du ministère, une séance de formation pour les directeurs des centres professionnels du pays. Cette séance de formation avait pour objectif de présenter aux directeurs concernés les nouvelles mesures prises par le ministère afin de mieux coordonner les activités de formation dans les différents centres professionnels accrédités du pays.

« Cette rencontre de formation s’inscrit dans le cadre d’une démarche visant à établir une communication étroite entre les centres professionnels et le ministère des Affaires sociales et du Travail », a fait savoir Jean Gérard Pierre, le directeur de la main d’oeuvre du MAST. Il a déploré le manque de communication entre les centres professionnels et son ministère. « Personne ne sait ce qui se passe dans ces centres, ni comment ils fonctionnent, etc. ». M. Pierre a tenu à ajouter que le secteur de la formation professionnelle souffre d’un déficit d’harmonisation entre les différents acteurs du système.

D’après le directeur de la main d’oeuvre, le MAST, par l’entremise de sa direction, vise à établir un mécanisme de communication, à créer un espace d’interaction et de dialogue entre les protagonistes du secteur afin de permettre au MAST de pouvoir les accompagner. Ce qui va favoriser, à en croire M. Pierre, une bonne qualité de formations dans ces centres professionnels et la production de meilleurs étudiants aux bénéfices de ces centres, des entreprises et du pays tout entier.

« Les centres professionnels ont intérêt à rechercher l’accompagnement de l’État », a insisté Jean Gérard Pierre. Il a souligné la nécessité pour les centres d’avoir la reconnaissance légale de l’État, c’est-à-dire d’être accrédités à travers un ministère sectoriel. En ce sens, aux dires du directeur, le MAST a enregistré plus de deux cents centres professionnels privés accrédités à travers le pays qui viennent en aide aux centres publics, selon la loi de 1974 qui permet aux institutions privées de venir en aide à l’État afin de combler les vides existants dans le domaine.

Par ailleurs, M. Pierre a relaté la loi sur la formation professionnelle votée dans les deux branches du Parlement, mais en attente de publication dans le journal officiel du pays, le Moniteur, par le président de la République, Jovenel Moïse. Selon lui, cette loi prévoit la mise en place d’un conseil national de la formation professionnelle qui sera un espace d’interaction et de communication pour les acteurs du système, entre les ministères eux-mêmes et entre les ministères et les centres de formation professionnelle.

Woovins St-Phard

Comments

comments

scroll to top