Accueil » Culture » Veronica Ferreiro, Yilian Canizares et BIC : une soirée de jazz exceptionnelle

Veronica Ferreiro, Yilian Canizares et BIC : une soirée de jazz exceptionnelle

12 mars 2017, 8:18 catégorie: Culture2 988 vue(s) A+ / A-

Veronica Ferreiro et Lòlò sur la Place Boyer./Photo : Chokarella

 

La fondation Haïti Jazz dans le cadre de la de la 11e édition du festival international de Jazz de Port-au-Prince a présenté, sur la place Boyer, à Pétion-ville, dans la soirée du vendredi 10 mars 2017, un spectacle de chansons et de musiques pas comme les autres. Ce festival de jazz qui promeut depuis sa création la diversité culturelle a permis au public de découvrir et redécouvrir trois artistes talentueux : l’espagnole Veronica Ferreiro, la cubaine Yilian Canizares et notre chanteur Roosevelt Saillant dit BIC.

Au milieu du terrain de basket-ball de la place Boyer, un podium a été dressé. Deux écrans géants diffusaient la prestation des artistes retenus dans le cadre de cette soirée festive. Un DJ plongeait des festivaliers dans l’ambiance de cette nuit claire de début de printemps. Une brochette de personnalités et d’artistes remarquables a été remarquée dans le public.

L’ambassadeur de Suisse en Haïti, Jean Luc Vichaux, le journaliste suisse Arnaud Robert qui s’est amusé comme un gamin, la chanteuse Ruthshelle Guillaume, Manzè et Lòlò de Boukman Eksperyans, le chanteur James Germain, sans oublier les maitres à penser du festival, Miléna Sandler et Joël Widmaër. La mairesse-adjointe de Pétion-Ville, Alexandra Roumain, s’est dit honorée du fait que la place Boyer située dans sa commune a accueilli cet événement culturel majeur.

Avec une voix douce et mélodieuse, Veronica Ferreiro a débuté le spectacle. Accompagnée d’un pianiste de talent, la jeune chanteuse et compositrice espagnole qui a parcouru les plus grands festivals de jazz de la planète, a interprété des chansons gravées sur ses deux albums. Elle chantait dans sa langue maternelle mais, communiquait avec le public en anglais.

 « C’est un plaisir pour moi d’être ici et je suis heureuse de vous chanter mes chansons qui véhiculent un message d’espoir ». Sur scène, Veronica Ferreiro chantait, libérait des pas de danse, se tapait les mains. Les couleurs du flamenco tout au long de sa prestation a illuminé la nuit et le public a pu apprécier l’émotion qui la traverse après chaque interprétation.

Le groupe de bande à pied Follow Jah a investi les lieux en deux occasions. Escorté de deux jambes de bois qui sont nostalgiques des chorégraphies du danseur ti Gérard Laloz , Follow Jah en ces temps de carême jouait du « rara » pour le plaisir des ses nombreux fans.

La violoniste et chanteuse cubaine Yilian Canizares soutenue par un trio de musiciens a mis son grain de sel dans la réussite de cette soirée avec la complicité et le talent de ses accompagnateurs: un bassiste Mozambique, un pianiste suisse un batteur allemand Yilan; Canizarez est une fille adoptive de notre pays.

 « J’ai donné des concerts en Europe et ailleurs mais laisse moi avouer que ce qui se passe ici est unique et exceptionnel » a-t-elle confié à l’assistance qui a apprécié sa prestation. L’artiste a puisé dans ses origines cubaines un rythme entraînant et une énergie folle. Elle a traversé en même temps les nocturnes du poète du piano Fréderic Chopin. Elle a rendu hommage à sa mère, à ses ancêtres et à Luiz Cabanez, une grande figure de la culture cubaine.

James Germain, Manzè et Lòlò de Boukman Eksperyans l’ont rejointe sur scène. Ensemble, ils ont fait voguer les mélomanes sur les ailes envoûtantes de la musique. Le ténor James Germain chantait avec ses tripes. La musique a fait corps avec son âme. Et c’est toute la place Boyer qui allait se déhancher sur le rythme entraînant d’un hymne à Erzulie.

Notre chanteur-poète, rappeur, slameur Roosevelt Saillant dit BIC qui jouait ce soir là en full band était impressionnant et généreux. Son énergie et la profondeur de son empathie ont séduit plus d’un. BIC avait une pensée spéciale pour l’ancien président haïtien René Préval décédé le 3 mars dernier et ses frères musiciens tels que le samba Kessy et Black Easy , Erick Charles, Black Alex qui sont passés à l’orient éternel. Il a demandé au public de lever les mains en mémoire des disparus. Une composition qui a parlé de la mort gravée sur son album : « Vocabulary » est tout de suite interprétée. Et du coup, les chagrins ressentis lors de ces deuils se sont mués en des sentiments de paix et de sérénité. Une avalanche de chansons d’amour, de révoltes et de contestations « Manmanm », « A lè kile », « Yon ti kalkil », « Li difisil », « Wow » ont mis le délire dans la foule. BIC a cette capacité de faire passer dans ses chansons des reflets de miroirs dans lesquels chacun peut se regarder.

Cette fête, à la place Boyer, était une réussite en dépit du retard observé pour ce show prévu pour six heures. Les organisateurs en ont profité pour faire un clin d’oeil à la dernière journée de jazz.

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top