Accueil » Édito » Vaincre le chienlit ou combattre la morosité !

Vaincre le chienlit ou combattre la morosité !

29 novembre 2017, 12:12 catégorie: Édito12 640 vue(s) A+ / A-

Le climat social est particulièrement morose en ce mois de novembre 2017. Il flotte comme un vent de pessimisme dans l’air. Les nouvelles de départs massifs et de retours forcés de réfugiés économiques rythment une actualité qui charrie son lot quasi quotidien de scandales judiciaires et de flibusterie foncière.

Les actions volontaristes du chef de l’État : caravanes du changement, remobilisation de l’armée, concours d’entrée dans l’Administration publique-, sont loin de suffire à faire démarrer une nation, engluée dans les tranchées de l’immobilisme. La crise de confiance a atteint de telles proportions qu’une grande partie de la population peine à s’embarquer dans la caravane présidentielle, dont pourtant le but affirmé est de paver les voies nouvelles du développement et de creuser les sillons d’une prospérité à venir.

Une histoire marquée par des années de production stérile a fini par transformer nos dirigeants en statues de sel qui n’attendent que la prochaine averse pour fondre et perdre toute contenance. Le président a cru jusqu’ici pouvoir tout seul servir de levier au désenclavement d’un pays embourbé dans des marais impénétrables. Son entêtement à poursuivre dans cette direction, menace de ruiner sa première année de mandat suprême. Entretemps, comme des fourmis folles, tout un peuple s’active pour survivre ; tout en ne perdant pas de vue : d’un côté les gesticulations d’un chef volontariste, mais qui vraisemblablement ne s’est pas encore donné les moyens de sa politique ; et de l’autre, les fulgurances insurrectionnelles de la fraction dure de l’Opposition politique dont on doute qu’elle puisse réellement changer la donne. Au demeurant, on la sait capable de faire tourner, dans un grincement lourd de conséquences, la roue du pouvoir, mais sans parvenir à transformer la mécanique implacable d’une meule étatique construite depuis deux siècles pour broyer les meilleures intentions.

Les États généraux sectoriels dont les premières consultations ont débuté au palais national pourraient ouvrir une fenêtre d’opportunités pour la mise à plat de nos problèmes structurels. Il importe cependant que leur mise en place se fasse patiemment, en tenant compte de nos habituelles lacunes méthodologiques, et surtout, en évitant toute précipitation à des fins uniquement de gain politique.

Ces assemblées du peuple revendicatif qui devront prendre à terme l’allure d’une Conférence nationale ne pourront pas servir de décor, sous peine de catastrophe annoncée, à une nouvelle dramaturgie politicienne ; ni non plus servir uniquement les intérêts de groupes kleptocrates dont l’appétit vorace pour le bien commun fait d’eux les grands saigneurs de la république à défaut d’être des « seigneurs du changement »

Des questions essentielles en rapport à la normalisation du pays comme, par exemple , nos choix économiques et leurs conséquences sur notre état de pauvreté , nos services publics face à la détresse citoyenne ou encore la stabilisation de nos institutions à travers un réaménagement du processus constitutionnel ; le rôle de la police et de l’armée dans la redéfinition d’une politique nationale de sécurité publique ; le plan cadastral et la sécurité foncière ainsi que la turbulente et récurrente question des arriérés de salaires dans un système administratif inefficient : autant de thèmes parmi beaucoup d’autres, dont il est urgent de débattre et auxquels des solutions aussi viables qu’efficaces sont attendues.

Il faudra enfin tout au long du processus des États généraux que les pouvoirs publics posent des actes concrets destinés à créer un début de confiance dans une démarche à haut risque, mais porteuse d’espérance citoyenne..

Roody Edmé

Comments

comments

scroll to top