Accueil » Société » Une organisation se propose d’aider les mairies à contrôler le nombre de maisons de leur commune

Une organisation se propose d’aider les mairies à contrôler le nombre de maisons de leur commune

25 septembre 2018, 9:02 catégorie: Société3 520 vue(s) A+ / A-

La Communauté OpenStreetMap Haïti de Saint-Marc (C-OSM-HA.STM) est une structure oeuvrant dans le domaine de la cartographie depuis 2012 dans cette commune du département de l’Artibonite. Leur objectif : vulgariser, faire la promotion du mouvement de la Cartographie collaborative afin d’enrichir beaucoup plus la carte d’Haïti avec les données. Ainsi, cette structure se propose d’aider certaines mairies du pays afin de contrôler la quantité de bâtiments se trouvant dans leur commune.

La Communauté OpenStreetMap Haïti de Saint-Marc (C-OSM-HA. STM) est une structure qui encourage la cartographie collaborative, c’est-à-dire une façon de collecter, de rassembler et de partager l’information géographique dans le but d’augmenter considérablement la carte d’Haïti avec des données utiles. Cette organisation basée à Saint- Marc avoue posséder l’expertise nécessaire afin d’aider les mairies à contrôler le nombre de maisons dans leur municipalité.

« Si les mairies ont besoin de connaître la quantité de maisons qui existent dans leur commune, au niveau du C-OSM-HA.STM, nous en avons l’expertise », précise le secrétaire général de cette organisation, Wedens Louisius, tout en ajoutant que la structure ne manque que des moyens financiers. Selon lui, l’IHSI fait des enquêtes pour recenser la population, mais il n’y a pas d’enquête sur la quantité de maisons.« L’expertise est là, mais on n’utilise pas les ressources », déplore-t-il.

Selon le président de cette structure, Pérès Casséus, après une formation sur OSM de trois mois dont ses camarades et lui ont bénéficié en 2012, ils avaient jugé bon de créer la Communauté OpenStreetMap Haïti de Saint-Marc, afin de vulgariser la cartographie collaborative. Après, à leur tour, ils ont réalisé différents projets et plusieurs formations pour les jeunes qui permettent à chaque fois d’enrichir les données cartographiques, tout en précisant qu’il y a toujours des modifications à apporter dans les cartes afin qu’elles puissent être à jour.

Pour soutenir M. Casséus dans ses dires, Schneider Kennedy Alcereste, un technicien influent de la C-OSM-HA.STM a ajouté que leur premier grand projet était « CAP103 », un projet financé par l’USAID, au cours duquel huit membres de la structure ont participé à la formation d’une soixantaine de jeunes provenant du Nord et du Nord-Est, sur le Campus Henri Christophe de Limonade. Après la formation, dit-il, les participants ont pu réaliser des cartes sous forme de bilboard qu’on place à chaque entrée de certaines villes permettant aux gens qui visitent leur commune d’en avoir une idée de la configuration cartographique. Aussi bien, ajoute-t-il, les départements du Nord et de l’Artibonite sont devenus très riches en données géographiques.

Pour illustrer leur contribution dans le secteur de la cartographie collaborative, M. Alcereste s’est appuyé sur leurs travaux effectués dans la ville de Saint-Marc qui est maintenant riche en données. « On travaille presque partout dans le département de l’Artibonite :Désarme, La Chapelle, Verrettes, Petite Rivière, Dechapelle, Brocozelle, Grande Saline », explique-t-il.« Ces zones ne sont pas vraiment riches, mais on déplace avec nos faibles moyens et on fait ce qu’on peut. Et si vous voulez avoir une idée du travail de la structure à Saint-Marc et autres, vous pouvez cliquer sur https://www.openstreetmap. org/#map=15/19.1087/-72.6971 », indique-t-il.

« On a les connaissances, les expertises, on a besoin de l’État haïtien, des mécènes, pour nous financer afin que nous puissions réaliser des projets pour enrichir chaque ville, chaque commune, chaque département avec les données cartographiques », lance en cri d’appel, le vice-président contrôle de la C-OSM-HA.STM, Rei Débreus.

Wisly Bernard Jean-Baptiste

Comments

comments

scroll to top