Accueil » Economie » L’UE octroie 35 millions d’Euros pour renforcer la capacité de l’État, selon l’Ambassadeur Vincent Degert

L’UE octroie 35 millions d’Euros pour renforcer la capacité de l’État, selon l’Ambassadeur Vincent Degert

12 avril 2018, 8:10 catégorie: Economie6 601 vue(s) A+ / A-

Après l’accord de partenariat entre le gouvernement haïtien et l’Union européenne, pouvant renforcer la capacité de l’État à travers le budget national, l’ambassadeur de l’UE, Vincent Degert, le 12 avril 2018, donne des précisions à l’émission le point de Radio/Télé Métropole. Pour le premier décaissement, un montant de 35 millions d’euros sera disponible au gouvernement haïtien.

Le programme entre Haïti et l’Union européenne rentre dans un cadre où les bailleurs de fonds veulent soutenir les pays et supporter le développement. Selon l’ambassadeur, pour entériner le projet de financement, il faut que le gouvernement haïtien passe par trois réformes : la finance publique, la gouvernance publique et l’administration publique. Et cela se fera à la fois au niveau des recettes de l’État et les dépenses publiques a ajouté Vincent Degert.

Cette réforme, précise l’ambassadeur, ne peut pas venir de l’extérieur, mais de l’intérieur. La méthode veut que les autorités mettent en place ces trois balises afin que tout soit en marche. Selon lui quant le Fonds Monétaire International (FMI) a choisi d’injecter de l’argent dans l’économie haïtienne notamment dans le budget dit-il, il doit s’assurer que ce n’est pas dans un trou perdu dans lequel l’argent est injecté. Donc, l’État doit garantir que le fonds reçu va être géré avec la plus grande rigueur et sérénité.

Le processus étant enclenché depuis la signature de l’accord, des étapes sont prévues pour son avancement. Selon lui, les étapes du décaissement vont se faire en trois temps : le premier se fait par la signature, le second durant l’année fiscale en cours et le dernier aura lieu au commencement de la nouvelle l’année fiscale d’après.

Mais, il y a des indicateurs et des critères à respecter pour avancer dans le processus, poursuivit M. Degert. Selon lui, le premier décaissement doit donc respecter les balises qui sont liées aux restrictions et les performances de l’État. Pour la deuxième on doit s’assurer qu’il y a une politique de développement qui sous-tend la réforme et autres pour la continuation de programme, a-t-il confié.

De plus, tout cela est donc lié à la transparence dans les dépenses publiques qui sont des points d’ancrage importants pour le premier décaissement. Ce sont, entre autres, la déclaration des patrimoines qui est liée à la transparence et à la corruption, à l’efficacité dans les recettes publiques, à la réduction du train de vie de l’État dans ses dépenses, renchérit l’ambassadeur.

Marc Sony PIERRE

Comments

comments

scroll to top