Accueil » Actualité » Tenue en Haïti de la 2e assise de la coopération décentralisée francohaïtienne

Tenue en Haïti de la 2e assise de la coopération décentralisée francohaïtienne

04 décembre 2017, 11:19 catégorie: Actualité4 229 vue(s) A+ / A-

Jude Edouard Pierre,

maire de Carrefour et président de la Fenamh.

 

Du mardi 4 au jeudi 6 décembre se déroulera au centre convention de la banque de la République d’Haïti (BRH) la deuxième édition des assises de la coopération franco-haïtienne. L’annonce a été faite par le ministre de l’Intérieur et de collectivités territoriales (MICT), Max Rudolph Saint-Albin et le coordonnateur de la Fédération nationale des maires haïtiens (FENAMH), Jude Édouard Pierre, dans le cadre des lundis de la presse.

Organisées par la cité unie France, la FENAMH et la fédération des collectivités françaises engagées en coopération, ces assises réuniront l’ensemble des maires d’Haïti et 140 maires des collectivités françaises. Plusieurs thématiques seront abordées au cours de ces assises. Le maire de Carrefour, également président de la FENAMH, a parlé, entres autres, des ateliers sur les changements climatiques et prévention des catastrophes naturelles, la planification locale et aménagement du territoire, enjeux et spécificités de la coopération régionale caribéenne, tourisme, patrimoine et culture, gestion de l’eau et assainissement, société civile et démocratie locale.

MICT s’engage à protéger les citoyens pour la Noël

Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur et des collectivités territoriales, Dr Max Rudolph Saint-Albin, a profité de cette conférence pour parler d’un ensemble de mesures qui seront adoptées à l’occasion des fêtes de fin d’année dans l’idée d’assurer la sécu­rité de la population. Le gouverne­ment, informe Dr Saint-Albin, veut renouveler une fois de plus sa déter­mination à protéger les intérêts de la population. En ce sens, l’Éxécutif tra­vaillera en étroite collaboration avec la PNH de façon à maîtriser en temps réels les dérapages durant les périodes de fin d’année, promet le ministre.

Le ministre a laissé croire que la fête de Noël est un moment de récon­ciliation, de partage, de réflexion et de paix. Pour cela, le gouvernement auquel il appartient va travailler de manière à intensifier la mobilisation contre l’insécurité et de s’assurer que tout se déroulera sans aucune diffi­culté. C’est en ce sens que le CSPN a été convoqué, le lundi 4 décembre au palais national, pour une réunion spé­ciale. Le temps pour les personnalités cette entité de discuter sur des stra­tégies de sécurité et d’approches qui les permettront de mieux gérer cette période qui se révèle un peu sensible en matière de sécurité.

Plus loin, le ministre a annoncé la tenue de plusieurs activités généra­trices de revenus durant cette péri­ode comme pour apporter soutien aux personnes les plus vulnérables. Ces activités seront organisées sous le haut patronage de la première dame de la République, Martine Moïse. Et le ministère de l’Intérieur, de concert avec d’autres ministères, notamment le ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST), le ministère des Travaux publics, Transports et Com­munications (MTPTC), le ministère de la Culture et de la Communica­tion, le ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique (MJSAC), organisera plusieurs évènements dans l’idée faire rayonner les éclats de la fête et d’aider les gens à gagner un peu d’argent.

Au menu de ces activités baptisées Nwel Chanjman, nettoyage et décora­tion des places publiques, animations pour les enfants de façon particulière, distribution des cadeaux aux dému­nis, et tant d’autres. Le ministre Saint- Albin a en outre attiré l’attention de la population sur la décision du gouver­nement de renforcement les mesures administratives au sein des appareils de l’État afin de contrecarrer le phé­nomène de la corruption qui gangrène le pays depuis plusieurs années. Aussi, annonce-t-il, la poursuite de l’enquête qui vise à épingler l’auteur principal des détournements de fonds au MICT qui est actuellement en cavale dans un pays étranger.

Evens RÉGIS

Comments

comments

scroll to top