Accueil » Actualité » Sommet des Affaires de la HACCOF : pari réussi

Sommet des Affaires de la HACCOF : pari réussi

18 juin 2017, 10:37 catégorie: Actualité2 102 vue(s) A+ / A-

Le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois, lors sa présentation.

 

Du 15 au 17 juin derniers, la Banque de La République D’Haïti, La Haitian- American Chamber of Commerce of Florida (HACCOF) et le bureau de Jean Monestiime, commissaire du Comté de Miami- Dade, ont organisé le Haïtian American Business Summit, important espace d’échanges sur les défis économiques ainsi que les opportunités d’affaires qu’offre Haïti.

 Le gratin du secteur financier et d’autres secteurs connexes d’Haïti ont convergé vers la Florida International University (FIU) dans la ville de North Miami Beach, pour participer à cet important sommet.

Les activités démarrèrent à 18 h le 15 juin, avec un cocktail d’ouverture. Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Dr Pierre Marie Du Meny en était l’orateur principal. Le lendemain, tout le monde était convié à une journée de vives discussions. M. Jean Monestime fut l’orateur principal au petit déjeuner d’ouverture. Ensuite, les échanges continuèrent à travers six panels et autant de sous-thèmes.

 Le premier panel, intitulé « promouvoir le réseautage au sein de la Génération Y d’Haïti et de la diaspora », était modéré par Michael Lemke de la AMCHAM, et avait pour panélistes Marc Alain Boucicault (Echo/Elan), Doudly Elius (Empower Haitian Women), Stephane Jean Baptiste (Kreyol Essence), Sandra Florvella-Pierre (Haitian Businesses) et Wanda Tima (L’Unionsuite/The Haitian American. Les participants à ce panel étaient tous des jeunes ayant, dans leurs sphères d’activité respectives, réalisé des exploits dignes d’être offerts en exemples aux autres jeunes. Ils avaient profité de cet espace pour partager leurs expériences sur les challenges rencontrés sur le terrain et les opportunités, qu’en dépit de tout, Haïti offre aux entrepreneurs.

 Modéré par Dominique Jean- Jacques (NAAHP), le deuxième panel était composé de Tamara Rodriguez (Fatima Group/ Marriott), Sébastien Buteau (Association Touristique d’Haïti), Colombe Émilie Jessy Menos (Ministre du Tourisme) et Christian Fombrun (Royal Decameron), et tournait autour du thème « An Nou Tounen Lakay »/Come Back to Haïti. Au cours de ce panel, les échanges avaient tous porté sur les opportunités touristiques dont recèle Haïti. La ministre du Tourisme en avait profité pour introduire son projet de village de la diaspora qu’elle entend implanter dans la commune de Cabaret.

 Le troisième panel était modéré par l’avocate Michelle Austin Pamies, et réunissait autour du thème « Échanges professionnels et intellectuels », les personnalités suivantes: Dr Guerda Nicolas (faculté d’Éducation, Université de Miami), Paul Altidor (ambassadeur d’Haïti à Washington), Allen Krausse (attaché commercial à l’ambassade américaine en Haïti), Jene Thomas (USAID Haiti), et Stephanie Auguste (ministre des Haïtiens vivant à l’étranger). L’objectif de ces échanges était d’explorer des avenues à travers lesquelles les Haïtiens de l’extérieur peuvent mettre leur capital intellectuel au service du pays.

Le quatrième panel, modéré par Frandley Denis Julien, devait constituer un échange entre des élus d’Haïti et de la diaspora sur une meilleure intégration politique des Haïtiens de l’extérieur en Haïti. Étaient autour de la table, Jean Monestime, MBA, commissaire du Comté de Miami-Dade, Me Andre Pierre, ancien maire de la ville de North Miami, Me Lionel Jean Baptiste, juge à Chicago et Daphnée Campbell, RN, sénatrice de l’État de Floride. Le sénateur Youri Latortue et le député Cholzer Chancy devaient aussi faire partie de ce panel, mais n’avaient pas fait le déplacement. Les discussions y étaient houleuses, mais civiles. L’entrepreneur et philanthrope Daniel Rouzier, qui était dans l’assistance, a plaidé en faveur d’une participation plus active de la diaspora à tous les niveaux en Haïti.

Après ces panels simultanés (1 et 2, et 3 et 4), le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti s’était adressé l’assistance en séance plénière durant le déjeuner. Au cours de son discours-fleuve, M. Dubois avait beaucoup insisté sur le fait que la majorité des Haïtiens qualifiés vivent dans la diaspora, et que l’apport de cette dernière au développement du pays s’avérait critique.

Après le déjeuner, trois autres séances plénières avaient eu lieu. La première, autour du thème « Investir dans les secteurs public et privé pour le développement d’Haïti, était menée par Dr Ludovic Comean et avait pour intervenants Fritz Duroseau (BRH), Chesnel Pierre (ONA), Robert Paret (Profin) et Daniel Gérard Rouzier (E-Power). Ces entrepreneurs avaient tous donné des raisons selon lesquelles la diaspora devrait envisager d’investir en Haïti. Ils avaient décrit un environnement d’affaires difficile tout en exhortant les membres de la diaspora à comprendre qu’ils peuvent faire une énorme différence en s’impliquant en Haïti. Certains des panellistes, notamment ceux représentant les institutions étatiques, étaient passés à pieds joints sur certaines des incitations qu’offre Haïti aux entrepreneurs potentiels.

Sous le thème « comment faire des affaires en Haïti », un panel modéré par François Guillaume, et composé de Tessa Jacques (CFI), Harold Charles (CEEPCO), Philippe Armand (Fondateur de la HACCOF), Ralph Edmond (Farmatrix) et Marc Georges, président de la Chambre de Commerce et d’Industries du Nord avait comme objectif de décrire l’environnement des affaires au bénéfice des membres de la diaspora. Madame Jacques avait déploré le fait que bon nombre d’entrepreneurs n’ont pas recours aux nombreux avantages incitatifs offerts par Haïti. Elle en avait profité pour en mentionner quelques-uns.

Finalement, Maarten Boute (Digicel), Jerry Cook (Hanesbrands), Stephanie Barnes (Marriott Port-au-Prince), et Tamara Magloire (Best Western) avaient débattu des expériences des multinationales en Haïti. Les discussions étaient modérées par Michelle Austin Pamies.

Le lendemain, dimanche, dans la soirée, la HACCOF avait organisé un gala présidentiel pour décorer 20 professionnels de moins de 40 ans qui se sont distingués dans leurs sphères d’activité respectives. Le président Jovenel Moise était l’orateur principal à cette soirée animée par le Tabou Combo. Conformément à son habitude, le président a plutôt tenu un discours de campagne dans lequel il promettait kilomètres et mégawatts. La veille, Pascal Desroches, directeur financier et vice-président éxécutif chez Turner Broadcasting System, et Rudy Brioché, vice-président pour les politiques publiques et avocatconseil chez Comcast avaient reçu la Haitian American Apogee Award pour leurs succès dans la société américaine des affaires.

 Les professionnels d’Haïti et de la diaspora ont mis à contribution cette rare opportunité de réseautage. Le président de la Chambre de commerce du Nord, M. Marc Georges, toujours à la recherche d’opportunités pour sa région, envisage d’organiser un forum similaire sur le développement régional. Quant à Jeff Lozama, président de la HACCOF, tous les participants étaient unanimes à reconnaitre son leadership et celui de ses collaborateurs immédiats. Le fondateur de la Chambre, Philippe Armand, a, au cours de son intervention, plaisanté que l’élève avait devancé le maître.

 Frandley Denis Julien

Comments

comments

scroll to top