Accueil » Société » La SHP alerte sur la pneumonie infantile

La SHP alerte sur la pneumonie infantile

13 novembre 2017, 9:37 catégorie: Société2 008 vue(s) A+ / A-

De g. à d. La pédiatre Lucita Laroche,

Siné Saint-Surin, présidente de la SHP et Jacques Alain Pelletier,

directeur exécutif de la société haïtienne de pediatrie.

 

La Société haïtienne de pédiatrie (SHP) est à la rescousse des enfants d’Haïti. En prélude à la journée mondiale de la pneumonie, la SHP a organisé une activité de sensibilisation autour du thème « ann konbat enfeksyon bronch ak dyare kay ti moun yo ». Présentée comme première tueuse mondiale avec 15 % de décès et, constituant la principale cause des mortalités infantiles dans le pays, la pneumonie est à éradiquer. En conséquence, elle propose la prévention.

La Société haïtienne de pédiatrie (SHP) lance une offensive contre la pneumonie chez les enfants haïtiens. Cette thématique a été au coeur d’une journée de sensibilisation organisée par cet organisme en prélude à la journée mondiale de la pneumonie, le 12 novembre 2017. Cette infection manifestée sous forme d’étouffement aigu interpelle la conscience des dirigeants de cette organisation qui appelle à la vigilance. « Il faut éviter que les enfants arrivent à ce stade chronique de l’infection. La prévention est en première », a conseillé la présidente de l’association, la pédiatre Florence Siné Saint-Surin.

Les intervenants se sont montrés suffisamment avisés de la gravité de la maladie. Selon les dirigeants, la pneumonie représente la maladie la plus meurtrière chez les enfants à travers le monde. À elle seule, la pneumonie tue 15 % des enfants à l’échelle mondiale. Avec cette fréquence, elle dépasse la diarrhée et le Sida, deux fléaux classés à la tête de la liste des plus violentes maladies qui emportent la vie des enfants. » La pneumonie représente la tueuse infantile numéro un à travers le monde. Les données disponibles montrent qu’elle accuse une fréquence de 15 %, un taux nettement supérieur à la diarrhée et au Sida », a informé M. Saint-Surin qui regrette ne pas pouvoir donner des précisions statistiques sur la situation en Haïti. Cependant, elle fait une estimation à partir d’une étude pilote réalisée sur trois hôpitaux de pédiatrie en Haïti. Selon cette estimation, Haïti enregistre 40 % de morts infantiles.

Consciente de l’ampleur du problème, la SHP propose toute une série de recommandations aux parents dans le but de barrer la route à la pathologie. Madame Saint-Surin dit penser que c’est l’anticipation qui est la meilleure des mesures à adopter. » Allez en toute urgence à l’Hôpital dès que les premiers signes apparaissent ; lavez vos mains avant d’entrer en contact des enfants ; ne pas les exposer à la fumée et à la cigarette, les allaiter convenablement durant leurs premiers mois ; évitez de les exposer au froid ».

Faisant partie du panel, le représentant du ministère de la Santé publique (MSPP), le docteur Reynold Grand-Pierre, a encensé l’initiative. Selon lui, l’effort pour couper le pont à la pathologie chez les enfants haïtiens, doit être pour chacun une obligation. Citant une donnée issue du système d’information sanitaire du ministère, M. Grand-Pierre soutient que la pneumonie est la cause première coûtant la vie aux enfants de zéro à cinq ans. Insistant sur la nécessité d’une campagne de sensibilisation sur la thématique, le pédiatre annonce des démarches pour que la vaccination contre la pneumonie devienne obligatoire dans le pays où elle est à une phase très avancée.

Dans la foulée, Lucita Laroche, une des panellistes, a présenté les différentes actions déjà entreprises par l’association dans la perspective d’aboutir à son objectif, celui de diminuer considérablement le fléau jusqu’à l’éradiquer. « Le préliminaire c’est de porter les parents à identifier les symptômes de la maladie et, pour y arriver, nous avons réalisé des spots publicitaires, des dépliants informatifs, des séances de sensibilisation entre autres », a dit la doctoresse Lucita avant que le directeur exécutif de la société haïtienne de pédiatrie Jacques Alain Pelletier ne prenne le relais pour présenter un exemplaire des dépliants disponibles dans les centres hospitaliers du pays comme outil de sensibilisation. Au passage, ils ont insisté sur le plaidoyer systématique réalisé auprès du MSPP dans l’objectif de lui sensibiliser sur le problème.

Vieille de 41 ans, l’association haïtienne de pédiatrie n’est pas à sa première campagne de sensibilisation. Cet organisme composé uniquement de pédiatres veut être à l’avant-garde des enfants. Se donnant le défi d’arriver à la neutralisation de la pneumonie chez les enfants haïtiens, la SHP a réalisé sa journée de sensibilisation autour du thème » ann konbat enfeksyon bronch ak dyare kay ti moun yo ».

Daniel Sévère

Comments

comments

scroll to top