Accueil » Tribune Parlementaire » Les sept articles qui condamnent les homosexuels

Les sept articles qui condamnent les homosexuels

03 août 2017, 8:46 catégorie: Tribune Parlementaire79 533 vue(s) A+ / A-

Le sénateur Cantave, l’initiateur de la proposition de loi contre l’homosexualité en Haïti.

 

Le Sénat haïtien a adopté, le mercredi 2 août 2017, un texte de loi initié par le sénateur de l’Artibonite, Carl Murat Cantave, portant sur le renforcement des dispositions du Code civil relatives au mariage et à la protection de la famille. Voté par la quasi-totalité des sénateurs présents, ce texte établit clairement que l’union entre deux personnes de même sexe est formellement prohibée.

Sept articles d’une proposition de loi suffisent aux pères conscrits pour statuer sur l’interdiction formelle et légale de la promotion et du mariage homosexuel. À la lumière des débats à connotation religieuse, on peut déceler que les séances marathon sur la question ont été faites dans l’objectif de protéger la famille. En quête de cette protection, 14 sénateurs ont, de par leur vote, approuvé la loi qui punit toute tentative de célébration d’un mariage entre deux personnes de même sexe. Si 14 sénateurs ont voté le texte favorablement, il y va différemment pour le sénateur du Nord-Ouest, Kédlaire Augustin, qui s’est abstenu sans se complaire dans le mutisme. L’avocat devenu sénateur dit relever des contraventions flagrantes entre certains articles du texte fraîchement voté et les droits fondamentaux de la personne humaine.

Conséquent à ses positions lors des précédents débats, le texte fait couler beaucoup d’encre et provoque la colère et l’indignation des homosexuels. Le sénateur de l’Ouest, Pierre Paul Patrice Dumont, n’a pas suivi la même voie que ces 14 collègues qui ont dit oui à la proposition de loi portant sur le renforcement des dispositions du Code civil relative au mariage et à la protection de la famille ; il a donc voté contre la proposition de loi.

Satisfait du vote, le sénateur Cantave, catalogué d’homophobe au même titre que le sénateur Jean Renel Sénatus, dit accueillir la loi avec joie et témoigne une manifestation de reconnaissance à l’égard de ses collègues qui ont supporté le texte. Il y voit même un gain pour le pays et pour la jeunesse.

Pour protéger et renforcer la famille, le texte déjà étiqueté, « le texte des homosexuels », est assorti de mesures coercitives et contraignantes. En effet, cette proposition, qui a déjà franchi la première étape précédant son adoption finale, assimile toute promotion, sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, à un délit d’outrage à la pudeur publique. Les contrevenants à cette loi encourent trois ans de prison et une amende de 50000 gourdes.

 L’interdiction fait échec à toutes velléités haïtiennes ou d’étrangers désireux de contracter mariage avec des personnes de leur sexe. Concernant les étrangers, le texte stipule : « aucun étranger ne peut se prévaloir de son statut ou de dispositions de son pays pour solliciter en Haïti le mariage entre deux personnes de même sexe. »

Interrogé sur le vote de la proposition de loi, le président du Sénat, Youri Latortue, a reconnu que l’État est laïc, mais ce sont des gens qui ont une foi qui sont en majorité au Parlement aujourd’hui. Dans le même registre, il renchérit en déclarant : « quand vous avez un pays, il faut vous attacher à vos valeurs et vos traditions. »

Cette proposition de loi vient de franchir le cap du Sénat, aux honorables députés de dire leur mot maintenant.

Réginald Calixte

Comments

comments

scroll to top