Accueil » Economie » Scale up Haiti : Atelier sur l’écosystème entrepreneurial

Scale up Haiti : Atelier sur l’écosystème entrepreneurial

18 septembre 2018, 9:29 catégorie: Economie3 025 vue(s) A+ / A-

Dans l’idée de sensibiliser les acteurs économiques haïtiens sur la nécessité pour qu’il y ait de la croissance économique dans le pays, le ministère de l’Économie et des Finances (MEF ) et la Banque de la République d’Haïti (BUH), en collaboration avec l’incubateur technologique Alpha Haïti et des associations du secteur privé, ont invité l’expert américain Daniel Isenberg à animer un atelier sur l’écosystème entrepreneurial et le développement du secteur privé. Lors de cette activité qui s’est déroulée les 13, 14 et 15 septembre 208 dans l’incubateur Alpha Haïti du Ciné Triomphe, sous le regard du professeur Isenberg, les groupes constitués de tous les secteurs ont travaillé sur des cas pratiques et sur des objectifs communs à l’horizon des 6 prochains mois.

Dans tous les pays du monde, les acteurs économiques jouent un rôle incontournable dans le développement de la croissance via leur capacité à bâtir un écosystème entrepreneurial robuste. De ce fait, pour faire progresser la croissance, durant 3 jours, 70 acteurs venant du secteur public, du secteur d’affaires et des étudiants ont pris part à un atelier à l’incubateur Alpha Haïti du Ciné Triomphe portant sur l’écosystème entrepreneurial.

« Scale up Haiti ». Faire monter Haïti d’un cran, croire dans la croissance et en partager les progrès, tel était l’objectif de cette formation qui concrétisait les recommandations faites par Daniel Isenberg lui-même il y a un an. Le but ultime du programme Scale Up est de stimuler la croissance économique, de créer de la richesse en favorisant l’entrepreneuriat et l’appui au secteur privé dans une région donnée.

Durant les trois jours de formation, les participants ont ensemble exploré la manière dont le secteur public, les institutions financières, le secteur privé, le secteur de l’éducation peuvent intégrer les différents leviers de l’entrepreneuriat, tels que les politiques publiques, les marchés, le financement, le capital humain, la culture et le soutien institutionnel.

Lors de cet atelier, l’expert américain Daniel Isenberg a révélé que ce sont les entrepreneurs qui trouvent et créent les opportunités, mais c’est à l’État qu’il revient de créer les conditions d’un marché efficace et équitable afin de faire progresser l’économie. « N’oublions pas que l’État est un client majeur du marché», a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, le professeur a souligné que « il ne s’agit pas de l’entrepreneuriat débrouillardise », ponctué de milliers initiatives individuelles et isolées pour la survie, mais plutôt d’un entrepreneuriat tourné vers la création de richesse et de valeur ajoutée, qui s’inscrivent dans un cadre cohérent d’actions, où tous les acteurs concernés jouent pleinement leur rôle».

Ensuite, Daniel Isenberg a montré que la croissance peut se produire très rapidement au niveau de l’entreprise, même en quelques semaines, si elle est appréhendée correctement, apprendre aux entreprises à communiquer sur leurs succès aux autres entreprises haïtiennes. Puis, dans des travaux de groupes réalisés, les participants ont réfléchi à des plans d’action qui permettent de concrétiser un objectif de croissance en six mois.

Et sous l’impulsion et avec l’expertise du fondateur et directeur du Babson Global’s new Entrepreneurship Ecosystem Project (BEEP), Daniel Isenberg, durant les 3 jours, les 70 acteurs du secteur public et du secteur privé ont dans un premier temps évoqué les obstacles et les freins, psychologiques, sociétaux et matériels, qui entravent la croissance de leur entreprise, leur secteur ou de l’économie en général. Puis ils ont travaillé ensemble sur des études de cas et enfin, chacun des dix groupes constitués de représentants de tous les secteurs économiques et institutionnels a produit une présentation avec un projet et ses objectifs à 6 mois.

Suite à cet atelier, un entrepreneur a témoigné que durant les 3 jours, beaucoup de connaissances sont divulguées, « on a appris à recentrer le débat autour de la croissance, quelle que soit la source de celle-ci, qu’il s’agisse d’entreprises existantes ou débutantes, l’importance pour les différents secteurs d’un écosystème d’exécuter ensemble un projet… »

Peterson Jean Gilles

Comments

comments

scroll to top