Accueil » Tribune » Sauver des Vies, une gourde à la fois

Sauver des Vies, une gourde à la fois

26 avril 2017, 7:58 catégorie: Tribune9 064 vue(s) A+ / A-

Un comprimé qui coûte moins de cinq gourdes pourrait sauver plus de 15 000 vies haïtiennes au cours des 12 prochaines années, selon une nouvelle recherche pour Haiti Priorise.

Haiti Priorise est un projet de recherche dans lequel des experts étudient les coûts et les effets de différentes approches pour résoudre les défis auxquels est confrontée Haïti, de l’éducation à l’économie, en passant par l’environnement.

Prochainement, un groupe d’éminents économistes haïtiens et d’experts en développement ainsi qu’un économiste lauréat du prix Nobel se réuniront à Portau- Prince, pour étudier plus de 40 documents de recherches et identifier les priorités d’action les plus efficaces.

 Des retours élevés sur investissements ont été identifiés par Stephen Vosti de l’Université de Californie, Davis, et ses collègues, dans une étude sur la nutrition haïtienne.

Le professeur Vosti a étudié la malnutrition due à la carence en micronutriments, c’est à dire que le corps n’a pas les vitamines et les minéraux nécessaires pour se développer. Il identifie deux approches différentes : les investissements nutritionnels préventifs et ceux qui traitent la malnutrition chez les bébés.

 Les anémies et les carences en micronutriments affectent une grande partie de la population en Haïti. On estime que 21 % des enfants nés au cours des trois dernières années avaient un poids trop faible à la naissance, bien que le poids à la naissance ne soit indiqué que dans un quart des naissances. D’après les données les plus récentes, la moitié des femmes en âge de procréer et 65% des enfants d’âge préscolaire étaient anémiques ou manquaient de globules rouges sains. L’anémie lors de la grossesse est associée à un risque accru de mortalité infantile, d’accouchement prématuré et de poids insuffisant à la naissance.

 Fournir aux femmes enceintes du calcium et d’autres micronutriments réduirait le risque d’anémie, ainsi que le risque de pré-éclampsie ou d’éclampsie, des complications potentiellement dangereuses qui surviennent pendant ou après la grossesse.

 Chaque comprimé de micronutriments coûte trois gourdes, voire moins pour le calcium seul. Dépenser 7,6 milliards de gourdes permettrait d’éviter 15 200 décès sur 12 ans, dont une majorité de nouveau-nés. Cela empêcherait 18 800 cas d’anémie chez les femmes enceintes, et rendrait les Haïtiens plus riches de 7,9 milliards de gourdes, car les adultes en meilleure santé pourraient gagner plus d’argent. Cela permettrait aussi d’éviter 120 591 naissances prématurées et 200 000 nouveau-nés n’auraient pas un poids insuffisant à la naissance. Au total, chaque gourde dépensée pour cette initiative générerait des avantages d’une valeur de dix gourdes.

 Pour les enfants âgés de 6 à 24 mois, Vosti et ses co-auteurs envisagent une autre façon d’aider : nous pouvons fournir aux jeunes enfants des sachets de micronutriments pour prévenir les anémies et les carences en micronutriments. Un sachet par jour ne coûte qu’une gourde, et les enfants ont besoin de sachets quatre mois par an. C’est très bon marché et ne coûterait qu’un peu plus de 157 millions de gourdes pour 1,4 million d’enfants sur une période de 12 ans.

Environ 417 690 cas d’anémie seraient évités au cours des 12 ans chez les enfants d’âge préscolaire. Chaque gourde dépensée générerait des avantages pour Haïti d’une valeur de 8 gourdes.

 Il est cependant plus difficile de faire prendre des pilules ou des sachets à des gens que d’améliorer simplement les qualités nutritives des aliments qu’ils mangent déjà. Le professeur Vosti et ses collègues proposent d’ajouter du fer et de l’acide folique à la farine de blé, ce qui se fait dans le monde entier et qui est connu sous le nom de « fortification » et, bien que ce soit obligatoire selon la loi haïtienne, il semble que la plupart de la farine en Haïti ne soit pas fortifiée avec ces micronutriments.

 Dépenser seulement 331 millions de gourdes pour des micronutriments pré-mélangés, l’équipement et la formation, permettrait de sauver 1 300 vies de nouveau-nés sur 12 ans, et permettrait d’éviter 869 000 cas d’anémie chez les femmes, 562 000 cas d’anémie chez les enfants d’âge préscolaire et 927 000 cas d’anémie chez les enfants d’âge scolaire.

Ce sont des avantages exceptionnellement élevés pour un investissement relativement faible. En termes monétaires, chaque gourde dépensée générerait des avantages d’une valeur de 24 gourdes. Ces trois approches viseraient toutes à endiguer les défis de la malnutrition avant qu’ils ne se produisent. Mais le Professeur Vosti étudie également des façons de traiter la malnutrition sévère et modérée chez les jeunes enfants, qui touche des dizaines de milliers d’Haïtiens chaque année.

 Il est nécessaire d’améliorer et d’élargir le dépistage de la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans pour passer de 70 % actuellement à 95 %, et de fournir à ceux qui en ont besoin une nourriture thérapeutique.

Cela coûterait environ 1,18 milliard de gourdes. Sur cette somme, un tiers couvrirait les coûts des « aliments thérapeutiques prêts à l’emploi » (ATPE), un tiers couvrirait les coûts supplémentaires du personnel et un tiers couvrirait les coûts de transport des enfants vers/depuis les centres de traitement. La même formule pourrait être préparée avec des ingrédients locaux, ce qui permettrait d’économiser environ 50 millions de gourdes.

 Une intervention sur 12 ans permettrait de dépister 1,7 million d’enfants supplémentaires, de traiter environ 351 000 cas supplémentaires et de sauver plus de 5700 vies.

Les résultats de chaque investissement dans la nutrition peuvent être mesurés par le nombre de vies sauvées. Cette recherche montre que la prévention et le traitement de la malnutrition due à des carences en micronutriments seraient très efficaces pour Haïti.

Bjorn Lomborg est fondateur et président du Copenhagen Consensus Center, auteur de The Nobel Laureate’s Guide to the Smartest Targets for the World 2016-2030 et de The Skeptical Environmentalist, et professeur invité à la Copenhagen Business School. Gaelle Prophete est gestionnaire de projet pour Haïti Priorise et une consultante dont le travail couvre les organismes publics, privés et internationaux dans divers secteurs.

Bjorn Lomborg et Gaelle

Comments

comments

scroll to top