Accueil » Culture » Qui sont les héritiers du feu Nemours Jean-Baptiste ?

Qui sont les héritiers du feu Nemours Jean-Baptiste ?

08 août 2018, 8:40 catégorie: Culture8 975 vue(s) A+ / A-

Le mois de juillet 2018 a été consacré « Mois du feu maestro Nemours Jean-Baptiste », père fondateur du rythme « Compas direct », né le 2 février 1918 et mort le 18 mai 1985. Il a inventé le rythme qu’on vient de célébrer, mais où est passée sa famille ?

À l’occasion du centenaire de la naissance du fondateur du rythme « Compas direct », Nemours Jean-Baptiste, l’année 2018 a été déclarée, « l’année du Grand Maestro ».

Sa famille, qui vit en Floride, aux États-Unis, plus précisément sa femme, ses deux enfants Yves Nemours et Yvrose, a applaudi cette initiative du gouvernement haïtien.

Est-ce que la famille du défunt avait reçu une invitation du gouvernement pour assister à la commémoration des cent (100) ans de Nemours Jean-Baptiste, du dévoilement du buste du maestro sur la place Sainte-Anne, le 26 juillet dernier, et les festivités pour les soixante-trois (63) ans du « Compas direct » ?

« Le 5 juillet 2018, vers les 10 h 30 du matin, j’ai reçu un appel de Dominique Janvier, le dernier manager du maestro Nemours Jean-Baptiste qui m’a informé du dévoilement du buste. Je lui ai répondu que nous ne sommes pas au courant de cela », a dit Yvrose. Elle a expliqué qu’elle avait envoyé une copie d’un avis publié, antérieurement dans le Matin du 19 janvier 2006, un journal, au ministre démissionnaire Guyler C. Delva, au sénateur Joseph Lambert, président de la Chambre haute et à Gary Bodeau président de la Chambre des députés. « Ils n’ont pas respecté la famille du feu Nemours Jean-Baptiste…, et nous n’avons pas donné notre accord pour une quelconque cérémonie pour le maestro », déclare fermement Mme Jean-Baptiste qui pense que c’est un manque de respect pour son père.

À signaler que le maestro Serge Rosenthal a été le premier personnage qui voulait honorer Nemours Jean-Baptiste. Pendant des années, il a essayé de mettre le buste du père du « Compas direct » sur la place Sainte-Anne.

De son côté, la soeur de Nemours profite pour remercier l’ex-Première dame d’Haïti, Michelle Bennet Duvalier qui par le truchement de sa fondation avait fait bénéficier au créateur du « Compas direct », durant sa dernière année (1984- 1985), un chèque chaque mois afin de subvenir à ses besoins personnels, avant sa mort.

Nemours Jean-Baptiste et le Compas direct

C’était un homme très réservé et qui n’aimait pas parler pour ne rien dire, selon sa fille Yvrose. Il était un passionné et avait un rêve pour son pays, Haïti.

Le maestro Nemours Jean-Baptiste était toujours agacé du fait qu’à chaque célébration qui se faisait dans le pays, les responsables étaient obligés de faire appel soit à un groupe venant de la République dominicaine soit un autre venant du Cuba pour faire danser les fêtards. C’est dans ce contexte qu’il a fondé son propre groupe et inventer le rythme «Compas direct», que même les moins jeunes peuvent danser sans difficulté.

« Le Compas direct n’est pas inventé en 1955. Si vous réécoutez les compositions de mon père, vous allez apercevoir que le Compas est créé en 1957. J’étais encore enfant, je me souviens de l’évolution de ce rythme avec la composition titrée “2 ti piti kalbas.” C’est pourquoi des gens ne veulent pas que je prenne la parole pour ne pas dévoiler exactement la date de la naissance du rythme », a expliqué Yvrose Jean-Baptiste.

Qui est Nemours Jean-Baptiste Junior ?

« Ce monsieur qui se fait appeler Nemours Jean-Baptiste Jr., je l’ai connu sous le nom de Nemours Poulard. C’est ma mère qui a donné à la maman de ce monsieur le droit d’habiter la maison parce que cette dernière avait des difficultés avec une banque à qui elle devait de l’argent. Et, il parait qu’il a été conseillé par un certain Blanchard pour s’accaparer du nom de la famille », déclare la fille du maestro.

La polémique Nemours/Sicot

Ce n’est un secret pour personne, l’une des plus grandes et prolifiques polémiques de la musique haïtienne reste entre les maestros Nemours Jean-Baptiste, du «Compas direct» et Webert Sicot de «Cadence rampa». Yvrose, la fille de Nemours a fait savoir qu’elle était jeune et suivait ce qui se faisait et qui se disait entre ces deux géants musiciens. « Au commencement du rythme Compas direct, il n’y avait pas de Webert Sicot, mais ce dernier avait collaboré avec le maestro, pendant un mois environ, au Cojunto international », révèle la fille de Nemours.

En ce qui concerne les relations entre les deux (2) hommes, Yvrose a fait comprendre qu’entre Nemours et Sicot les relations n’étaient pas au top. Mais, se rappelle qu’après le match de football d’avril 1964, au stade Sylvio Cator, vers minuit le maestro Sicot du groupe musical « Cadence rampa » était passé rendre visite à Nemours, en sa résidence dans le quartier de Martissant.

La famille de Nemours Jean- Baptiste se sent scandalisée

Yvrose Jean-Baptiste a expliqué qu’il n’était pas au courant d’une fondation qui porte le nom de son père ou Fondasyon Kompa Dirèk. « Il n’y a pas de Fondation Nemours Jean-Baptiste », selon Yvrose.

« Des inconnus ont tenté de pirater le web site du maestro, mais j’ai eu le temps de leur barrer la route. Moïse Blanchard était venu aux États-Unis en deux (2) occasions et a essayé de me convaincre pour me faire signer des papiers pour la fondation Kompa Dirèk et une école de musique qu’il a créées », a dit Mme Jean-Baptiste.

Elle menace toute personne qui compte utiliser le nom du maestro Nemours Jean-Baptiste pour faire de l’argent à leur profit. Elle profite pour dire que ces gens ne respectent pas la mémoire de son père qui a travaillé durement pour porter son nom.

Elle a rassuré les imposteurs que les oeuvres de Nemours Jean-Baptiste sont bien enregistrées à la « Library of Congress » à Washington, États- Unis, et en son nom personnel.

Walcam

Comments

comments

scroll to top