Accueil » Culture » Quatre jeunes espoirs de la musique jazz sur scène à la Fokal

Quatre jeunes espoirs de la musique jazz sur scène à la Fokal

29 janvier 2018, 9:32 catégorie: Culture3 402 vue(s) A+ / A-

Jean Gethro Mathon, Danola, Jessy J. et

Darlin Johancy Michel qui ont illuminé la scène Découverte de la Fokal.

/Photo : papjazz.

 

Le public a répondu en grand nombre à la Fondation connaissance et liberté (Fokal) pour assister au concert de jazz proposé par les organisateurs du Festival de jazz de Port-au-Prince, le vendredi 27 janvier 2017. Quatre jeunes espoirs de la musique jazz : Jean Gethro Mathon, Danola, Jessy J. et Darlin Johancy Michel ont illuminé la scène Découverte de la Fokal lors d’un concert inédit.

Les jazzophiles ont bravé la situation dangereuse qui régnait à l’avenue Christophe pour assister au concert de ces quatre jeunes espoirs de la musique jazz en Haïti. Jean Gethro Mathon et son groupe ont investi le podium. Le band est composé de deux guitaristes, un batteur et un claviériste. Le chanteur Jean Gethro Mathon, accompagné de sa guitare acoustique, a interprété des chansons de son répertoire. Jean Gethro Mathon chante en anglais et en créole avec une voix bien travaillée. Durant l’échauffement, il a chanté : « Comme d’habitude » en anglais. Il a enchaîné avec « Pas à pas », « Choucoune » du poète patriotique Oswald Durand et Michel Mauléart Morton avant d’achever sa prestation avec : « Redemption song » de Bob Marley. Le public l’a applaudi tout en appréciant au passage la complicité existant entre les musiciens.

Au tour de la jeune chanteuse Danola et son groupe qui ont gravi le podium. Avec sa guitare sèche à la main, la chanteuse Danola qui se produit tous les mercredis soir à la brasserie du Quartier latin a une voix douce et lascive. Son répertoire est composé de ballades et de chansons romantiques. L’une de ses chansons comporte la parole suivante : « Mwen kole sou ou tankou yon tatou. » Le public n’était pas resté insensible à sa prestation. Elle a été acclamée après avoir interprété la chanson « Malad » du groupe Kaï de Richard Cavé.

Jessy J., une adolescente de 13 ans, a fait, par la suite, son apparition sur la scène Découverte. Native de Jacmel, la ville du troubadour Ti Paris, la jeune chanteuse de jazz était la star de la soirée. Soutenue par un batteur qui a fêté le jour même son vingtième anniversaire et un claviériste, Jessy J. a montré qu’elle avait plusieurs cordes à son arc. Elle est capable de chanter sur tous les tons et sur tous les registres. Elle a séduit le public avec sa voix mélodieuse et ses mimiques.

Jessy J., un peu timide, était incapable de regarder le public au début de son show. Au fur et à mesure sa timidité a disparu comme du beurre au soleil. Elle est devenue une artiste hors-norme qui a chanté admirablement : « Sunrise » et « Une petite laitue ». Elle a laissé la scène sous les vivats du public. C’était époustouflant.

Avant de mettre un terme à ce récital, Darlin Johancy Michel était aussi de la partie. Il était accompagné de trois autres musiciens. Le quartette a puisé son répertoire dans les musiques traditionnelles haïtiennes. L’on a reconnu « Yon sèl pitit » et une chanson du groupe Boukman Eksperyans. Les instrumentistes ont dégagé à tour de rôle la charge émotionnelle de leur instrument. La reprise de « Redemption song » par le groupe de Darlin Johancy Michel met définitivement un terme à ce récital sur la scène Découverte de Fokal en raison de ce temps de chien régnant à l’avenue Christophe. Heureusement qu’il y avait la musique pour apaiser le stress quotidien.

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top