Accueil » Culture » Quand la pluie tombe dans la musique haïtienne

Quand la pluie tombe dans la musique haïtienne

10 octobre 2018, 8:33 catégorie: Culture2 633 vue(s) A+ / A-

Dans une sorte de relation diplomatique (pardon !), mais de préférence une relation poétique entre la musique et la pluie, de nombreux talents tels les compositeurs, les musiciens et les chanteurs haïtiens se sont lancés dans des activités de représentation, de négociation et de défense de toutes les images possibles qui correspondent avec la pluie.

En ces temps de ciel gris en pleine saison de pluies, on ne saurait ignorer l’importance de la musique dans la liste des meilleurs loisirs les plus économiques et les plus accessibles en Haïti.

La pluie est une source inépuisable d’inspiration dans l’art haïtien

Avec le mariage entre la pluie et la musique, nous vous invitons à découvrir quelques-unes des meilleures pièces autour du thème « Lapli » que l’on pourrait classer dans pas moins de quatre catégories (romantique, classique, festive et mélancolique), comme les quatre saisons.

Diluée à travers les diverses formes d’émotions et de symboles, la pluie dans l’imaginaire collectif haïtien ne passe certainement pas inaperçue. Elle offre autant l’occasion de célébrer et de conjuguer l’amour, la joie, la nostalgie, la peine, l’envie, l’ennuie, la peur et même le désespoir chaotique. Dans la poésie et la musique comme dans la peinture, dans le théâtre comme au cinéma, la pluie est une source d’inspiration inépuisable.

En laissant de côté les autres termes et les thèmes de ce vocabulaire musical aussi liquide comme : l’eau ou « dlo », « Benyen m », « Lavalas desann », « Kaselezo », les bateaux, les plages, la mer et les vagues très présentes dans les vidéos des artistes haïtiens, sans oublier les larmes, les rivières et les esprits maritimes tels que Agwe, Simbi ou un sujet comme le sang qui coule souvent dans les vers de plusieurs compositions, nous vous invitons à danser aux divers tons de « Lapli », sans se mouiller.

Quand « Lapli » se conjugue entre les « farinay », le romantisme et les nostalgiques

Dans une sorte de course pour poétiser la pluie, les créateurs évoluant tant en Haïti que dans la diaspora ne manquent pas d’imagination pour tremper les esprits des mélomanes dans de l’eau de rose.

Gazman Couleur semble être le dernier à passer le test avec son titre « Mwen jalou pou lapli », qui rappelle le grand succès de Zèklè dans « Pito n pa t zanmi » environ vingt ans plus tôt.

« Farinay lapli… » Sont les premiers mots qui resteront immortels dans la mémoire de la génération des années 90 en Haïti, avec la sortie de la chanson « Pito n pa t zanmi », une des plus belles interprétations de Joël Widmaier avec le groupe Zèklè. Presque tout le symbolisme de l’eau a été célébré dans ce morceau entre : « Dlo tap kouri nan je w », « Cheve w tou mouye », « Lapli fin tonbe…».

« Mwen jalou pou lapli, le m wèl tonbe sou po w li nwi m. Paske l rive kote m pat janm rive… ». Avec de telles couleurs poétiques et transparentes, le chanteur vedette du groupe « Disip », Gazman Couleur, nous exprime toute sa passion, ses ennuis et son envie de se transporter, de se transposer ou de se transformer en des gouttes de pluie. Affamé de sa chair désirée, l’artiste ne va mâcher ses mots pour mettre sa jalousie à nu !

Les classiques de « Lapli » entre les chansons traditionnelles et le Compas Direct

«Solèy pa leve, lapli pa tonbe, pitimi pa donnen ou leve w ale », sont des vers qui nous reviennent de loin avec le timbre de Gary Didier Perez, dans les premiers temps du groupe Zenglen.

« Se nan lari m te ye, lapli tonbe nou pa mouye », « Soley leve, lapli tonbe, loraj gwonde, gade nou pa mouye… », tel a été le constat du groupe « Tabou Combo », dans l’album Zap Zap qui fait aussi référence à cette chanson.

« Lapli tonbe souvan solèy leve tou lè jou, mwen leve maten mwen jwen jaden mwen fleri… », Autant de vers qui tombe comme la rosée du matin dans cette composition du groupe Ensemble Select de Coupé Cloué. La composition : « Se pou Marie Jocelyne… » Continue des années après de nous faire danser : « Damou, damou, ploge, ploge… ».

« Lapli pa tonbe kijan w fè rantre ? » est une musique salée qui place le chanteur Coupé Cloué au sommet de son genre. Avec le titre : « An dedan », d’autres questions s’ajoutent dans la liste du maestro. « Mademoiselle eske w renmen koupe ? », « Lè n ap danse koupe kijan n santi n ? ».

« Farinen » de Mizik Mizik est l’une des chansons utilisant un des termes se rapprochant à la pluie sans citer le mot.

« Si lapli te tonbe anpil flè ta pouse, nou ta genyen lespwa » sont des mots forts de la chanson « Poste Marchand » de Toto Bissainthe. Une icône de la musique traditionnelle.

Un mot qui fait couler beaucoup d’encre, le terme « Lapli », sans pour autant servir de titre dans la plupart des chansons haïtiennes, il est souvent cité pour représenter le temps moral, tropical ou fatal.

Lapli dans le Rap kreyòl en Haïti

« Men lapli » est le titre d’une des meringues de carnaval du groupe « Rap in Family ». Une composition sortie en 2009 qui fait l’éloge des valeurs du groupe, tout en invitant ses fanatiques à s’amuser sous la pluie pendant les trois jours gras.

« Men lapli » est la meringue d’un autre groupe « 2 Regle » pour le carnaval en 2017. « Tan pare lapli pral tonbe », « Lapli chanjman, lapli viktwa, lapli kè kontan ». Dans la vidéo du groupe détachée de toute trace de pluie, c’est toute la sociologie de la pluie qui est mise en avant.

« Lapli vini… » porte des tons multicolores pour célébrer la pluie en gaité. Des noms d’artistes dans le mouvement rap contemporain comme Young Blaze, Rolo, Dano, Bozz La, Pidjeypi, Jlo Beats et Drizyboy alimentent cette gouttelette musicale.

La pluie en Haïti, entre les intempéries, l’interpellation et la mélancolie

« Solèy pa leve, lapli ap tonbe, m bezwen yon kote pou m pare », « Nou wè tan pare lapil a prale tonbe, timoun yo ap kriye sa yo manje… ». Des paroles qui interpellent la conscience et l’humanisme à travers la chanson « Priye » interprétée par King Kino. Avec l’écho des paroles et le choeur qui portent un message de paix, d’amour et de solidarité sans frontière dans un style Gospel, le répertoire de la musique haïtienne dispose de l’une des meilleures pièces engagées.

« Lapli vini, lapli vini m a bò w bonbon », dans un duo de Roosevelt Saillant (BIC) et de Cinthia Michel, présente le tableau tragique de ce que nous apporte ou nous laisse la pluie sur son passage en Haïti. Sans parapluie ni par-dessus, les artistes nous décrivent le vocabulaire de la rue en temps de pluie, avec les fatras, les détritus, les déchets de toutes sortes et la détérioration des routes et des rues. En somme, la destruction des vies et des biens en temps de pluie dans la capitale comme dans les autres villes du pays.

En dehors des chansons religieuses dans toutes les tendances confondues, on se demande dans combien de chanson le thème « Lapli » a été utilisé ? Quelles sont les principales compositions qui illustrent la pluie dans les jeux d’instruments, à travers le grondement des orages ou la musique des gouttes d’eau qui tombent sur les toitures en tôles des maisons ou dans les rues ? Quelle place occupe véritablement la pluie dans la musique haïtienne en passant par la littérature ? Faut-il un musée de la pluie en Haïti pour exposer nos relations, nos revendications et nos représentations de la pluie ?

À travers ces quelques gouttes de pluie recueillies dans la musique haïtienne, nous espérons vous inviter à voyager dans l’univers des eaux qui peuple l’imaginaire collectif haïtien pour mieux apprendre et comprendre, mieux vous détendre ou vous défendre face à cet élément si important dans la nature. Sachant comme le dit le proverbe rwandais : « La pluie tombe sur tout le monde, mais certains sont plus mouillés que d’autres ! »

Dominique Domerçant

Comments

comments

scroll to top