Accueil » Economie » Pour promouvoir la coopération décentralisée franco-haïtienne

Pour promouvoir la coopération décentralisée franco-haïtienne

05 décembre 2017, 10:24 catégorie: Economie2 322 vue(s) A+ / A-

Le président de la République, Jovenel Moïse,

procédant à l’ouverture des assises sur la coopération décentralisée franco-haïtienne.

 

La deuxième édition des assises de la Coopération décentralisée franco-haïtienne (CDFH2) prend forme. C’est le président de la République, Jovenel Moïse, qui a procédé ce mardi 5 décembre, au centre de Convention de la Banque de la République d’Haïti (BRH), à l’ouverture de ces assises sur la coopération décentralisée franco-haïtienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence, notamment, du ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), Max Rudolph Saint-Albin, du président de la Fédération nationale des Maires d’Haïti (FENAMH), Jude Édouard Pierre, du gouverneur de la Banque centrale, Jean Baden Dubois et de l’ambassadeur de France en Haïti, Elisabeth Beton Delègue.

Organisées par la FENAMH et Cités Unies France, ces assises rassemblent les collectivités territoriales françaises engagées dans la coopération internationale, avec le soutien du ministère haïtien de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et de l’Ambassade de France en Haïti. Réunissant plus de 450 participants, dont l’ensemble des maires d’Haïti et plus d’une centaine de membres des collectivités françaises de métropole et des Amérique, ainsi que leurs principaux partenaires nationaux et internationaux, ces assises sont l’occasion de promouvoir la coopération décentralisée comme outil de développement des territoires et de mettre en valeur la vingtaine de partenariats noués entre collectivités françaises et haïtiennes, faisant d’Haïti le 3e pays des Amériques comptant la plus forte coopération décentralisée française, après les États-Unis et le Canada.

Jude Édouard Pierre, maire de la commune de Carrefour et président de la FENAMH donne l’objectif de l’activité : « ces assises visent à partager les expériences de coopérations existantes, dont les plus anciennes remontent au début de 1990, et à dresser un état des lieux de leur évolution. Cette seconde édition entend donner une nouvelle impulsion à l’ensemble de ces partenariats en définissant une feuille de route commune pour les années à venir tout en encourageant de nouvelles coopérations ». Ces assises sont conçues comme un espace de dialogue et d’échanges entre des élus locaux et fonctionnaires territoriaux. Jude Édouard Pierre, qui s’est dit réjoui de la tenue de ces assises, a déclaré que le monde est un village, les collectivités sont une famille, seule la solidarité des peuples peut apporter des remèdes efficaces aux grands maux qui accablent nos villes. « Notre destin commun dans la région nous oblige à nous rassembler en rapprochant nos territoires. Les collectivités françaises et haïtiennes se mettent donc en position pour relever ces défis gigantesques », dit-il.

Signature d’un accord de coopération entre le

maire de La Rochelle et le maire de Port-au-Prince

 

« La décentralisation et la déconcentration des services publics sont très importantes pour mon administration », a déclaré le président de la République, Jovenel Moïse, à l’ouverture de ces assises. Pour le président Jovenel Moïse, la tenue de ces assises traduit la volonté du gouvernement de soutenir les actions des élus locaux dans le cadre d’une décentralisation renforcée. Tout en promettant de travailler avec toutes les collectivités durant son quinquennat, le locataire du Palais national souhaite qu’au terme de ces assises les participants sortent avec des idées claires, des approches bien aiguisées, un travail solide et pratique qui permettra à son administration d’adresser le plus adroitement possible la problématique de la gouvernance locale et créer l’atmosphère à un mieux-être pour les habitants des sections communales, des communes et des départements du pays.

Dans ses propos, l’ambassadeur de France en Haïti, Mme Elisabeth Beton Delègue, a informé que cette réunion d’élus français et de leurs partenaires haïtiens illustre une facette méconnue de la coopération entre les deux pays, laquelle repose sur les liens tissés entre ces collectivités. « Derrière chaque collectivité, il y a des hommes et des femmes qui ont su mobiliser leurs administrés en faveur de partenariats franco-haïtiens. C’est donc d’abord une coopération basée fondamentalement sur des relations humaines. C’est aussi une coopération très concrète, qui permet, entre homologues, de partager des expériences et des savoir-faire en matière de gestion communale. C’est enfin une coopération qui permet d’amplifier des relations durables et réciproques, ce qui la rend particulièrement précieuse», a-t-elle ajouté.

Ces assises aborderont la plupart des sujets clés du développement territorial : éducation et formation, aménagement du territoire, environnement et développement rural, gestion de l’eau et déchets, intercommunalité, fiscalité locale, démocratie participative, tourisme et patrimoine ou encore coopération et intégration régionale. D’autres activités sont prévues : entre collectivités et opérateurs français du développement (Agence française de Développement, Expertise France, Centre national de la Formation professionnelle territoriale …) figurent également au programme.

L’on doit préciser qu’à l’issue de ces assises trois conventions de coopération ont été paraphées : la première entre La Rochelle (région Nouvelle-Aquitaine) et la ville de Port-au-Prince, en matière d’aide à la bonne gouvernance locale et au renforcement des capacités des agents de l’administration publique de la capitale haïtienne ; la deuxième entre le conseil départemental de Vienne et la commune de Marigot (département du Sud-Est), cela concerne le financement d’une école communale, le domaine sanitaire et la mise en oeuvre d’un projet de traitement des déchets ; la 3e convention a été signée entre la communauté de communes de Grand Pontarlier (France) et la commune de Milot dans le département du Nord d’Haïti. Cette charte d’amitié entre ces deux collectivités concerne la culture, l’éducation, l’ingénierie-conseil. D’ici la fin de cette semaine, d’autres protocoles sont prévus entre les villes françaises et celles d’Haïti toujours dans le cadre de la coopération décentralisée.

Therno N. A. Sénélus

Comments

comments

scroll to top