Accueil » Société » La PROFAMIL veut populariser la vasectomie en Haïti

La PROFAMIL veut populariser la vasectomie en Haïti

12 mars 2018, 8:21 catégorie: Société6 869 vue(s) A+ / A-

La Profamil et ses partenaires encouragent le recours à la vasectomie.

 

L’association pour la promotion de la famille haïtienne (PROFAMIL) et ses partenaires, comme FP 2020 (Nations unies), World Vasectomy Day, l’Université Laval et Non Scalpel Vasectomy International, lancent une campagne qui vise à encourager les hommes à recourir à la vasectomie comme méthode de planification familiale. Cette opération qui consiste à couper et bloquer les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes à partir des testicules sera pratiquée gratuitement dans les hôpitaux de la PROFAMIL. Selon le directeur exécutif de l’organisation, Gianni Decastro, l’objectif est de dépasser la barre des 3 000 vasectomies par année à travers le pays.

« La vasectomie a toute son importance comme méthode de planification familiale en Haïti où la population se développe de façon non contrôlée », indique Dr Decastro. Selon lui, les avantages que le pays peut tirer de la réussite d’une telle campagne sont énormes. Le premier impact se traduira en la réduction du nombre des grossesses non désirées et par conséquent des avortements non sécurisés, poursuit-il.

Pour l’année 2017, seuls 17 hommes se sont fait vasectomiser dans les hôpitaux de la PROFAMIL. Le taux de pénétration à ce mode de stérilisation irréversible est inférieur à 0.5% en Haïti. « Si nous arrivons à augmenter de 5% le nombre de personnes qui acceptent cette option, on aura un total de 3800 hommes par année », croit le médecin qui souligne que la vasectomie coûte beaucoup moins cher que les méthodes de contraception les plus pratiquées en Haïti.

En passant par des réseaux de promoteurs, les médias et des groupes socioprofessionnels, la PROFAMIL compte faire circuler des informations sur la vasectomie afin que ceux qui sont satisfaits de la taille de leur famille puissent faire ce choix sans hésiter. L’opération se réalise sans bistouri et n’affectera ni l’érection ni la jouissance sexuelle des patients, explique Dr Decastro. Il insiste cependant que la vasectomie ne fournit aucune protection contre les maladies sexuellement transmissibles. Il faudra continuer à utiliser des préservatifs au moment des relations sexuelles à risques, prévient-il.

Deux spécialistes de la vasectomie sont actuellement dans le pays pour le lancement de la campagne qui débute ce 13 mars avec une foire médicale à l’hôpital de la PROFAMIL situé à l’avenue Martin Luther King. Dr Michel Labrecque de l’Université Laval et Dr Doug Stein de Non Scalpel Vasectomy International prendront en charge les hommes intéressés. Dr Labrecque assure que les malaises postopératoires sont généralement de faible intensité et que les patients reprennent toujours leurs activités dans un délai qui ne dépasse pas quatre jours. Toutefois, une vingtaine d’éjaculations sont nécessaires avant que l’opération ne fasse ses effets, dit-il en guise d’avertissement.

À la veille du cinquième recensement général de la population et de l’habitat, la planification familiale ne figure pas parmi les thèmes des débats qui se tiennent sur l’avenir du pays qui connaît un taux de croissance économique extrêmement bas. Pourtant, les projections sont assez préoccupantes. En 2011, un rapport du fonds des Nations unies pour la Population a prévu qu’Haïti compterait plus de 16 millions d’habitants en 2050. Selon l’enquête sur la mortalité, la morbidité et l’utilisation des services (EMMUS-V), une femme haïtienne à, en moyenne, 3.5 enfants à la fin de sa vie féconde.

Kendi Zidor

Comments

comments

scroll to top