Accueil » Economie » Privert fait le point sur la situation économique du pays

Privert fait le point sur la situation économique du pays

10 janvier 2017, 9:38 catégorie: Economie7 430 vue(s) A+ / A-

Le président Jocelerme Privert lors de l’ouverture de la deuxième année législative
de la 50e législature, le 9 janvier 2017. / Photo : J. J. Augustin

 

À l’issue du lancement de l’année législative le lundi 9 janvier 2017, le président provisoire de la République, Jocelerme Privert a présenté par devant députés et sénateurs, réunis en Assemblée nationale, l’état des lieux de la Nation. Laquelle présentation prend en compte la situation économique du pays.

« La gestion macroéconomique du gouvernement et des dirigeants de la Banque de la République d’Haïti (BRH) a été prudente et effective », a déclaré Jocelerme Privert qui a fait un coup d’oeil au tableau des paramètres financiers et monétaires. Il a, à cet effet, rappelé que le maintien d’une croissance de 1.4 %, certes modeste, mais tout de même supérieure à celle de l’année précédente, et soutenue, pour la première fois depuis plusieurs années, par la production marchande dont l’agriculture +3 %, contre la forte chute de 5.4 % accusée l’an dernier et l’industrie manufacturière +1.5 %.

En ce sens, a-t-il dit, la croissance fut toutefois, sans surprise, pénalisée par la stagnation des secteurs du bâtiment et des travaux publics (0.2 %), d’une part et, d’autre part, par la faible croissance du sous-secteur « commerce, restaurants et hôtels », conséquence de la prudence des investisseurs du secteur en raison de l’environnement politique incertain et instable. « Depuis la signature du protocole d’accord sur la gestion de trésorerie entre le ministère de l’Économie et des Finances et la BRH, la bonne gestion des finances publiques, caractérisée par la quasiabsence d’endettement additionnel de l’État central durant la seconde moitié de l’exercice fiscal 2015-16, a permis d’échapper à la nécessité du financement monétaire du trésor public par la banque centrale », a-til expliqué.

 Il a, de surcroît, rappelé que les réserves internationales nettes de change de la BRH ont remonté fortement de 767 millions de dollars américains en décembre 2 015 à 925 millions USD en décembre 2016, soit 157 millions de plus, tendance inaccoutumée en période électorale, où l’on s’attendrait plutôt à une pression sur les dépenses publiques conduisant subséquemment à l’utilisation des réserves de change pour contrarier les pressions inflationnistes. Se décernant un satisfecit de sa gouvernance, l’ancien président du Sénat a noté le ralentissement notable du rythme de dépréciation de la gourde. D’une cadence annuelle de l’ordre de 40 % durant la première moitié de l’exercice fiscal 2015-16, où il est tombé à environ 13 % depuis la fin du mois de mars 2016.

Paradoxalement, M. Privert a mentionné les retombées positives de la dépréciation de la gourde, lesquelles, jointes aux incitations mises en place par la BRH au cours de l’année, ont eu la vertu de stimuler la compétitivité future des industries marchandes (exportation, agriculture et tourisme). « En atteste la forte demande d’espaces industriels voués à l’exportation textile et les perspectives notables de création d’emplois de cette industrie au cours des vingt-quatre (24) prochains mois (près de 40 000 d’après les données de la SONAPI et de l’Association des industries d’Haïti) », a-t-il avancé.

 Coup d’oeil sur l’ouragan Matthew

Les dommages et pertes sont évalués, selon un rapport de la banque Mondiale avec la participation des instances gouvernementales haïtiennes, à 1.9 milliard de dollars, a chiffré le locataire du Palais national. « Au-delà de la destruction de l’habitat et des infrastructures routières, de nos écoles et de nos récoltes, l’ouragan a saccagé notre environnement, notre flore et notre faune. L’ensemble des conséquences néfastes de la catastrophe n’est guère encore totalement pris en compte, notamment la menace d’insécurité alimentaire qui guette les populations du Grand Sud ».

 Il convient de souligner que le passage de cet ouragan destructeur a généré un exemplaire élan de solidarité humaine. Il a aussi rappelé que Matthew est toujours présent. Les populations des zones affectées sont toujours en situation de détresse économique, de désarroi écologique et de grande précarité sociale.

Le gouvernement, a-t-il argué, dans ses travaux de mis en oeuvre a conçu une réponse en deux (2) volets. Le premier adresse l’urgence humanitaire. Le deuxième couvre le redressement économique. « Si au niveau de la réponse humanitaire nous avons reçu une part importante de l’aide d’urgence, nous n’avons pas pour l’instant bénéficié du soutien nécessaire pour les activités structurantes et durables du relèvement », a-t-il martelé dans ses propos.

 Therno N. A. Sénélus

Comments

comments

scroll to top