Accueil » Economie » Près de 18 hectares pour valoriser la production agricole

Près de 18 hectares pour valoriser la production agricole

08 janvier 2017, 10:02 catégorie: Economie4 997 vue(s) A+ / A-

Rév. Sœur Alta Émile,

Mère supérieure principale de congrégation des Compagnes de Jésus.

 

Située à Croix des Pères, localité de la troisième section communale de Petite-Rivière, commune de Léogâne, la Ferme Bethléem est construite sur une superficie de 14 carreaux (18.06 ha). Depuis 7 ans, les réalisations de cette ferme, sans aide de l’État, sont énormes. Les responsables, rencontrés le samedi 7 janvier dernier, envisagent d’intensifier la production…

C’est en 2009 que cette ferme, multisectorielle dans sa dimension, a été créée par les Soeurs de la congrégation des Compagnes de Jésus. Dans cette espace, on retrouve un système de cultures diversifiées. Pour la production végétale, on y voit légumes et légumineuses, fruits, etc. Il y a de la banane, de la canne à sucre, de l’aubergine, du « mazonbèl », du cocotier, du manguier avec notamment un système d’irrigation qui est à sa genèse. Et aussi, l’espace contient un puits artésien de 200 pieds, pouvant donner près de 450 gallons à la minute, pour permettre l’aspersion de l’espace en entier. À la ferme, on remarque un système de classification de chaque espèce.

En matière de production animale, on a pu constater un système d’élevage avec des porcins, des caprins, des bovins, lapins, pondeuses et poulets de chair. Il y a également un système agro-forestier et de la floriculture. Pour ne citer que ces éléments de cet espace verdoyant et diversifié. Cette ferme est un centre agro-éco-touristique d‘éducation et de récréation.

Pour parler de la production, Soeur Edna Édouard a rappelé que les trois ans de sécheresse qu’a connu le pays ont détruit une bonne partie des plantations. La main d’oeuvre est parmi les contraintes enregistrées depuis l’existence de la ferme, a-t-elle dit. « Il y a des moyens pour renforcer le système agricole en Haïti », a-t-elle avancé, soulignant que l’idée poursuivie par cette congrégation, c’est de nourrir les gens des maisons d’accueil, mais aussi d’aider la population Léoganaise. Elle a poursuivi en faisant savoir que dans les périodes de grandes plantations, les responsables de la congrégation utilisent la « coumbite » durant les campagnes agricoles.

 À bien remarquer les activités menées sur l’espace, la ferme semble un exemple à suivre. Et, ce qui parait très encourageant, c’est que la ferme est dirigée par des femmes, passionnées de l’agriculture.

La Soeur Edna Édouard, technicienne agricole de profession au service de la communauté de Léogane depuis 1981 qui a fait le point sur les échanges avec les agriculteurs, a dit constater un déficit d’application de nouvelle technique pour arriver à augmenter la production. « Les agriculteurs sont pessimistes de nouvelles techniques de production. Elles croient dans la méthode traditionnelle », a dit Soeur Edna. La technicienne agricole dit croire qu’il faut un mariage entre la méthode traditionnelle de production et les nouvelles techniques.

Outre les différentes variétés précitées, la Mère supérieure principale de cette Congrégation, Rév. Soeur Alta Émile, a également précisé que cet espace a trois maisons d’accueil pour les personnes âgées, une école qui va du premier cycle fondamental au 3e.

 En termes de perspectives, la congrégation des Compagnes de Jésus, projette d’intensifier la production dans la ferme en procédant au système d’irrigation de l’espace en entier, augmenter les espèces animales ; développer la pisciculture et apiculture, entres autres. Ce qui permettra à la ferme d’être autosuffisante, et d’aider la population.

Therno N.A. Sénélus

Comments

comments

scroll to top