S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Vaccins : le tour de table des multinationales

Vaccins : le tour de table des multinationales



"Le financement public est nécessaire parce que les produits pandémiques sont des investissements à très haut risque ; le financement public minimiserait les risques pour les entreprises pharmaceutiques et les ferait tout miser. Ces déclarations de Bill Gates dans le prestigieux New England Journal of Medicine, que nous avons citées ailleurs, sont complétées avec l'indication selon laquelle les gouvernements devraient fournir des facilités pour la production de vaccins et les acheter pour les distribuer à la population dans le besoin. Comme on le voit, tout un programme pour garantir les profits de l'industrie pharmaceutique multinationale en relation avec la production d'un vaccin pour faire face à la pandémie.

Subventionner les multinationales au lieu d'investir dans les vaccins.

La demande du milliardaire Gates a été entendue moins de deux mois plus tard. En avril dernier, le gouvernement américain a annoncé le programme Warp Speed, qui consacre 10 milliards de dollars au financement de la recherche et de la production de vaccins contre le coronavirus par le biais de partenariats public-privés. Les grandes multinationales ont reçu des subventions importantes ; par exemple, la société américaine Pfizer a obtenu 2 milliards de dollars, et Sanofi GSK, le même montant. AstraZeneca, pour sa part, a obtenu 1,2 milliard de dollars US grâce à l’ union avec une entreprise américaine.

Qui est AstraZeneca?

La semaine dernière, le président péroniste Alberto Fernández a annoncé que le vaccin serait fabriqué en Argentine et a annoncé l'accord entre Grupo Insud et AstraZeneca. Cette société est l'union d'une société pharmaceutique britannique et d'une société suédoise qui, à son tour, s'est associée à l'université d'Oxford pour la production du vaccin. Sans être entrée dans la phase III des tests de population, la multinationale a déjà signé des accords de production dans le monde entier avec des partenariats public-privés, ce qui lui permettrait de vendre 3 milliards de doses aux gouvernements du monde entier. Par exemple, le contrat récemment signé avec la Commission européenne garantit la vente de 400 millions de doses à l'Allemagne, à la France, à l'Italie et aux Pays-Bas. L'accord signé avec le Grupo Insud, propriété du millionnaire argentin Hugo Sigman, fait partie de cette politique commerciale de la multinationale.

Qui est Hugo Sigman?

Le magazine Forbes attribue une fortune de deux milliards de dollars à ce multimillionnaire qui proclame son adhésion au péronisme kirchneriste. Son enthousiasme pour le mariage des Kirchner est justifié. En 2009, au plus fort de la pandémie du virus H1N1, d'origine porcine, connu sous le nom de "grippe A", Sigman a lui-même conclu un accord avec le gouvernement péroniste de Cristina Kirchner et son ministre de la santé de l'époque, Juan Manzur. L'État a financé l’installation d’une usine industrielle à Garín dans le cadre du partenariat entre la multinationale Novartis et le Grupo Insud pour la production du vaccin contre la grippe A. L'État s'est également engagé à acheter 10 millions de doses de ce vaccin par an, qui a depuis été inscrit au calendrier officiel. L'accord prévoyait qu'au bout de trois ans, Sinergium Biotech, une autre entreprise de l'Insud, reprendrait l'usine, la technologie et le marché.

Dans le cas de la nouvelle activité de vaccins Covid-19, elle sera partagée avec le milliardaire mexicain Carlos Slim, qui a conclu le marché initial avec AstraZeneca et qui devrait financer une grande partie du développement des vaccins dans la région. Le laboratoire mexicain Liomont, une fois spécialisé dans le vaccin contre la grippe, est chargé de mener à bien le processus de fractionnement et de distribution du principe actif qui sera traité par Sigman en Argentine.

Anarchie et gaspillage des ressources

Alors que l'on estime qu'il y a entre cinquante et soixante laboratoires dans le monde entier engagés dans la recherche de vaccins pour Covid-19, seuls treize d’entre eux sont à un stade plus avancé. Une concurrence féroce entre les multinationales, et même entre les gouvernements, a été déclenchée. Quiconque parvient à développer un vaccin efficace et obtient le brevet assure un monopole de production et de profits pendant plusieurs décennies.

Les multinationales et leurs partenaires locaux, qui dans le cas de l'Amérique latine sont le milliardaire mexicain Slim et l'Argentin Sigman, pratiquent le secret commercial en ralentissant artificiellement tout le processus. Bien qu'ils annoncent publiquement que la disponibilité des vaccins est très proche, la réalité est que tous sont encore loin d'être approuvés et, évidemment, de faire l'objet d'une production de masse.

Dans le cas d'AstraZeneca, la scientifique britannique Sarah Gilbert, qui dirige une équipe de 300 chercheurs de l'université d'Oxford travaillant sur le vaccin, a déclaré : "L'objectif de fin d'année pour le lancement du vaccin est une possibilité, mais il n'y a absolument aucune certitude à ce sujet ».

La dispute sur le monopole du vaccin entraîne un chevauchement des efforts et un gaspillage des ressources qui a été critiqué même par des personnalités opposées au socialisme tel que le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz. Comme le scénario serait différent s'il y avait une recherche collaborative entre les universités et les instituts de différents pays, surtout les plus développés, menant à la production publique un vaccin contre le coronavirus! Les ressources de l'État devraient être consacrées à cette production et non, comme aujourd'hui, à accumuler des profits pour les multinationales et leurs partenaires locaux.

C'est ainsi que le capitalisme ralentit le développement, dans ce cas, d'un vaccin qui pourrait sauver tant de vies. À l'heure où nous écrivons, il y a 22 millions de personnes infectées et 800 000 mortes à cause du Covid-19 et nous devons nous demander combien de temps ténébreux devons-nous attendre pour un vaccin. C'est pourquoi notre programme soulève la nécessité d'abolir les brevets sur les médicaments en vue de parvenir à la nationalisation de l'industrie pharmaceutique sous le contrôle des travailleurs.

Reynaldo Saccone, ancien président de la Cicop




Articles connexes


Afficher plus [1666]