S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Lettre ouverte au Secrétaire général de l'Onu

Lettre ouverte au Secrétaire général de l'Onu








Au : Secrétaire général des Nations unies
Excellence Monsieur Antonio Manuel de Oliveira Guterres
En ses bureaux,
Siège des Nations, New York City, États-Unis d’Amérique

Du: Citoyen Américain-Haïtien Rony Jean-Pierre,
Auteur-Ecrivain, Maître de conférences
Demeurant et domicilié aux États-Unis d’Amérique

Objets : - Appel à votre conscience morale concernant la situation en Haïti.
-Interdiction pour Jovenel Moïse de prendre la parole à la tribune de l’ONU à
l’occasion de la LXXIVe Assemblée générale, septembre 2019

Monsieur le Secrétaire Général,

Au nom de la conscience morale, au nom de la probité intellectuelle, au nom de l’intégrité absolue, au nom des valeurs universelles intelligibles, nous vous en conjurons de dire et de prendre une position fixe sur la dégradation de la vie humaine en Haïti.

Nous ne sommes pas le seul à le constater ou qui prends la résolution de vous alerter sur l’agonie en petit feu du peuple haïtien. Beaucoup l’ont déjà fait avant nous, cependant il est toujours bon de faire appel à la conscience morale de ceux qui ont la responsabilité d’assumer la tâche qui leur convienne par-devant un fait sordide qui menace toute une population. Ceci est mis en place par des gens abjects pour sauvegarder leur pouvoir en dépit de la volonté populaire.

Nous ne sommes pas en reste de ceux qui se réjouissent de votre dernier rapport présenté au Conseil de Sécurité concernant les massacres récurrents dans le pays. Cependant sans coercitions vouées, le pouvoir en place ne ferait pas volte de face sur le chemin emprunté pour massacrer tous ceux qui n’acceptent pas de chanter sa gloriole. En dépit qu’il n’ait aucun contrôle de la situation nationale du pays, mais le gaspillage, le m’as-tu-vu continuent et les massacres soient intermittents, car les organisateurs demeurent chefs aujourd’hui encore, donc c’est la vengeance même qui s’installe contre les dénonciateurs.

Monsieur Jovenel Moïse est dépourvu de titre et de fonction depuis qu’il a été accusé, suspecté de malversation, de concussion, de gaspillage, de pillage, de dilapidation des Fonds PetroCaribe et usurpation de titre et de profession qu’on ne le reconnait pas et qu’il n’a pas de certification pour les prouver non plus. Pour toutes ses raisons, il ne représente pas le peuple, la nation, la société, la république et l’état d’Haïti. Sur ces entrefaites, il ne jouit d’aucun privilège ni de titre ni de fonction de prendre la parole au nom de quiconque, sinon il sera passible une fois de plus en justice pour usurpation de titre de président et représentant de la nation haïtienne.

Monsieur le Secrétaire général, la misère qui s’installe là-bas a déjà fait des dégâts considérables et surtout c’est l’une des causes de la démographie incontrôlable à nul autre pareil. Un simple exemple de superficie et d’économie peut attirer votre attention, le Portugal, votre pays d’origine, fait les trois fois d’Haïti en superficie tandis que la population haïtienne est beaucoup plus importante que celle du Portugal. Mais le PIB du Portugal en 2018 est de 430, 012 milliards de dollars pendant que celui d’Haïti est de 0,498 en gourde, monnaie locale (95 gourdes pour 1 dollar, taux du jour) et est en régression. Ce qui voudrait dire que ce pays ne devait même pas exister au point de vue économique. S’il vous plait même avec ce misérable PIB il y a plus de gaspillages et le salaire des chefs est beaucoup plus supérieur que dans beaucoup de plus pays au monde qui ont une économie balancée, contrôlée, planifiée et équilibrée. Tandis que la population vit dans une famine répugnante et une insalubrité dégueulasse, la motocarde présidentielle circule avec plus de vingt- cinq voitures sophistiquées dans son cortège dans des rues jonchées d’immondices aux frais du contribuable, quelle violence inhumaine et c’est encore un massacre sanguinaire.

Ce n’est pas seulement la misère qui fait grincer les dents là-bas, mais aussi les traitements inhumains, les massacres, les exécutions sommaires, l’arrestation de ceux qui réclament le pain quotidien sont souvent battus, blessés et/ou tués par des policiers parfois plus affamés encore que le peuple et des sbires à la solde du pouvoir en place. Le mépris et le désinvolte des chefs pour la population sont immondes. Le dernier rapport de la MINUJUSTH a bien dévoilé que les derniers massacres auraient lieu au vu et au su de la police, mais parfois les policiers ont tellement faim, ils font comme les parlementaires, il faut les payer pour accomplir leur tâche. En recevant cette solde, ils peuvent aussi tout faire pour le pouvoir et sans le recevoir ils ne font rien. Tandis que leur colère stressante peut les emmener jusqu’à exécuter un simple démonstrateur de rue quand ils n’ont rien pour subvenir à leur besoin. Donc la situation est plus que hideuse.

Les dirigeants en place ne gèrent que la sauvegarde de leur pouvoir au détriment de toutes valeurs universelles, morales et démocratiques. Dans tous les pays du monde, nous parlons bien de vrais pays, les soupçons de corruption et de concussion seraient punis avec rigueur et détermination de poursuivre tandis que là-bas, il n’y a pas que les soupçons, mais dévoilement de corruption avérée et justifiée par une instance républicaine institutionnalisée, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux administratif (CSC/CA). En lieu et place d’une punition, c’est la tuerie, la persécution et le menace pour ceux qui le dévoilent, mais aussi les appuis recherchés au point de vue international et des organismes mondiaux pour garder le pouvoir font une dépense dispendieuse pour l’état, même quand celui-ci ne gouverne rien. Ils sont devenus des chiens de garde pour tenir le pouvoir donc, ils n’ont pas le temps de rechercher le bien-être de la population, sinon que détruire les révoltés.

La justice est hypothéquée et les juges sont aussi à la solde du pouvoir, tandis que chacun veut tirer son épingle du jeu dans le gaspillage qui s’installe et puisque ce sont les membres du pouvoir qui sont à la charge des fonds, comment le mettre sur le banc des accusés si on voulait être bénéficiaire ? Le juge qui veut bénéficier sa part du gain, n’a aucune crainte d’écrire pour réclamer son dû au pouvoir en s’identifiant lui-même comme juge de l’équipe, c’est-à-dire membre du pouvoir en place, comme aurait signé celui qui est à la charge du dossier pétrocaribe.

Le menti et l’instrumentalisation mensongère sont devenues une gangrène pendant que certains organes de presses sont instrumentalisés à la propagande des œuvres gouvernementales non palpables et qui n’existent pas non plus. Ceux qui ne le font pas sont bâillonnés, brûlés, intimidés et attaqués parfois par des sbires ou par le gouvernement lui-même. Tandis que l’argent des contribuables ne fait que payer des lobbys pour que la communauté internationale puisse soutenir un gouvernement démissionnaire depuis plus de six mois, puisque le prétendu-président n’a aucun pouvoir pour monter un autre et en plus ils sont inutiles sur le terrain. Désormais la population ne fait confiance à personne et surtout les pays qui se disent amis d’Haïti, mais en fait qui sont des amis du pouvoir de leur propre émanation qu’ils défendent du bec et des ongles. En fin de compte, ce pouvoir est plus international que national, puisqu’il n’a pas d’autorité même sur le chien de sa propre résidence.

Un seul parti politique (PHTK, parti du pouvoir) occupe toute la sphère de l’état et toutes les institutions républicaines, donc il n’y a aucun moyen de trouver un service disponible puisqu’ils font tous la besogne de sauvetage du pouvoir exécutif, voire quel pouvoir, si ce n’est que des dirigeants du néant. Le seul projet tangible du gouvernement, Caravane du changement, est bloqué depuis après les émeutes du 6-7 juillet 2018, bien que ce fût un éclat illusoire pour éblouir la conscience populaire et pour blanchir des avoirs illicites. Les ambassades et les organismes internationaux font tout ce qui est en leur pouvoir pour sauvegarder le prétendu-président puisqu’ils ne voulaient pas perdre la face, donc il faut insister jusqu’au bout, dans ce cas la population est vouée à elle seule et ne peut compter sur sa propre révolution qui n’aboutisse pas trop loin, puisque des matériels ont été distribués aux massacreurs et aux policiers par des ambassades et le pouvoir pour tenir toutes démonstrations du peuple en échec.

Nous avons étonnement assisté le 4 juillet dernier, jour de l’indépendance des États-Unis, au défilé des chefs bandits, responsables des massacres et des pillages au levé des verres à l’ambassade des États-Unis au mépris de toute demande du peuple de juger les dilapidateurs du fonds pétrocaribe. La répétition ne s’est pas fait attendre, le 14 juillet, Prise de la Bastille, à l’ambassade de France, la même cohorte au même rendez-vous tandis que l’ambassadeur de Canada s’est rendu en personne pour visiter le président dilapidateur et pilleur des caisses de l’état pour en grossir ses richesses et financer les bandits qui défendent son pouvoir.

Vous n’êtes pas non plus sans savoir, Monsieur le Secrétaire général, que le pouvoir en place finance et communique au quotidien avec les chefs de gangs qui sèment le deuil et la désolation au sein de la population haïtienne. Ce n’est désormais un secret pour personne que le sieur Jovenel Moïse a un rapport direct avec le chef de gang qu’on venait d’appréhender et c’est ce dernier qui déclare savoir parler au téléphone avec celui-ci et a l’habitude de recevoir de l’argent de sa part et le dernier versement de trois millions gourdes ($US.30.000) était arrivé par le truchement du ministère intérieur et un sénateur de la République, bien que diminué en chemin de cinq millions qu’ils étaient par des transporteurs. Ces gangs sèment le deuil un peu partout sur le territoire plus particulièrement dans les coins et recoins de la capitale, tout ceci à la solde du pouvoir en place qui ne peut les arrêter sinon que les financer comme des chiens nourris pour surveiller les lieux.

Aussi dans le pays, il ne pouvait prendre parole en public sinon que devant les policiers qui organisent des séances à cet effet, la troisième du genre en deux mois et le dernier le 8 août 2019 depuis après les émeutes du 9 juin dernier. Vous n’êtes pas non plus sans savoir l’acte d’accusation propulsé par vingt-deux (22) députés de l’opposition, malgré leur faible minorité, ils voulaient démontrer que s’ils avaient la possibilité, le prétendu-président serait jugé pour ses forfaits. Cependant, ce jour-là, l’argent coulait à flots au parlement haïtien pour faire échec à ce projet tant espéré par la population, qui pourrait enfin forcer celui-ci à être jugé.

Aussi un ingénieur diplômé lui-même, a été porté plainte contre ce prétendu-président pour usurpation de titre d’ingénieur pour tolérer des contrats non élucidés de l’état haïtien en montant deux firmes fantômes (Agritans S.A. et Betexs). Vous n’êtes pas non plus sans savoir que la femme de celui-ci s’est mêlée dans plusieurs dossiers de concussion, la plus connue s’appelle Dermalog signée avec une firme Allemande à l’ambassade d’Haïti en France pour venir prendre le destin de l’organe d’identification aux fins de détournement des élections avenues au bénéfice du gouvernement en place toujours dans le souci de conserver leur pouvoir. Tandis qu’une autre firme de communication du nom de Solar est engagée par ce même gouvernement aux frais du contribuable pour des propagandes d’intimidation contre la population. Un service de lobby est employé à Washington, D.C. pour laver le pouvoir de tout soupçon par-devant le département d’État américain et les organismes internationaux en place.

La liste ne voudrait être trop exhaustive et détaillante, tels que les faits d’accusations sont légions contre celui-ci. Pour toutes ces raisons, pensez-vous que c’est légitime que Jovenel Moïse prenne la parole à la tribune des Nations unies à la 74e Assemblée générale qui se tiendra du 17 au 30 en septembre prochain au nom de la République d’Haïti après tous ces faits qu’on venait de l’accuser ? Tandis que certains faits d’accusation sont bel et bien avérés et justifiés. En plus on ne lui reconnait même pas réjouir de ses droits civils et politiques puisqu’il a menti, volé et parjuré en causant préjudice à l’État haïtien et à la nation haïtienne, au regard de la loi, ce sont des peines afflictives et infâmantes qui lui enlèvent ses droits ipso facto. Nous vous laissons face à votre conscience morale, mais pensez-y bien, si celui-ci est admis à prendre la parole à la tribune des Nations Unies, c’est en son nom propre et sur votre conscience comme celle du président de l’assemblée et non au nom de qui que ce soit de la nation et de la République d’Haïti, car nous ne le reconnaissons pas comme président tout comme il ne pouvait prendre la parole dans le pays qu’il dit vouloir représenter.

Recevez Monsieur le Secrétaire général mes respectueuses salutations

Fait à Washington DC le 13 août 2019



Rony Jean-Pierre,
E-mail jprony@yahoo.fr


C.C. Président de la 74e Assemblée : Exc. M. Tijjani Muhammad BANDE
Secrétaire général de l’OEA: Exc. M. Luis Leonardo ALMAGRO LEMES
Secrétaire Général de la CARICOM : Amb. Irvin LAROCQUE
Présidente de la Banque Mondiale : Mme Kristalina GEORGIEVA
Présidente du Fonds Monétaire International : Mme Christine LAGARDE
Président de la Banque Interaméricaine de Développement : M. Luis Alberto MORENO
Presse nationale et internationale




Articles connexes


Afficher plus [1121]