S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Sport/Société: La galère du sport !

Sport/Société: La galère du sport !



À peine quelques journées disputées dans le Championnat haïtien de première et celui de deuxième division, l’opposition politique a déclenché, en début du mois de septembre, une série de mouvements de protestation contre le pouvoir en place réclamant sans condition le départ du président Jovenel Moise. Ces deniers prennent la forme de manifestations, de barricades placées dans les artères des grandes villes et plus récemment la mise sous scellé, dit-on, de certaines institutions publiques. Comme d’autres secteurs, le sport subit la conséquence de cette grande crise qui perdure. On se demande à quand une accalmie pour permettre aux sportifs de retrouver leur joie de vivre.

Pour le football par exemple, le Championnat de première division s’était arrêté autour de la sixième journée. Les footballeurs qui sortaient déjà de presque trois mois de pose avaient besoin d’une série de clôture intensive pour trouver le rythme de la première partie du championnat. Malheureusement, ils ont vu leur élan coupé depuis environ un mois sans aucune date de retour à la compétition. Évidemment cet état de fait est indépendant des dirigeants du sport roi du pays. Mais, sur le plan sportif, les footballeurs ont dans l’ensemble raté au mois 5 mois sans compétitions sur 10 depuis le début de l’année, pause comprise. Insolite pour des footballeurs évoluant dans un championnat dit-on professionnel. Peu importe la date de la reprise, ces joueurs peuvent ne jamais retrouver la forme cette saison. Ce qui fragilisera davantage leur intégration dans la sélection haïtienne.

Outre l’aspect sportif, les footballeurs, exposés à cette situation de stress, auront besoin d’un accompagnement psychologique pour leur permettre de remonter la pente et de se concentrer sur le football. S’il est vrai que le jeu se joue avec les pieds, mais un esprit bien disposé est un facteur déterminant dans la réussite ou pas d’un footballeur de n’importe quel niveau. Et, au même titre qu’une frange de la population, les footballeurs vivent mal, a confirmé plusieurs joueurs évoluant en première division.

L’un des problèmes majeurs du football est de ne pas avoir une structure permettant aux joueurs d’avoir des contrats sur l’année. Certains sont rémunérés sur la série du championnat d’autres chaque mois. Depuis l’arrêt brutal de la compétition, beaucoup de footballeurs sont précipités dans un chômage inattendu. Puisqu’ils vivent pour la plupart essentiellement du football, ces footballeurs peinent à assurer leur survie depuis plus d’un mois. Contrairement à l’inter saison où ils disputaient les championnats de vacances pour pallier la pause en première division, ils n’ont rien. Alarmant.

Si on prend le cas du football comme étant le sport le plus populaire, les autres disciplines sont dans la même situation. La saison du championnat de volleyball, les compétitions interscolaires sont toutes renvoyées sine die. La Fédération de basketball qui avait en perspectives d’organiser des compétitions dans des catégories différentes n’a pas fait signe de vie depuis plusieurs semaines. Sans oublier les écoles de football qui devait démarrer leurs activités au début de l’année scolaire sont dans une attente continuelle.
Bref, l’instabilité qui perdure dans le pays a de graves conséquences sur plusieurs secteurs. Les professionnels du sport comme d’autres se demandent à quand vont-ils pouvoir reprendre leur activité. Pourtant, à bien regarder l’actualité, la solution ne semble pas pour demain, puisqu’autant les jours passent les acteurs durcissent leur position. Si aucune concession n’est faite dans les jours à venir, l’existence du sport qui fonctionnait déjà à mi-régime sera en grand danger. Plus d’un espère une issue à la crise pour retrouver cette couleur sportive qui manque tant à la jeunesse.

Kenson Désir





Articles connexes


Afficher plus [2412]