S'identifier Contact Avis
 
28.57° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Une discipline incontournable dans la formation des jeunes sportifs!

Une discipline incontournable dans la formation des jeunes sportifs!








L’Athlétisme est une discipline très répandue dans le monde. Sa pratique se fait au niveau informel et fédéral. En Haïti, par manque d’infrastructure et une organisation douteuse, les athlètes ne sont plus performants sur la scène internationale. Pourtant, en tant que sport de base, cette discipline est incontournable dans la formation sportive des jeunes.

L’athlétisme est un sport qui comporte un ensemble de disciplines regroupées en courses, sauts, lancers, épreuves combinées et marche. Au centre sportif Dadadou, Delmas 3, plus d’une trentaine de jeunes sont chaque weekend sur la piste du centre, accompagnés de quelques moniteurs, pour recueillir les formations de base nécessaires dans la discipline mère.

Cette situation n’est pas différente dans d’autres centres de la zone métropolitaine de Port-au-Prince où quelques cadres du ministère de la Jeunesse des Sports et de l’Action civique sont à pied d’oeuvre en inculquant aux jeunes comment développer leur aptitude. Le but, très souvent, est de chercher des athlètes en herbe.

Pourtant avec tout ce qu’elle offre comme prérequis, l’athlétisme devrait être la priorité du ministère des Sports tant par des qualités naturelles des jeunes Haïtiens ou dans la perspective de développer des talents dans d’autres disciplines.

Les autres sports couramment pratiqués en Haïti sont le football, le volleyball, le basketball et ceux individuels. En formant des jeunes dès leur jeune âge en athlétisme, on fait n’ont seulement un pas vers la formation de nouveaux sprinter, lanceur ou autres, mais également des futurs footballeurs, basketteurs, etc.. Car cette discipline permet de développer soit l’endurance, la vitesse, l’agilité et d’autres mécanismes utiles à un sportif.

Roger Pierre Jules, formateur en athlétisme, explique avoir formé plusieurs centaines de jeunes. Il explique qu’une majorité d’entre-deux se sont dirigés vers d’autres disciplines : « Je fais ce travail depuis plus de dix ans. J’ai formé pas mal de jeunes. J’ai n’ai pas le chiffre exact, mais plusieurs d’entre-deux ont laissé l’athlétisme au bout de deux ans pour embrasser d’autres disciplines sportives principalement le football, le basketball. Il arrive que les jeunes qui préalablement pratiquent l’athlétisme soient plus brillants », a-t-il fièrement avancé.

De l’avis de plusieurs spécialistes, l’athlétisme sollicite de nombreux muscles, il permet aussi au mental d’être forgé, soumis à de nouvelles situations. Une approche ludique pour un épanouissement général et motivant. D’où la nécessité d’un vrai projet visant à augmenter les cadres et formateurs dans cette discipline. D’autant qu’Haïti, par rapport à ces composantes géographiques, offre d’énormes opportunités dans ce domaine.

Dans un pays à un faible niveau économique, le développement de l’athlétisme est moins coûteux que les sports collectifs. Des pays africains comme l’Éthiopie, le Kenya, pourtant pauvres, sont des puissances dans les courses de fond, dans la Caraïbe, la Jamaïque est une référence mondiale sur 100, 200 et 400 mètres.

Il revient à l’État haïtien via le ministère des Sports de définir une vraie politique sportive centrée autour de l’athlétisme pour former plus de jeunes dans l’objectif de replacer des athlètes sur le marché international. Car, la dernière grande performance d’Haïti dans l’athlétisme remonte en 1928 lors des Jeux olympiques d’été à Amsterdam. Le représentant haïtien Sylvio Cator a glané une médaille d’argent en saut en longueur.

Kenson Désir



Articles connexes


Afficher plus [2344]