RTPacific Contact Avis
 
29.19° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Typologie de centres de formation professionnelle (CFP) en Haïti

Typologie de centres de formation professionnelle (CFP) en Haïti



La formation professionnelle est dispensée selon deux réseaux : le réseau formel à travers les centres et le réseau informel à travers le système d’apprentissage. Dans le réseau formel, sous la tutelle de l’Institut National de Formation professionnelle (INFP) on recense près de 200 centres de formation, regroupés en trois catégories d’établissements et auxquels l’apprenant accède selon le nombre d’heures de formation correspondant aux différents niveaux de certification : en effet, pour 400 heures de formation, l’apprenant aura droit à une Attestation d’Aptitude professionnelle (AAP), pour 900 heures à un Certificat d’Aptitude professionnelle (CAP), pour 1800 heures à un Brevet d’Aptitude professionnelle (BAP), pour 2700 heures à un Diplôme technique (DT). Notant qu’après le CAP, BAP et le DT, le certifié en question pourrait obtenir un certificat de perfectionnement dans ledit métier avec une formation de courte durée.

Parlant de la répartition ainsi que du niveau des CFP :

1) les Établissements d’Enseignement technique (EET), à partir de NS3 ;

2) les Établissements d’Enseignement professionnel (EEP) à partir de 9e année fondamentale de scolarité pour recevoir principalement une formation pratique ;

3) les Centres Ménagers (CM), requérant un niveau d’étude plus ou moins faible par rapport aux deux autres niveaux précités.

Enfin, selon leurs sources de financement, ces centres sont : soit publics, soit privés ou mixtes (une partie des salaires est couverte par des subventions publiques).

Quant au système d’apprentissage du réseau informel, il dispense de la formation sur le tas, chez un employeur ou un patron formateur ; les informations sur ce réseau sont peu nombreuses.

La classification des établissements de formation professionnelle selon le décret de mars 1985, les établissements de formation professionnelle en Haïti sont classés comme suit :

a) Centre de formation professionnelle

b) Écoles d’enseignement professionnel

c) Lycées d'enseignement technique.

Dans les faits, la formation professionnelle en Haïti est dispensée par trois catégories de structures :

Les écoles d’enseignement technique (EET),

Les écoles d’enseignement professionnel (EEP)

Les centres d’enseignement ménager (CM).

NB : un même centre peut relever d’une, de deux, voire de trois catégories à la fois, en revanche, il n’est doté que d’un seul statut.

À ce titre, il existe dans le Système national de formation professionnelle (SNFP) :

► Les Centres publics qui sont fondés et gérés entièrement par l’État haïtien à travers l’INFP et son ministère de tutelle, en l’occurrence, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle.

► Les Centres privés qui sont reconnus par l’État et qui sont détenteurs de licence de fonctionnement délivrés par les instances publiques.

► Les Centres privés subventionnés par l’État : ce sont généralement des écoles congréganistes, gérées par les religieux et auxquelles le pouvoir public accorde une subvention mensuelle en paiement d’une partie des salaires des membres du personnel enseignant et administratif. Ainsi, munies d’un profil statutaire quelconque précité, elles appartiennent à l’une au moins des catégories suivantes :

- Les écoles d’enseignement technique (EET) regroupant les établissements qui dispensent le niveau d’enseignement le plus élevé de la formation professionnelle. Autrefois réservées aux élèves ayant complété avec succès leur Troisième secondaire, elles accueillent aujourd’hui en majorité les bacheliers. La formation dure trois ans, un diplôme technique est délivré à la fin du cycle. Les certifiés sont généralement les cadres moyens des entreprises et des industries.

- Les écoles d’enseignement professionnel (EEP) constituent le niveau intermédiaire de la formation professionnelle. Les écoles publiques accueillent les élèves ayant décroché avec succès le certificat d’études en 9e AF et dispensent, pendant les trois années de formation, les cours classiques parallèlement aux cours professionnels. Ces établissements assurent des programmes d’enseignement général nécessaires à l’apprentissage des métiers conformément aux orientations de la Réforme éducative. Quant aux EEP privées, elles reçoivent plutôt les élèves ayant au moins NS1 (la troisième secondaire) et ne dispensent pas ou font peu de cours classiques. Les certifiés exécutent leurs tâches au niveau de l’entreprise, sous le contrôle des cadres ou des agents de maîtrise.

- Les centres ménagers qui se placent au dernier échelon de la formation professionnelle. Ces écoles accueillent des personnes à scolarisation limitée dans le temps. La formation dure au plus deux ans et débouche sur un certificat d’aptitude professionnelle. Les certifiés sont engagés dans les ateliers privés ou s’établissent à leur propre compte.

- Les écoles commerciales formant également les cadres moyens des entreprises (secrétaires, comptables, techniciens en informatique, etc.). La durée de la formation varie de 1 à 3 ans, et dépendamment de la discipline, leur cursus débouche soit sur un brevet d’aptitudes professionnelles, soit sur un diplôme technique. Les certifiés sont engagés dans tout le secteur des services.

- Les écoles industrielles forment des techniciens (en mécanique, plomberie, électricité, etc.) nécessaires à l’entretien et au fonctionnement des industries et des petites ou moyennes entreprises. La durée de la formation est de deux ou trois ans et en fonction de la discipline choisie, leur cursus, comme dans les écoles commerciales, débouche soit sur un brevet d’aptitudes professionnelles, soit sur un diplôme technique. Les certifiés sont engagés dans tout le secteur industriel et commercial.

Et quand au regard de la loi du 21 mai 2018, aux termes des articles 14, 15 et 16 relatifs aux prestataires des services de formation technique et professionnelle du chapitre III concernant des institutions de formation technique et professionnelle, nous lisons ce qui suit :

Article 14.- La formation professionnelle et technique est une responsabilité de l’État et des collectivités territoriales. Elle concerne tous les secteurs de l’économie. Elle est dispensée par des institutions publiques nationales ou communales, des institutions privées de formation, des associations, des organisations professionnelles, syndicales et non gouvernementales ainsi que par les entreprises. La représentation des partenaires sociaux est assurée par des conseils d’administration des institutions publiques de formation professionnelle.

Article 15.- Les institutions de formation technique et professionnelle se répartissent entre :

1.— Les institutions de formation technique et professionnelle de niveau postsecondaire ;

2.— Les institutions de formation technique et professionnelle de niveau secondaire qui dispense des programmes d’études techniques et professionnelles préparant directement à l’exercice d’un métier ou d’une profession ;

3.— Les institutions de formation professionnelle qui préparent à l’exercice d’un métier ou d’une activité productive, sans aucune restriction relative à son niveau d’instruction initiale ou au secteur économique dans lequel elle envisage d’exercer ou exerce déjà son activité professionnelle ;

4.— Les lycées d’enseignement technique et les collèges d’enseignement technique, respectivement publics et privés, qui dispensent un enseignement général de niveau secondaire combiné à des études techniques préparatoires à l’exercice d’un métier ou d’une fonction de travail.

Article 16.- Seules les institutions dûment accréditées par l’État, dans les formes fixées par les lois et les règlements, peuvent dispenser des programmes de formation technique et professionnelle.

Toutefois, dans ma quête incessante pour une formation professionnelle de qualité en Haïti, nous découvrons un quatrième type de Centre que je proposerais d’appeler : « Centre d’œuvres de bienfaisance » en effet, pour avoir une idée beaucoup plus large, prière de lire l’article : Centres de formation à but non lucratif, des écoles professionnelles méconnaissables à leur juste valeur, publié dans les colonnes du journal Le National le 6 août 2020 et aussi disponible sur Google.

Pour en finir, c’était très important pour moi d’effectuer des recherches et de les partager au grand public dans l’objectif de mieux comprendre la typologie de nos centres de formation professionnelle et technique en Haïti !

Espérant que ce travail ne sera pas vain aux yeux des responsables, d’ici là, par la grâce de Dieu qui nous est offerte, nous continuons notre noble mission qui s’articule autour d’un secteur de formation professionnelle efficace et utile à la société haïtienne !

Ruben Sanon, Ing.
sanonruben@yahoo.com




Articles connexes


Afficher plus [4231]