S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Enseignement des langues : le système tient à ce que les apprenants réussissent aux tests d’évaluation

Enseignement des langues : le système tient à ce que les apprenants réussissent aux tests d’évaluation



« On doit se demander qu’est-ce qui est prioritaire pour le système, sont-ce des apprenants qui réussissent aux cours ou des apprenants qui ont acquis des compétences », s’interroge Jean Junior Védinel Elcide, jeune linguiste, sur l’enseignement des langues en Haïti. Pour lui, le système ne priorise pas l’acquisition des compétences, mais tient à ce que les apprenants réussissent aux tests d’évaluation…


L’enseignement des langues en Haïti ne cesse de susciter bien des débats dans la société haïtienne. Puisque, c’est au tour du jeune linguiste Jean Junior Védinel Elcide, également professeur dans l’enseignement supérieur de se fixer sur cette question dans un entretien accordé au Journal Le National. Après près de 7 années passées à étudier l’anglais, l’espagnol, très peu d’apprenants ont réussi à maitriser ces langues. Pour lui, l’échec n’est pas du côté des apprenants.

« Je ne parlerai pas d’échec des apprenants, dit le linguiste, mais je parlerai d’échec du système scolaire, car ces apprenants qui n’arrivent pas à maîtriser ces langues étrangères, arrivés dans un pays où cette langue est parlée, plongés dans le bain linguistique, l’immersion de la langue parlée, ils s’adaptent et au bout de quelques mois ils communiquent correctement dans la langue surtout dans ce qui ait rapport avec la vie au quotidien ».

Pour M. Elcide, le système a échoué, parce que l’enseignement des langues étrangères est fait à travers des méthodes archaïques, traditionnelles qui sont dépassées aujourd’hui par de nouvelles méthodes efficaces. « À l’école on priorise la grammaire, l’orthographe des mots, sans dire que ce n’est pas nécessaire, mais le parler n’est du tout pas prioritaire, la compréhension non plus, on n’apprend pas à l’apprenant à penser, à réfléchir dans la langue qu’il étudie », explique-t-il en plaidant pour une méthode appropriée aux apprenants.

Plus loin, au niveau didactique, il se questionne sur le système ainsi : « Qu’est-ce qui est prioritaire pour le système, sont-ce des apprenants qui réussissent aux cours ou des apprenants qui ont acquis des compétences » ? Pour lui, le « système ne priorise pas l’acquisition des compétences, mais le système tient à ce que les apprenants réussissent aux tests d’évaluation et c’est tout. Or ces mêmes tests ne sont pas basés sur la vérification des compétences acquises ».

L’échec dans l’enseignement des langues à l’école secondaire n’est pas sans conséquence sur les étudiants et le jeune linguiste s’est expliqué. « En tant que professeur dans l’enseignement supérieur, je vous dis que même à l’Université, on est obligé de revoir ces mêmes notions qu’ils ont vues depuis 7 ans ou plus, et même là encore ils finissent le premier cycle des études supérieures avec les mêmes lacunes ».

Toutefois, pour le professeur l’apprentissage d’une langue étrangère n’a rien de difficile pour quelqu’un qui est motivé de l’apprendre. « Les langues ont toutes des structures syntaxiques différentes les unes des autres, il suffit d’identifier les structures propres à cette langue, mémoriser les vocabulaires (contexte), connaître la conjugaison, la phonétique/phonologie de la langue, et avec beaucoup de pratique vous allez vite apprendre la langue », a-t-il conseillé.

Tout comme le doyen de la faculté de Linguistique appliquée (FLA) de l’Université d’État d’Haïti (UEH), Renauld Govain, dans un article antérieur, le jeune linguiste et membre fondateur de la plateforme en ligne CryptoNewsHaïti, Jean Junior Védinel Elcide a tenu à apporter cette précision pour la croyance populaire haïtienne. « À la linguistique on n’apprend pas à parler des langues, on ne forme pas des polyglottes, mais à décrire les composantes d’une langue (syntaxe, sémantique, phonologie, phonétique, etc.). À la FLA, on fait des études sur 4 langues qui sont le créole, le français, l’anglais et l’espagnol, a-t-il conclu ».

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [3580]